DE | FR
Joana Heidrich (à gauche) et sa partenaire Anouk Vergé-Dépré joueront une demi-finale du tournoi olympique de Tokyo jeudi matin.
Joana Heidrich (à gauche) et sa partenaire Anouk Vergé-Dépré joueront une demi-finale du tournoi olympique de Tokyo jeudi matin. image: keystone
Jeux olympiques

Cinq choses à savoir sur la paire Heidrich/Vergé-Dépré avant leur match

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré jouent cette nuit leur demi-finale du tournoi de beach-volley aux JO de Tokyo. Il ne leur manque plus qu'une victoire pour décrocher une médaille. Ce serait une première depuis 2004.
03.08.2021, 19:0004.08.2021, 19:06
Suivez-moi

Un seul succès, et le duo Joana Heidrich/Anouk Vergé-Dépré sera assuré de revenir de Tokyo avec une breloque. Si la Zurichoise et la Bernoise l'emportent jeudi matin (2h00) en demi-finale contre la paire américaine April Ross/Alix Klineman, elles seront certaines de récolter au moins l'argent. En cas de défaite, elles pourront toujours viser le bronze dans la petite finale.

Le beach-volley suisse n'a plus ramené de médaille depuis les Jeux d'Athènes en 2004 et la troisième place de Patrick Heuscher et Stefan Kobel.

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré entretiennent l'espoir grâce à leur victoire mardi matin en quart contre les Brésiliennes Ana Patricia et Rebecca (21-19, 18-21, 15-12).

On vous propose de mieux faire connaissance avec cette paire helvétique en cinq points.

Des débuts en 2016

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré ont toutes deux participé aux derniers Jeux olympiques de Rio. Mais pas ensemble. Heidrich y a décroché la cinquième place avec Nadine Zumkehr, tandis que Vergé-Dépré – associée à Isabelle Forrer – a terminé neuvième.

Juste après le tournoi brésilien, leurs coéquipières respectives ont annoncé leur retraite. Alors, la Zurichoise et la Bernoise ont rapidement décidé de former une équipe et ont commencé à s'entraîner ensemble trois mois après les JO. «L’idée de jouer ensemble est venue de nous», expliquait Anouk Vergé-Dépré au Temps. Un choix réfléchi, comme le précisait la native de Berne au site spécialisé beachmajorseries.com:

«On a discuté de nos buts et de nos envies avec Joana avant de parler à nos entraîneurs pour voir s’il y avait une vision commune. Je me suis beaucoup entraîné face à Joana lors des quatre années passées, on se connait très bien»
Anouk Vergé-Dépré

Avant la demi-finale aux Jeux olympiques de Tokyo, le sommet de la carrière du duo était un titre de championnes d'Europe en 2020, gagné en septembre dernier à Jurmala en Lettonie.

La paire a aussi connu quelques bas, notamment en été 2018 quand Joana Heidrich a été opérée d'une hernie discale, puis mise sur la touche pendant de longues semaines. La résidente de Kloten confiait en septembre 2019 au Matin Dimanche les craintes qu'elle avait eues pendant cet arrêt forcé: «Je me demandais si je réussirais à revenir au top. Mais au final, je pense que cela m’a rendue plus forte.»

Un changement obligatoire

Pour combler leur souhait de jouer ensemble, les deux beach-volleyeuses ont dû effectuer un changement tactique majeur. Ou plutôt Anouk Vergé-Dépré. La Bernoise, principalement placée au filet dans sa précédente équipe, a été contrainte de reculer dans le terrain, pour réceptionner en phase défensive. La raison? Joana Heidrich est, elle aussi, une grande spécialiste du bloc. La Zurichoise, avec son mètre nonante – cinq centimètres de plus que Vergé-Dépré – est l'une des meilleures joueuses de la planète dans ce domaine.

Ce «sacrifice», nécessaire pour la complémentarité de l'équipe, n'a pas toujours été facile à faire pour Anouk Vergé-Dépré:

«Ce changement de poste me demande beaucoup d’énergie. Au bloc, tout était devenu naturel, fluide. Là, je me retrouve dans cette situation où je dois réfléchir: comment me placer? Que faire de mes mains? Je reviens à ce stade où il faut apprendre de nouveaux mouvements et les intérioriser.»
Anouk Vergé-Dépré, en avril 2017 au Temps

Depuis, la Bernoise a donc parfaitement intégré son nouveau rôle. Sans quoi elle ne disputerait pas une demi-finale olympique cette semaine.

Des familles de volleyeurs

Pour Anouk Vergé-Dépré, le fruit n'est pas tombé loin de l'arbre. Ses deux parents sont volleyeurs. Son père Jean-Charles, d'origine guadeloupéenne, a porté le maillot de l'équipe de France. Sa mère, Sandra, a évolué en première division helvétique. Sa jeune sœur Zoé pratique elle aussi le beach-volley à haut niveau.

C'est d'ailleurs avec sa sœur qu'Anouk a disputé les championnats d'Europe 2018, pendant la convalescence de sa partenaire habituelle.

De son côté, Joana Heidrich a réalisé ses premières manchettes et frappé ses premiers smashs à treize ans. C'est d'abord devant sa télévision qu'elle a eu envie de commencer le volley, en regardant les exploits de Patrick Heuscher et Stefan Kobel en 2004 sur le sable d'Athènes. Après quoi elle a décidé de s'inscrire au VBC Züri Unterland.

Un club qu'a aussi fréquenté son frère cadet Adrian (26 ans), avant d'évoluer à Amriswil en LNA en 2012. Comme sa sœur, le Zurichois a décidé de passer du taraflex au sable. Il est lui aussi professionnel de beach-volley, depuis 2016.

Une étudiante fribourgeoise

Anouk Vergé-Dépré a plusieurs talents. A côté de sa carrière de beach-volleyeuse professionnelle, elle fait un Bachelor à l'Université de Fribourg. Elle y étudie les sciences de la communication et des médias en branche principale, ainsi que la gestion d’entreprise et la psychologie en branches secondaires.

Elle a profité du confinement en avril 2020 pour mettre davantage le nez dans ses cahiers. En temps normal, son planning très chargé ne lui laisse pas beaucoup de temps pour le faire, comme elle l'expliquait en 2012: «En tant que sportive de haut niveau et étudiante, on apprend à profiter du peu de temps dont on dispose pour travailler de manière efficace, poser des priorités et s’organiser de manière optimale.»

Des fans de hip-hop

En plus de partager leur passion pour le beach-volley, Anouk Vergé-Dépré et Joana Heidrich ont aussi en commun leur goût pour la musique hip-hop.

La Bernoise apprécie aussi la salsa et l'électro. La Zurichoise complète, elle, sa playlist avec du R'n'B.

En matière de sport, les deux coéquipières pourraient aussi former un duo sur un court: chacune joue au tennis. De là à succéder à Belinda Bencic et Viktorija Golubic au palmarès des breloques dans trois ans aux JO de Paris?

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

25 trucs énervants que les gens font dans la vie

1 / 28
25 trucs énervants que les gens font dans la vie
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Wawrinka-Djokovic, une des plus belles rivalités en cinq matchs fous
Stan Wawrinka et Novak Djokovic en découdront en 8e de finale à Rome ce jeudi après-midi. Ce match sera leur 26e affrontement (le Serbe mène 19 à 6). L'occasion de revenir sur les cinq duels les plus fous entre le Vaudois et le Serbe.

Stan Wawrinka-Novak Djokovic, c'est tout simplement l'une des plus belles rivalités dans l'histoire du tennis. Les deux hommes s'affronteront ce jeudi après-midi à Rome pour un ticket en quart de finale, plus de deux ans et demi après leur dernier match (victoire de Wawrinka par abandon au 3e tour de l'US Open 2019). Avec un Vaudois de retour aux affaires après une pause de plus d'une année et un «Djoker» orgueilleux, à la recherche de son meilleur niveau et d'un nouveau titre, ce duel promet beaucoup.

L’article