DE | FR
image: montage watson
Jeux olympiques

Les JO font peur: le traçage y sera extrême et les quarantaines terribles

Adopter une stratégie «zéro-Covid» et organiser les Jeux olympiques? Ça ne colle pas ensemble. Au final, ce sont les participants qui trinqueront. A moins de deux mois de l'événement sportif planétaire, le gouvernement chinois tente de contrôler la pandémie d'une main de fer. Et ça déplaît.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
17.12.2021, 05:1217.12.2021, 14:48
Rainer Sommerhalder / ch media

La réponse semble pourtant évidente. Celui qui veut empêcher la prolifération du virus Covid-19 ne peut pas inviter 25 000 personnes de près de 100 nations différentes dans son pays. D'autant plus à une époque où les mutations virales se propagent de manière rapide et incontrôlée.

De ce point de vue, la Chine devrait soit adapter sa stratégie anti-Covid, soit annuler les Jeux olympiques d'hiver (du 4 au 20 février 2022) à Pékin. En annulant les JO, l’empire communiste suivrait sa gestion de la crise mise en place depuis plusieurs mois. En effet, le gouvernement chinois a souvent ordonné en quelques heures de barricader des villes de millions d'habitants. Il a même paralysé le commerce mondial en fermant les ports du jour au lendemain.

Selon le CIO, près de 25 000 personnes – dont 2900 athlètes – sont accréditées pour les Jeux olympiques.
Selon le CIO, près de 25 000 personnes – dont 2900 athlètes – sont accréditées pour les Jeux olympiques. image: keystone

Une annulation des Jeux olympiques n'est toutefois pas une option pour les dirigeants de Pékin. La réputation du pays est trop importante. Être la première ville à organiser les Jeux d’hiver après ceux d’été est inédit dans l’Histoire. C’est aussi l’opportunité pour la Chine de prouver (une fois de plus) au monde sa supériorité, à travers le sport.

Harmonie de façade

Pourtant, réussir à contrôler la prolifération du virus s’annonce être un défi de taille, compte tenu des 25 000 personnes attendues – dont 1900 athlètes. Et un conflit semble déjà pointer le bout de son nez. La population chinoise doit se soumettre aux mesures sévères anti-Covid imposées par le gouvernement. Les visiteurs occidentaux, quant à eux, ne veulent pas tolérer ces actions à la limite de la violation des droits de l’homme.

Officiellement, tout semble se dérouler au mieux. Ces derniers jours, le Comité international olympique (CIO) n'a pas tari d'éloges sur les préparatifs des Chinois. Les organisateurs se montrent fermement convaincus de pouvoir maîtriser le virus.

La Chine est aussi très critiquée pour son comportement envers ses minorités👇

Le comité d'organisation dit avoir élaboré les règles de conduite pour tous les participants aux Jeux olympiques à l’aide de l’expertise de spécialistes internationaux. Celles-ci ont été publiées ce lundi dans un deuxième document collectif de travail.

Pourtant, ceux qui sont impliqués dans l'événement ou qui ont pu se rendre sur place pour un premier aperçu confirment que le gouvernement chinois a la main absolue sur la façon de gérer la pandémie, même pour les JO.

Cela se voit déjà dans le fait que les règles appliquées pour les JO d’été de Tokyo ont été grandement modifiées par les organisateurs chinois. Le médecin olympique suisse Patrik Noack s’inquiète:

«Ce sera un défi énorme pour toute la délégation suisse en termes d'administration et de tests»
Patrik Noack, médecin olympique suisse

Alarme à l'aéroport

Tout commence déjà avant l’arrivée en Chine. Les organisateurs exigent que tous les visiteurs déclarent leurs éventuels tests positifs passés. Cela également dans le cas où ceux-ci remontent à plus d’une année et que la personne en question a été vaccinée deux à trois fois entre-temps. Les médecins-chefs de plusieurs pays occidentaux n'y voient aucun intérêt.

Les personnes ayant contracté le virus par le passé doivent fournir des documents et des résultats d'examens en plus des documents habituels. En cas de non-respect de cette règle, les individus se verront refuser l’embarquement dans l’avion.

Fanny Smith a raconté à watson son voyage en Chine au début du mois👇

C’était le cas début décembre pour un athlète de combiné nordique. Il avait prévu de se rendre en Chine pour l’événement test des JO depuis Francfort. L’application chinoise, qu’il devait télécharger à l’avance sur son téléphone portable, s’est allumée en rouge lors de l’embarquement. Il n’a pas pu monter à bord de l’avion.

De plus, il faut également prendre en compte que l'ambassade chinoise indique à l'équipe olympique suisse les quatorze centres de test dans lesquels il est autorisé d'effectuer le dernier test PCR 72 heures avant le départ. La Suisse centrale ainsi que les cantons de Berne, d'Argovie, de Soleure et de Bâle-Campagne ne figurent pas dans la liste.

L'enfer après un test positif

Le pire cauchemar serait toutefois un test positif sur place. Certes, le protocole prévoit une procédure claire: isolement dans un hôpital ou un autre établissement de santé, personnel soignant anglophone, autorisation de visites pour les membres de l’équipe en respectant les mesures de distanciation. Mais contrairement aux règles de Tokyo qui fixaient l’isolement à dix jours, la durée de l’isolement pour les JO de Pékin n’est pas définie.

Mais le protocole ne semble être que de la poudre aux yeux: les chefs de délégation des pays occidentaux racontent que la réalité lors des tests ne correspond pas du tout à ces directives. Des personnes testées positives ont été transportées en ambulance. Personne ne parlait anglais et il fallait des heures pour que le lieu de séjour de la personne isolée soit communiqué.

Des prises de sang invasives ont été effectuées à plusieurs reprises au niveau de l'aine sur la personne testée positive. D'autres tests ont été réalisés, et la barrière de la langue ne permettait pas de comprendre leur raison. Le médecin en chef de la délégation américaine s'est montré indigné devant le déroulement des opérations.

Entre-temps, le variant Omicron est arrivé en Chine, et ce donc même avant les JO. Cette semaine, la ville de Tianjin a annoncé le premier cas positif.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz
Adaptation: Yoann Graber

À quoi ressemble le casting de Harry Potter, 20 ans après?

1 / 12
À quoi ressemble le casting de Harry Potter, 20 ans après?
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les Bouffistas: le marché de Noël de Montreux

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Constantin: «J'avais envisagé que Gelson me remplace»
Lors d'une interview accordée à la RTS après le match contre Servette (3-3), dimanche, le président du FC Sion a expliqué qu'il aurait aimé «faire un pas de recul» et laisser Gelson Fernandes à la tête du club.

Mené 3-1 par Servette, dimanche après-midi lors de l'ultime journée de Super League, le FC Sion a failli être barragiste. Il doit son maintien au gardien servettien Omeragic, coupable sur plusieurs buts, et à l'égalisation arrachée par Karlen en toute fin de rencontre (3-3).

L’article