DE | FR
Michael Schumacher Netflix documentaire

Le septuple champion du monde de F1 apparaît dans un documentaire qui lui est consacré sur Netflix. Image: Netflix

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Le documentaire consacré au pilote allemand, diffusé sur Netflix depuis mercredi, ne révèle aucune image de Michael Schumacher depuis son accident de ski en 2013. Le mystère continue de faire grandir le mythe.

Julien Caloz
Julien Caloz



Le documentaire dure 112 minutes et c'est parce qu'il retrace la vie de Michael Schumacher qu'il s'arrête au 29 décembre 2013. Ce jour-là, l'existence du pilote allemand, en vacances sur les pistes de Meribel, s'écrase contre un rocher de la station française. Le public ne reverra plus jamais l'immense champion aux sept titres mondiaux, reclus dans l'une des 35 pièces de sa résidence de Gland et protégé par sa famille autant que par les rondes incessantes des vigiles.

abspielen

Le doc est sobrement intitulé «Schumacher». Vidéo: YouTube/Netflix France

Depuis huit ans, chaque fois qu'une porte s'ouvre en direction de son intimité, ses supporters guettent un signe, sinon un visage. Michael, ils le savent, n'est pas loin de Corinna Schumacher lorsque cette mater familias digne et aimante s'exprime face caméra dans le documentaire diffusé par Netflix. Et c'est moins l'épouse qu'ils observent que ce qu'ils imaginent derrière elle, dans une des pièces toute proche.

Mais qu'imaginent-ils, au juste? Les médias rapportent depuis plusieurs années que Michael Schumacher est enfermé dans un état végétatif, qu'il doit se battre pour continuer à vivre et que ce combat n'est pas gagné d'avance, en gros qu'il n'y a rien d'autre à voir qu'un homme malade, et qu'il serait peut-être préférable de privilégier les prières aux images.

Avec le temps, ce discours est devenu un rappel à l'ordre. Car la famille a toujours tout fait pour protéger la sphère privée de Michael Schumacher. Elle s'est entourée des meilleurs avocats, a transféré le pilote sous un faux-nom et sous escorte lors de plusieurs interventions dans un hôpital parisien, et a même équipé le personnel soignant de jumelles afin de débusquer les paparazzi planqués aux alentours de la vaste propriété vaudoise.

Bild

La maison du pilote (17 hectares de terrain sur les rives du Léman) est ultra sécurisée jour et nuit. Image: Keystone

Ces mesures de protection avaient pour effet d'éloigner les curieux. Elles ont finalement produit l'exact contraire auprès du public, selon un double mécanisme humain et sociétal, comme si tout ce qui était caché était digne d'intérêt, surtout à une époque où les réseaux sociaux ne soustraient plus grand-chose aux regards.

Le droit à la vie privée a été interprété par beaucoup comme une omerta, voire un culte du secret. Une impression tenace et largement répandue, née très vite après l'accident, lorsque le clan «Schumi» a choisi de ne pas communiquer sur les circonstances exactes qui ont transformé une banale chute à skis en grave traumatisme craniocérébral. Chacun y est allé de son hypothèse pendant 10 mois, jusqu'à ce que le journaliste français Jean-Louis Moncet (spécialiste de F1) affirme détenir la vérité de Mick Schumacher, le fils du pilote.

«J'ai vu son fils assez récemment. Michael Schumacher se réveille tout doucement, tout doucement. Mais vous savez, ce n'était pas le choc, mais le pilier de la GoPro qu'il avait sur son casque qui a abîmé son cerveau (...) Il est chez lui et il a du temps, il a toute la vie devant lui si je puis dire pour se remettre.»

Jean-Louis Moncet sur Europe 1 en 2014.

Ces déclarations avaient été reprises par le monde entier, provoquant la chute de l'action GoPro en bourse et un semi-rétropédalage du journaliste dans les jours qui ont suivi. Par la suite, la famille n'a jamais cessé de protéger le «Baron rouge» (le surnom de Schumacher après cinq titres chez Ferrari) du monde extérieur, sélectionnant les proches en visite autant que le personnel soignant à son chevet. «La quinzaine de médecins et de thérapeutes est non seulement tenu de respecter le secret médical, mais aussi une clause de confidentialité concoctée par les meilleurs juristes», relatait L'Illustré en 2018, dans un article dont le titre («Cinq ans de souffrance, de mystère et d'omerta») disait toute la détresse du champion, de ses proches et de sa communauté.

Les informations sur la condition de Michael Schumacher sont si rares qu'elles en deviennent exceptionnelles, voire mystiques. L’archevêque allemand Georg Gänswein raconta sa visite au chevet de «Schumi» avec pas moins d'effusion que s'il avait été en pèlerinage en Terre sainte.

«Ses joues sont un peu plus rondes mais son apparence n’a pas changé. Je me suis assis en face de lui, j’ai pris ses mains et je l’ai regardé. C’était très émouvant»

Georg Gänswein en 2016 au quotidien Bild.

La dimension biblique de ce personnage alité que «le monde entier prie» (selon la manchette du Matin en 2014) sans jamais apercevoir est renforcée par le témoignage ésotérique de la porte-parole de la famille Schumacher en 2016. Sabine Kehm confia à la Süddeutsche Zeitung que, peu avant l’accident, Michael Schumacher avait eu cette funeste prémonition: «Tu n’as pas besoin de m’appeler pour l’année prochaine, je vais disparaître.»

Bild

Michael Schumacher et Sabine Kehm en 2006. Image: Shutterstock

C'est d'ailleurs par la voix de Sabine Kehm, mais aussi de quelques personnes autorisées, que le public prend des nouvelles de son idole. Jean Todt, le président français de la Fédération internationale de l’automobile, fait partie des proches de la famille. Il déclara un jour à Paris Match que lorsque Schumacher était installé face au panorama dont jouit sa propriété, il se mettait parfois à pleurer.

Aucune information ne permet cependant de connaître l'état de santé de l'Allemand, ni les terribles séquelles dont il souffre depuis sa chute. Sur Netflix, Corinna est restée sibylline.

«Michael manque à tout le monde. Mais Michael est là. Il est différent, mais il est là. Et ça nous donne de la force, je pense. On est ensemble, on vit ensemble à la maison. Il suit des traitements. On fait tout pour améliorer son état, s’assurer qu’il est à l’aise et pour lui faire sentir notre famille, notre lien (...) Il nous a toujours protégés, et maintenant nous le protégeons.»

Bild

Le couple, radieux en 2007. Image: Keystone

Ils sont nombreux à réclamer davantage de précisions, sinon à essayer de les obtenir par tous les moyens. Comme ce journaliste déguisé en prêtre pour pénétrer dans la chambre d'hôpital du pilote à Grenoble, ou ce cadre de la Rega, suspecté d'avoir volé le dossier médical du champion lors de son transfert vers Lausanne en août 2014, et que la police retrouvera pendu dans sa cellule.

Mais la famille a-t-elle intérêt à tout dire et tout montrer? Et le public à tout entendre et tout voir, après plus de 5 ans de soins, une période au-delà de laquelle les neurochirurgiens n'envisagent aucune amélioration?

Le clan allemand et les fidèles du «Baron rouge» n'ont rien à espérer d'images ou de bulletins médicaux qui, une fois publiés, renverraient Michael Schumacher à sa condition d'humain en le présentant affaibli et limité, démythifié. Ils ont en revanche un souvenir à faire vivre (celui d'un immense champion de son sport avec 7 titres mondiaux et 91 victoires) et un message à transmettre:

#keepfightingmichael ❤️

Bild

Image: Instagram

Plus d'articles sur le sport

FIFA 22 débarque, mais ce jeu peut vite se transformer en enfer

Link zum Artikel

Michael Frey, ce buteur qui pourrait amener la Nati au Qatar

Link zum Artikel

Les fans romands du Barça font le deuil de Messi, et c'est difficile

Link zum Artikel

Daniel Vukovic, ce dur au cœur très tendre que tout le monde aime

Link zum Artikel

Vous n'avez jamais vu jouer Pelé? Eux oui, et ils vous racontent

Link zum Artikel

Un doc plonge dans le cerveau torturé d'une ex-star du tennis

Link zum Artikel

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Copin comme cochon

«Les Fribourgeois, ils ont pas les moyens d'aller à Caprices à Crans»

Marie-Adèle Copin a un avis sur tout, même quand elle n'y connaît rien. Elle s'attaque cette fois au Caprices Festival à Crans-Montana, et accessoirement, aux Fribourgeois qui n'ont rien demandé.

Ce week-end à Crans-Montana démarre le Caprices Festival/Modernity. Marie-Adèle, personne âgée avant l'heure, ne se réjouit pas du tout de voir tous ces jeunes venir perturber le calme qui règne normalement dans la station valaisanne.

Lire l’article
Link zum Artikel