DE | FR
Marco Odermatt et sa vision dorée.
Marco Odermatt et sa vision dorée.Image: sda

Marco Odermatt, l'apprentissage doré d'un skieur d'instinct

Un titre olympique, un grand globe de cristal, celui du géant: Marco Odermatt a confirmé en 2022 les espoirs placés en lui. Magistralement et humblement.
16.03.2022, 11:26
Suivez-moi

Je me souviens de ce jour, devant mon poste de télévision: c'était en 2016, la RTS avait joué les prolongations pour la première manche de la saison. Un jeune skieur s'amuse avec la pente vertigineuse et verglacée du glacier du Rettenbach, quelques extensions et un ski extérieur qui traîne dans certaines courbes, pour bluffer son monde en coupant la ligne avec un temps qui l'envoie dans les quinze meilleurs.

Dans la raquette d'arrivée de Soelden, ce jeunot de 19 ans venait de claquer une grosse manche avec son dossard 53. Ce jour-là, pour moi, la machine Odermatt était lancée, elle était en plein tour de chauffe et s'apprêtait à passer la seconde. Mais fallait-il encore savoir quand.

En 2022, le gamin a bien grandi. Les lauriers, une myriade de commentaires élogieux et un avenir annoncé radieux, Marco Odermatt continue à crier sa joie et parfois sa frustration sur le Cirque blanc. Le grand globe, celui du géant et la médaille d'or olympique dans la sacoche, c'est un sans-faute pour le Nidwaldien. Il aura donc fallu attendre six ans pour le voir dominer le ski alpin mondial, pour parfaire son vocable de champion.

Si à Kranjska Gora, le week-end dernier, son emprise n'a pas été écrasante, il a démontré son sérieux malgré les sollicitations nombreuses et la fatigue accumulée après le titre olympique. A 24 ans, il fallait se montrer prompt et les épaules solides pour ne pas craquer.

Cette nouvelle dimension porte le sceau du sprint final perdu de la saison dernière. Difficile de ne pas repenser à son faciès défait, battu par Pinturault d'une poignée de points, alors qu'il était revenu tel un boulet de canon pour lui contester le grand globe. Lenzerheide avait joué le rôle du tombeau des rêves, mais murmurait de grands espoirs pour le futur.

Après la naissance en 2016, l'échec en 2021, vient la maturité en 2022: autour de quelques puissants câbles de force que sont le souvenir, le langage, le questionnement, le souci du détail, ce jour précis a bâti la carrure du champion d'aujourd'hui. Odermatt est devenu un gagneur, ce jour où le Français exultait. Naguère perdant, désormais gagnant. La désillusion pour apprentissage. Le funambule de Nidwald apprend vite, intègre vite et exécute sans la moindre difficulté.

«Life is a game, play it!»

Sa faculté à mettre rapidement en application révèle son état d'esprit et son désir de s'amuser sur les lattes. Cette phrase écrite sur son compte Instagram résume plutôt bien le caractère du garçon: «Life is a game, play it!» Toujours prêt à jouer avec les attentes et la pression, il s'impose cette formule pour conjurer les attentes toujours plus grandes.

Une trajectoire vers les sommets aussi limpide que son appui sur son ski extérieur.
Une trajectoire vers les sommets aussi limpide que son appui sur son ski extérieur. Image: sda

Depuis ce géant du 9 mars 2019, et son premier podium en Coupe du monde, le Nidwaldien a grandi année après année le sourire aux lèvres, pour revêtir le rôle du polyvalent capable de gagner sur n'importe quel terrain, comme le prédisait Marcel Hirscher en 2019 au micro de la SRF: «Il peut gagner ce qu'il veut», osait-il. Avant que le paternel Odermatt, Walter de son prénom, ne monte aux barricades et n'explique que c'était «un non-sens et des mots stupides». Mais Marcel avait raison, il avait lu l'avenir dans ces huit gros globes de cristal.

L'Autrichien paraît intouchable avec ses huit sacres, mais Odermatt est capable de suivre les traces d'un certain Pirmin Zurbriggen et ses quatre gros globes de cristal de la CDM. Les facteurs sont nombreux pour imaginer le jeune Suisse régner: une carrière tient à cette articulation entre la santé et une part de chance. Le mental, lui, semble bien solide, et «Odi» n'est pas près de prendre la grosse tête.

Si les astres s'alignent, Odermatt a le bagage pour tenir de longues années sur le devant de la scène, pour se maintenir tout en haut de la hiérarchie. Alors qu'il reste les finales à Méribel/Courchevel et son couronnement attendu, l'année prochaine sera déterminante pour comprendre si Odermatt est façonné pour tout rafler sur son passage et nous composer une oeuvre qui fera date dans le ski suisse.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les paroles d'un ex-joueur de l'OM fuitent et embrasent Marseille
Florian Thauvin a avoué vendredi dans une émission radio de RMC que son départ de l'OM était lié à la crainte pour la sécurité de son fils en ville. Des propos censés rester privés, mais qui ont été publiés et qui enflamment la toile, entre indignation et récupération politique.

«Je suis vraiment déçu, dégoûté, je le vis comme une trahison. Parce qu'on ne dévoile pas une discussion privée publiquement.» Florian Thauvin l'avait en travers de la gorge samedi matin. C'est avec ces termes que l'ancien joueur de l'Olympique de Marseille entame la vidéo qu'il a postée sur Twitter, pour tenter d'éteindre la polémique qu'il avait créée la veille. Beaucoup de fans de l'OM n'ont pas été tendres sur les réseaux sociaux avec leur ex-chouchou.

L’article