DE | FR
Image: AP
Jeux olympiques

Les JO ont toujours été beaux à voir, ils sont devenus beaux à écouter

L'absence de public, conjuguée aux progrès faits par les télévisions pour retransmettre le son, font de chaque épreuve une expérience auditive.
18.02.2022, 09:2718.02.2022, 11:31
Suivez-moi

Depuis dix jours, chaque épreuve olympique est une symphonie, et on s'étonne encore que Mezzo TV, la chaîne spécialisée dans la musique classique et le jazz, n'ait pas encore acheté les droits de retransmission. Car on entend tout à Pékin: le crissement des lames sur la glace, le frottement des bâtons sur la neige, le brouhaha des bobs sur la piste d'élan, le sifflement des balles de biathlon. Les JO ont toujours été beaux à voir; ils sont devenus beaux à entendre.

On ne peut pourtant s'en réjouir qu'à moitié. Car cette perception très fine de la musique du sport est surtout le résultat de l'absence de public. «C'est vrai et je le déplore», nous dit Massimo Lorenzi, qui ne s'est jamais habitué aux huis-clos imposés par la pandémie.

La halle de curling sonne creux

La télévision s'est longtemps focalisée sur l'image. Parce que c'est sa nature profonde, ce qui la distingue des autres vecteurs, mais aussi parce que la qualité des optiques permet de découper l'image au 1000e de seconde, laissant apercevoir les torsions du visage ou du matériel des athlètes. «En télévision, on soigne d'abord l'image», reconnaît M. Lorenzi.

Le rédacteur en chef des sports de la RTS reconnaît toutefois que des progrès ont été faits en audio. «On constate une évolution à la fois dans le matériel permettant de capter le son, dans la manière dont on le dispose ensuite et dans les différentes sources de captation.» Concrètement: un énorme travail a été entrepris pour offrir aux téléspectateurs un son immersif, et les rapprocher physiquement de la scène qu'ils observent depuis leur canapé. «Au fur et à mesure que le public des Jeux olympiques a grandi, nous sommes passés de l'envie d'entendre l'action à celle de nous sentir au premier rang, puis au milieu de l'action», écrivait l'année dernière un journaliste de The Conversation.

L'absence de public sur place ne rend ces progrès que plus perceptibles et spectaculaires.

Les amoureux du sport avaient déjà constaté un changement dans la retransmission des Jeux à Tokyo, tenus eux aussi à huis clos en 2021. Plus de 3 600 microphones avaient été installés sur les différents sites. Signe qu'il prend les choses très au sérieux, Olympics Broadcast Services, le diffuseur hôte des Jeux olympiques et paralympiques, avait une nouvelle fois mandaté ses deux experts: Nuno Duarte, chef audio à plein temps, et Rowan Smith, responsable de l'installation des micros. M. Duarte était comme à son habitude arrivé trois mois avant le début de la compétition pour inspecter puis équiper les sites.

Qu'en sera-t-il, dans deux ans à Paris, lorsque le public reviendra dans les tribunes des JO d'été? Le son en sera impacté, forcément, mais d'autres trouvailles acoustiques pourraient participer à l'attractivité des épreuves. «Ce que l'on peut encore améliorer, et ces propos n'engagent que moi et non les techniciens, c'est la retransmission du lien entre l'athlète et l'extérieur, songe M. Lorenzi. C'est ce qu'on observe au tournoi des 6 Nations de rugby, le micro-cravate de l'arbitre permettant d'entendre les échanges entre les joueurs et le directeur de jeu.»

L'arbitre Andrew Brace possédait un micro (en noir sur la poitrine) lors du match Angleterre-Ecosse l'an dernier.
L'arbitre Andrew Brace possédait un micro (en noir sur la poitrine) lors du match Angleterre-Ecosse l'an dernier.Image: EPA

Ce degré de proximité, Massimo Lorenzi en convient, poserait moins de questions techniques que philosophiques. Mais s'il était accepté par toutes les parties, il dévoilerait des facettes méconnues des athlètes. «Équiper les coachs de micros me plairait aussi, ajoute le rédacteur en chef. L'entraîneur est le plus proche accompagnant de l'athlète. J'aurais bien aimé entendre Mauricio Pochettino mardi soir lors de PSG-Real. Ou Alain Geiger le week-end dernier, lorsque l'arbitre n'a pas accordé de pénalty à Servette. Il ne s'agit nullement de voyeurisme. Cette innovation ajouterait simplement une nouvelle dimension à la narration sportive en direct.»

Si le micro-cravate est accepté un jour aux JO, watson s'engage à formuler une demande officielle auprès du CIO pour que Philippe Lucas, le coach fort en gueule de la natation française, en soit équipé.

Avouez que ça aurait de la gueule 😎
Avouez que ça aurait de la gueule 😎

Ce brésilien bat le record d'altitude en highline

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Incompétence, pingrerie, désordre: quel avenir pour le foot romand?
Après la relégation de Lausanne, Sion est à nouveau en danger, tandis que Servette enchaîne des parcours relativement neutres. Avis pointus et aiguisés sur un déclin romand qui dure depuis 23 ans.

Si Zurich a pu devenir champion avec un fonctionnement à l’ancienne, constitué d’un système patriarcal (un mécène comme à Sion) et de ressources locales (un vivier comme à Servette), pourquoi le football romand, lui, est-il incapable de remporter le moindre titre depuis 1999? Pourquoi semble-t-il voué à une destinée obscure et velléitaire, quelque chose d'irrémédiablement provincial?

L’article