DE | FR
L'Italie n'ira pas à la Coupe du monde 2022 au Qatar, son parcours dans les éliminatoires a été semé d'embûches.
L'Italie n'ira pas à la Coupe du monde 2022 au Qatar, son parcours dans les éliminatoires a été semé d'embûches.image: keystone/shutterstock

L'échec de l'Italie en 5 dates (et c'est un peu à cause des Suisses)

Les Italiens ont été éliminés jeudi soir en barrages de la Coupe du monde par la Macédoine du Nord, mais c'est bien avant qu'ils ont raté leur billet pour le Qatar. Les 5 moments clés de cette débâcle.
25.03.2022, 13:2325.03.2022, 17:45
Suivez-moi

C'est vrai, la Macédoine du Nord est le bourreau inattendu de l'Italie, éliminée dans la consternation générale. Mais les champions d'Europe ont raté leur qualification pour le Mondial au Qatar bien avant ce match de jeudi soir. Un échec historique résumé en cinq dates.

Première fausse note

Comme prévu, les Italiens réalisent des éliminatoires parfaits: trois victoires faciles en autant de matchs (toutes 2-0 contre l'Irlande du Nord, la Bulgarie et la Lituanie). Mais ils vont commettre leur premier faux pas ce 2 septembre 2021, devant leur public. A Florence, la Squadra Azzurra est tenue en échec par la faible Bulgarie (1-1).

Le but d'Iliev

Les hommes de Roberto Mancini ouvrent pourtant la marque par Chiesa à la seizième, mais Iliev égalise pour les Bulgares peu avant la mi-temps. Le score ne bougera pas, malgré une large domination des Azzurri (71% de possession de balle et 27 tirs à 4). L'Italie égare, du coup, ses deux premiers points. A-t-elle mal digéré son sacre quelques semaines plus tôt à l'Euro? En tout cas, cette contre-performance fait les affaires de la Suisse qui doit affronter les champions d'Europe trois jours plus tard.

Sommer fait le malheur de la Squadra Azzurra

Les Italiens se présentent à Bâle pour affronter la Nati avec moins de confiance que s'ils avaient facilement dominé la Bulgarie. Et ça se ressent dans leurs derniers gestes. Dominateurs, ils n'arrivent pas à transformer leurs occasions. Ils se heurtent à une Suisse vaillante et, surtout, à un excellent Yann Sommer qui fait leur malheur avec plusieurs arrêts de grande classe.

Les champions d'Europe ont une occasion en or de prendre l'avantage à la 53e minute, en bénéficiant d'un penalty. Mais comme lors de la finale de l'Euro, Jorginho envoie une balle beaucoup trop molle à ras de terre, que Sommer peut facilement capter. Les hommes de Murat Yakin, exemplaires dans leur attitude, récoltent un point précieux. L'Italie reste en tête avec quatre longueurs d'avance sur les Helvètes, mais elle a joué deux matchs de plus.

Jorginho, bis repetita

Le 12 novembre, les deux nations se retrouvent à Rome pour le choc au sommet du groupe et pour le remake du match de poule de l'Euro, facilement remporté par les Azzurri (3-0). Mais cette fois, le scénario est tout autre. La Suisse est beaucoup plus solide et agressive que cinq mois auparavant. Elle ouvre même la marque dès la onzième minute, sur une magnifique frappe de Silvan Widmer en pleine lucarne.

Les hommes de Roberto Mancini reprennent du terrain et égalisent assez logiquement par Di Lorenzo à la 36e. Mais la Nati tient tête à ses illustres adversaires. Jusqu'à cette 90e minute et un penalty accordé aux Transalpins après consultation de la VAR. C'est de nouveau Jorginho qui se présente face à Sommer. Et le milieu de terrain de Chelsea rate une nouvelle fois, expédiant une patate au-dessus de la latte! Finalement, c'est 1-1 et l'Italie a de quoi se mordre les doigts. Elle reste en tête avant la dernière journée de groupe uniquement grâce à sa meilleure différence de buts (+2 par rapport à la Nati).

Le roc de Belfast

Pour finir en tête de la poule et se qualifier directement pour le Mondial, les Helvètes doivent tout faire pour battre la Bulgarie – et si possible largement – en imaginant que l'Italie gagne elle aussi sur la pelouse de la modeste Irlande du Nord. A Lucerne, les hommes de Murat Yakin font parfaitement le travail, en écrasant les Bulgares 4-0.

Federico Chiesa pris en tenaille par deux joueurs de l'Irlande du Nord.
Federico Chiesa pris en tenaille par deux joueurs de l'Irlande du Nord. Image: keystone

Dans le même temps, la Squadra Azzurra reste muette à Belfast, n'arrivant pas à prendre le dessus sur les rugueux Britanniques. A la surprise générale, l'Italie termine deuxième du groupe, derrière la Nati, et doit passer par la case très périlleuse des barrages pour aller au Qatar. On connaît la suite...

Le classement final du groupe

source: uefa.com

Chiesa pose un lapin

Cette fois, la sélection italienne n'y peut rien, mais elle a aussi perdu une partie de sa qualification ce 9 janvier 2022. A Rome, lors d'un spectaculaire match de Serie A entre la Roma et la Juventus (3-4), l'attaquant turinois et pilier de la Nazionale, Federico Chiesa se blesse gravement. Verdict: déchirure du ligament antérieur croisé du genou gauche et saison terminée.

Un immense coup dur pour la Vieille Dame et l'équipe nationale, tant Chiesa – héros de l'Euro 2020 – est un élément indispensable pour ces deux formations. A ce moment, de nombreux experts dans la Botte ont des craintes quant aux conséquences de cette absence sur les barrages pour le Mondial. Ils avaient raison d'avoir peur.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi

1 / 25
23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: le coiffeur

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Conseil fédéral dresse un rapport explosif sur la violence en tribunes
Le gouvernement demande que les supporters soient traités plus durement à l'avenir. Les critiques fusent et les villes sont empruntées.

Il n'a certes pas grand-chose à dire dans cette affaire, car les matchs de football relèvent de la responsabilité des cantons et des villes. Mais comme le Parlement lui a demandé de le faire, le Conseil fédéral s'est exprimé sur le thème de la violence des supporters. Et son rapport est très explosif.

L’article