DE | FR
Turkish soccer fans show their disappointment in the fan zone in Basel, Switzerland, Wednesday, June 25, 2008, after the semifinal match between Germany and Turkey at the Euro 2008 European Soccer Championships in Austria and Switzerland. (KEYSTONE/Patrick Straub)

Image: KEYSTONE

«On est l'équipe la plus nulle de l'Euro, c'est la honte»

La Suisse affronte ce soir (18h) une équipe qui a fait pire qu'elle (c'est possible) depuis le début du tournoi: la Turquie, deux matches et zéro point. C'est à la fois une chance et une responsabilité pour la Nati.

Julien Caloz
Julien Caloz



Gökan Savci aime deux équipes en Turquie: Galatasaray et la sélection nationale. La première a perdu le titre de champion cette saison à la dernière journée et pour un seul but d'écart face au Besiktas; la seconde s'est inclinée lors de ses deux premiers matches à l'Euro avec une passivité déconcertante.

Gökan est colère 🤬

«Je suis obligé de le dire: on est la pire équipe de l'Euro. C'est la honte. Je suis déçu et révolté. Car perdre est une chose. Mais perdre sans se battre en est une autre. On dirait que nos joueurs sont déjà sur leurs transats, à Bodrum ou Miami, qu'ils ont déjà la tête en vacances. Si je devais les noter, je leur mettrais 1 sur 10 à chacun. Sauf peut-être au gardien, Ugurcan Cakir, qui est un peu moins mauvais que les autres.»

Le match de la dernière chance

Les Turcs sont presque éliminés, mais ils feraient mieux de ne pas rentrer au pays sans le moindre point. «Sinon, je ne voudrais pas être à leur place», prévient Gökan. Le problème, c'est qu'il n'est pas certain que le vieillissant sélectionneur Şenol Güneş (69 ans) trouve la solution pour métamorphoser son équipe face à la Suisse. Il a osé quelques ajustements contre le Pays de Galles (défaite 2-0), mais en préférant notamment le faible Ayhan à Demiral, il s'est lourdement trompé.

🇨🇭 Les équipes probables 🇹🇷

Bild

Image: L'Equipe

Les Gallois, et en particulier Bale et Ramsey, n'ont eu qu'à profiter des errements des latéraux, et de la surfocalisation des centraux sur James, pour se créer plusieurs occasions franches. Embolo, avec sa puissance et sa vivacité, a le profil pour attirer les défenseurs à lui et offrir des espaces à Shaqiri et Seferovic, pour autant que Petkovic décide de les reconduire tous les deux.

Affronter cette équipe de Turquie dans ces conditions est une aubaine pour la Nati. On lui prédisait l'enfer pour ce dernier match qui serait sûrement décisif pour les deux équipes, mais il l'est pour une seule et c'est pour elle.

🥳 La Suisse qualifiée si...

Rappel du groupe

1. Italie : 6 points (goalaverage de +6)
2. Galles : 4 pts (+2)
3. Suisse : 1 point (-3)
4. Turquie: 0 pt (-5)
L'équipe de Petkovic peut emprunter deux chemins pour passer en 8e de finale, mais il y en a un beaucoup moins risqué que l'autre:
➡️ si elle termine 2e de son groupe, elle est certaine de poursuivre son aventure dans le tournoi. Pour cela, elle doit à la fois battre la Turquie et espérer que les Gallois perdent à Rome, tout en rattrapant à la fois sa différence de buts et son nombre de réussites inscrites (1 contre 3 avant le coup d'envoi). En cas d'égalité dans ces trois registres (points, différences de buts et buts marqués), la discipline départage les deux équipes.
➡️ si elle termine 3e de son groupe, elle devra attendre les résultats des autres matches en début de semaine pour savoir si elle figure parmi les quatre (sur six groupes) meilleurs troisièmes. À l'heure actuelle c'est simple: elle n'en fait pas partie.

La Suisse part favorite de ce match (sa victoire est cotée à 1,65 par la Loterie romande contre 4.60 pour la Turquie) face à un adversaire qui apparaît à la fois fragile et démobilisé. Comment en est-il arrivé là?

Un excès d'optimisme

Ce qui frappe, dans le destin des hommes de Şenol Güneş, c'est la différence entre les attentes et les résultats.

Les Turcs devaient mettre le feu au Colisée. Ils ont fini par se brûler les doigts, puis les ailes (défaite 3-0 en match d'ouverture face aux Transalpins).

«Pour les journalistes, c'était clair: on était déjà en quart de finale. C'était garanti, se souvient Gökan Savci, président du FC Turc à Lausanne. On a peut-être trop mis en avant nos joueurs, et ils n'ont pas supporté la pression. Je rappelle qu'ils sont encore jeunes.»

Les trois plus jeunes équipes:

🇪🇸 Espagne: 24,1 ans de moyenne d'âge.

🇹🇷 Turquie: 24,6 ans.

🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿 Angleterre: 24,8 ans.

Des tauliers fatigués

Plusieurs cadres sortent d'une saison éprouvante en club.

Parmi les joueurs de champ, quatre ont dû batailler jusqu'à l'ultime journée de championnat pour espérer décrocher le titre: trois y sont parvenus avec Lille (Celik, Yazici et Yilmaz), un autre a échoué avec Fenerbahçe (Tufan). Un sprint final qui a sans doute laissé des traces dans les jambes et la tête.

Bild

Yazici et Yilmaz sont méconnaissables depuis le titre décroché avec Lille. Image: Keystone

Les deux défenseurs centraux (Demiral et Söyüncü) ont moins joué, mais ce n'est pas forcément une bonne nouvelle: ils ont tous deux manqué une partie de la saison pour de sérieuses blessures.

➡️ La fragilité de ces vieux grognards censés accompagner la nouvelle génération fragilise toute la colonne vertébrale de la sélection.

Un 12e homme absent

Les internationaux turcs marchent à l'affectif. Sans leur public rouge de fièvre, c'est comme s'ils manquaient un peu de leur incroyable énergie habituelle.

Même si la Turquie joue deux fois en Azerbaïdjan, pays voisin et ami, elle ne peut compter sur le soutien de ses supporters puisque l'enceinte ne peut accueillir que 35 000 personnes, sa capacité étant limitée à 50% en raison des risques sanitaires.

Voilà le résultat 😕

General view of the field during the Euro 2020 soccer championship group A match between Turkey and Wales at the Olympic stadium in Baku, Azerbaijan, Wednesday, June 16, 2021. (Dan Mullan/Pool via AP)

Photo prise lors du match Turquie-Pays de Galles. Image: AP POOL Getty

Il est fort probable que rien ne vienne perturber l'équipe de Suisse ce dimanche. C'est à la fois une chance, et une grande responsabilité.

Plus d'articles sur le sport

C'est officiel: Vladimir Petkovic quitte la Nati pour Bordeaux

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Il a transformé Golubic en championne et raconte

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

Alvaro Morata, le besogneux incompris

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

La France va latter la Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Pays de Galles doute encore de sa tactique, mais pas de ses hommes

Le premier adversaire de la Suisse à l'Euro (samedi à 15h) est une équipe douée collectivement et menée de main de maître par un sélectionneur «ferme mais juste». Présentation.

Ils vont pénétrer sur la pelouse les veines gonflées d'orgueil et glorifiant leurs ancêtres, ces «braves guerriers, si nobles et si vaillants, qui versèrent leur sang pour la liberté» (hymne gallois). Puis le match va débuter et on saura très vite si ces footballeurs qui ont un dragon sur leur maillot sont aussi redoutables qu'ils en ont l'air.

Ce Suisse-Pays de Galles est, paraît-il, le match le plus facile qui attend les Helvètes dans le tournoi, et c'est vrai; mais uniquement parce que …

Lire l’article
Link zum Artikel