DE | FR
Julia Marino, à gauche, après avoir remporté l'argent en Slopestyle avec une planche Prada qui lui vaudra  de se retirer de l'épreuve suivante.
Julia Marino, à gauche, après avoir remporté l'argent en Slopestyle avec une planche Prada qui lui vaudra de se retirer de l'épreuve suivante.Image: twitter
Jeux olympiques

Elle a dû renoncer à une épreuve à cause d'un logo sur son snowboard

La star américaine Julia Marino dénonce une «farce» de la part des dirigeants olympiques qui l'auraient forcée à abandonner en cours de compétition.
17.02.2022, 03:3917.02.2022, 08:29

Une snowboardeuse américaine vient de révéler les détails de la dispute qui l'a conduite à se retirer soudainement de l'épreuve féminine de snowboard «Big Air» aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin.

Dès le début des Jeux, Julia Marino a remporté la première médaille pour son pays, en décrochant l'argent dans l'épreuve féminine de Slopestyle, sur une planche portant un logo Prada rouge et blanc. Le problème est que la maison de haute couture n'est pas un sponsor officiel du Comité international olympique (CIO), l'organe dirigeant des JO, dont le siège se trouve à Lausanne.

On vous avait parlé de Julia Marino et de son équipement hors du commun ici:

Un logo «non-conforme»

Les problèmes ont commencé lors d'un tour d'entraînement avant la première compétition: les organisateurs des JO auraient demandé, discrètement, à l'athlète de recouvrir de ruban adhésif le logo Prada sur son casque, mais pas sur sa planche.

Mais ce n'est qu'après la victoire, qui a d'ailleurs engendré une explosion des ventes de snowboard de la marque italienne en seulement quelques heures, que le CIO a dit à la Team USA que la jeune femme de 24 ans avait deux options, selon le média Front Office Sports:

  • Soit, peindre le logo afin qu'il ne soit plus visible;
  • Ou alors, utiliser une autre planche.

La riposte de Team USA

Comme le rapporte Fox Sports, dans une lettre adressée au CIO, le comité olympique et paralympique américain (USOPC) a fait valoir que l'utilisation de la planche Prada était identique à celle des autres concurrents utilisant des snowboards, tels que Burton et Roxy, qui ne sont pas non plus des sponsors officiels des JO.

«...Recouvrir le logo n'est pas une option réalisable. Le logo est moulé sur la planche et le modifier entraînerait une résistance et interromprait la surface destinée à la glisse. Pour ces raisons, nous demandons au CIO de reconsidérer sa position et d'autoriser Julia Marino à utiliser la même planche que celle utilisée lors de l'épreuve de snowboard Slopestyle.»
Dean Nakamura, vice-président de l'USOPC

La réponse du CIO à cette lettre a été sans équivoque: «La ligne Linea Rossa de Prada n'est pas une marque sportive légitime.» En d'autres termes: c'est non.

Sur Instagram, dans une publication ayant mystérieusement disparu, Julia Marino, dont la bio indique qu'elle est une «athlète Prada», a publiquement critiqué le CIO, affirmant que la sécurité des athlètes n'était pas leur priorité:

«Pour tous ceux qui se posent la question, la nuit avant le Big air, le CIO m'a dit qu'ils n'approuvaient plus ma planche même (si) ils l'ont approuvée pour le Slopestyle ... Ils m'ont dit que je serais disqualifiée si je ne recouvrais pas le logo et m'ont obligé à dessiner sur la base de ma planche. Quoi qu'il en soit, je me suis laissée tomber dans le saut pour voir comment le coccyx se sentait après avoir pris un slam (un plateau) l'autre jour à l'entraînement et après que ma base ait été modifiée. Je n'avais aucune vitesse pour le saut et je n'ai pas été capable de le franchir plusieurs fois. Je me sentais juste épuisé physiquement et mentalement par cette distraction et le slam que j'ai pris. J'étais super excitée par mon résultat en Slopestyle, mon épreuve principale, et j'ai décidé de ne pas risquer de me blesser davantage, même si cela ne semblait pas être la priorité absolue du CIO.»

En attendant, le CIO n'a pas encore commenté publiquement ce différend et la snowboardeuse américaine a déjà quitté Pékin, sûrement en route vers d'autres cieux.

Plus d'articles sur le sport

Ils se croient super forts et se retrouvent piégés sur les via ferrata

Link zum Artikel

Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger

Link zum Artikel

Le cas Idrissa Gueye éclaire toute l’hypocrisie du football

Link zum Artikel

Le football suisse entame une semaine décisive pour son avenir

Link zum Artikel

Des femmes témoignent: «Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

«On bidouillait»: Il a vécu toutes les Patrouilles des glaciers, il raconte

Link zum Artikel

Les défenseurs collés aux poteaux sur corner? Complètement has been

Link zum Artikel

Le FC Winterthour et sa culture punk, ovni du foot moderne

Link zum Artikel

Evenepoel met tout le monde d'accord: la Belgique tient un phénomène

Link zum Artikel

Le Bâlois Alex Wilson, suspendu pour dopage, victime d'un complot?

Link zum Artikel

Un horrible tacle a brisé la carrière de cette Neuchâteloise

Link zum Artikel

De mythe à «club de village», Kloten sera modeste en National League

Link zum Artikel

Isaiah Thomas, une ode à la résilience version US

Link zum Artikel

Zeki Amdouni, la pépite qui peut encore sauver le Lausanne-Sport

Link zum Artikel

Bencic: «Quand je pense à la guerre, je relativise l'importance du tennis»

Link zum Artikel

Les cyclistes pros sont devenus des toxicomanes accros aux pilules

Link zum Artikel

Comment Luka Modric a fait de son extérieur du pied une arme fatale

Link zum Artikel

Cette Romande a passé 40 jours seule en montagne et est revenue transformée

Link zum Artikel

Une langue de footballeur a encore fourché: top 20 des phrases cultes

Link zum Artikel

Que le football suisse cesse d'inventer des formules hallucinogènes

Link zum Artikel

Gegenpressing contre jeu de position: l'heure du grand duel

Link zum Artikel

Thibaut Monnet: «J'ai laissé quelques bouts de dents sur la glace»

Link zum Artikel

La drôle d'histoire des animaux qui peuplent le hockey suisse

Link zum Artikel

Cette Valaisanne increvable a réalisé le doublé Lauberhorn-Kitzbühel

Link zum Artikel

Simon Ammann: «Arrêter ou continuer, je n'arrive pas à me décider»

Link zum Artikel

Osaka, Rapinoe, Williams: la «culture de la victimisation» made in USA

Link zum Artikel

Iga Swiatek, nouvelle reine du tennis, a construit sa légende à Montreux

Link zum Artikel

Le patron du Tour de Suisse: «La Romandie ne veut pas de nous»

Link zum Artikel

Les lasers verts qui ont ciblé Salah sont les plus dangereux

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Croci-Torti, le coach qui a mené Lugano du chaos à la finale de Coupe
Le FC Lugano affronte Saint-Gall dimanche en finale de Coupe de Suisse à Berne (14h00). A sa tête, un technicien de 40 ans originaire de Chiasso, nommé dans la gabegie totale l'été dernier, qui a su redresser l'équipe grâce à ses qualités humaines. Portrait.

Le FC Lugano défiera le FC Saint-Gall dans le cadre de la finale de la 97ème édition de la Coupe de Suisse, ce dimanche à 14h00. Une compétition que les Tessinois n'ont plus remportée depuis 1993. À leur tête, on retrouve un «Chiassesi» (originaire de la ville rivale de Chiasso), qui a su se faire apprécier par tout un canton grâce à son travail mais également ses qualités humaines. Retour sur le parcours d'un joueur humble et d'un coach passionné.

L’article