DE | FR
Yvon Mvogo Nati équipe de Suisse football

Yvon Mvogo lors de sa première sélection en équipe nationale suisse, le 15 octobre 2018 à Reykjavik contre l'Islande. image: keystone

Nati

Yvon Mvogo, la patience et l'intelligence récompensées

Le gardien fribourgeois va peut-être disputer dimanche son premier match dans un grand tournoi. A l'Euro, l'habituel numéro 2 pourrait être amené à remplacer le titulaire Yann Sommer, qui a quitté l'équipe pour assister à la naissance de son deuxième enfant. Portrait.



Yvon Mvogo s'apprête à vivre une grande aventure. Grâce à une femme. Celle de Yann Sommer. Hein? Hé oui: la chérie du gardien titulaire de la Nati va donner naissance au deuxième enfant du couple. Jeudi matin, le papa a pris l'avion direction Cologne pour assister à l'heureux événement. Du coup, s'il ne revient pas d'ici dimanche et le match contre la Turquie à Bakou (18h00), il laissera sa place dans la cage au Fribourgeois, habituel numéro 2 de l'équipe nationale.

Yvon Mvogo et Yann Sommer avec la Nati lors de l'Euro 2020

La relation entre Yvon Mvogo (à droite) et le portier titulaire de la Nati Yann Sommer est bonne. keystone

Yvon Mvogo jouerait son premier match dans un grand tournoi. Il avait déjà pu goûter à ce genre d'ambiance en 2018, puisqu'il était le troisième gardien de l'équipe suisse à la Coupe du monde en Russie. Depuis, l'ex-numéro 2 Roman Bürki a claqué la porte de la Nati, lassé de n'être que la doublure de Sommer. Mvogo, lui, n'a jamais baissé les bras et a attendu patiemment son heure de gloire. «Yvon a toujours eu une super mentalité», se réjouit Valentin Danzi, son entraîneur quand il évoluait en juniors au centre de formation cantonal fribourgeois (Team AFF). L'ex-coach enchaîne:

«Humainement, c'est un gars génial, il ne tirera jamais la gueule s'il ne joue pas. Pour un entraîneur, ce genre de joueur, c'est du pain béni»

Valentin Danzi, ex-entraîneur d'Yvon Mvogo au centre de formation cantonal fribourgeois (Team AFF)

Alain Rochat a, lui, côtoyé le portier international pendant quatre ans à Young Boys. L'ancien défenseur vaudois en garde lui aussi un excellent souvenir: «Yvon avait toujours la banane, on l’entendait beaucoup dans le vestiaire. Il était heureux d'être là, très enthousiaste et concentré sur le football.» Dans un grand tournoi, où les coéquipiers et le staff sont constamment ensemble pendant plusieurs semaines, la vie de groupe est déterminante. Et Vladimir Petkovic le sait.

Un gardien bien entouré

Le sélectionneur helvétique a toujours fait confiance à Yvon Mvogo, même quand le Fribourgeois ne jouait quasiment pas à Leipzig, entre 2017 et 2020. Pour gagner du temps de jeu, le natif de Yaoundé au Cameroun a quitté la Bundesliga l'été dernier et a signé pour deux ans, en prêt, au PSV Eindhoven. Lors de la saison écoulée, il a disputé 33 matchs du championnat des Pays-Bas et 8 d'Europa League.

Ce transfert pertinent dans un club historique et ambitieux –deuxième du dernier exercice derrière l'Ajax, et qui compte par exemple dans ses rangs le champion du monde allemand Mario Götze – permet à l'international suisse d'engranger une solide expérience et d'arriver très bien préparé pour cet Euro.

Si Yvon Mvogo est aujourd'hui au sommet du football helvétique, c'est justement aussi grâce à des choix de carrière judicieux et à un bon entourage. «Quand Yvon a fait ses débuts avec l'équipe de Suisse M15 en 2009, des agents d'Allemagne et d'Italie ont commencé à m'appeler, rembobine Valentin Danzi. Les sommes proposées étaient très conséquentes, surtout pour une famille modeste comme celle d'Yvon. Mais avec la direction du Team AFF, nous avons conseillé à Yvon et sa maman de ne pas céder au chant des sirènes et de privilégier la filière Young Boys.»

Un coaching gagnant: l'ancien junior du FC Marly terminera sa formation dans le club de la capitale, et il s'imposera définitivement comme gardien numéro 1 de la première équipe dès le 8 décembre 2013. Ce jour-là, l'emblématique portier de YB Marco Wölfli se blesse gravement en plein match à Thoune et est remplacé par le jeune Fribourgeois. Très convaincant, Mvogo ne quittera plus la cage bernoise jusqu'à son départ à Leipzig en été 2017.

Une prouesse en vidéo de Mvogo à Leipzig

Une personnalité déterminante

L'actuel dernier rempart d'Eindhoven a connu une progression linéaire depuis les M13 du Team AFF en 2006. Pourtant, à son arrivée à Fribourg, rares sont ceux qui imaginaient une si belle carrière pour le Marlinois. Valentin Danzi n'en faisait pas partie. «C'était lors de ma première année d'entraîneur des gardiens là-bas. Un jour, un collègue me demande de venir deux minutes au bord du terrain à Saint-Léonard. Il m'explique, en désignant Yvon du doigt, qu'il sera mon nouveau gardien l'année suivante. Je lui demande alors s'il n'y a vraiment personne d'autre... Et là, le directeur me répond, en rigolant: "Au moins, tu auras du travail avec lui!"», se marre l'actuel entraîneur des portiers du FC Bulle et journaliste à Radio Fribourg.

L'ex-coach des jeunes gardiens fribourgeois se rend compte du potentiel de son protégé deux ans plus tard, quand toutes les qualités que requiert ce poste dans le foot de haut niveau deviennent perceptibles chez Yvon: une bonne taille, la technique et le mental. C'est d'ailleurs la personnalité du Fribourgeois qui fera tilt au staff de l'AFF:

«On a compris qu'Yvon avait ce petit quelque chose en plus en voyant tout le respect qu'il vouait à sa maman»

Valentin Danzi

Signe que le jeune homme d'à peine 15 ans est posé et déjà très mature. Il est reconnaissant envers une mère qui a quitté le Cameroun quand son fils avait 6 ans, pour lui offrir la meilleure éducation possible en Suisse. Pour cette femme, qui se démène en faisant des ménages histoire que son enfant ne manque de rien, l'école est cruciale. Tout le contraire du foot. Elle accepte de laisser venir jouer Yvon au Team AFF seulement après avoir négocié un deal avec les entraîneurs: son rejeton jouera au foot tant qu'il aura de bonnes notes et une attitude exemplaire en classe. Sinon, il ne tapera plus dans un ballon.

Heureusement pour lui et pour tous les fans de la Nati, Yvon Mvogo a fait le job derrière son pupitre. Il est prêt à le faire ces prochains jours sur sa ligne de but avec l'équipe nationale. Alain Rochat a confiance en son ex-coéquipier: «Il est très athlétique, il prend énormément de place dans le but. Ses réflexes sont impressionnants, et il a beaucoup progressé dans ses sorties aériennes, son point faible à l'époque.»

Alain Rochat tacle juste devant Yvon Mvogo lors d'un match entre Young Boys et Lausanne en Super League en août 2016.

Alain Rochat (en jaune) tacle pour sauver une action juste devant son gardien Yvon Mvogo, lors d'un match de Super League en août 2016 contre le Lausanne-Sport. image: keystone

Valentin Danzi se réjouit de suivre depuis son appartement bullois les exploits d'Yvon Mvogo à l'Euro. Même si le Gruérien avoue être toujours tendu, derrière sa télé, quand son ancien protégé défend les filets. Sur son canapé, le coach ne portera pas le maillot de la Nati que son ex-élève lui avait offert après sa première sélection. «Vu la différence de taille, je l'utilise plutôt comme chemise de nuit!», rigole l'entraîneur des gardiens du FC Bulle. Ce cadeau en est la preuve: Yvon Mvogo n'oublie pas d'où il vient. Et cet état d'esprit positif sera peut-être déterminant pour lui et l'équipe de Suisse dans cet Euro.

Bio express d'Yvon Mvogo

Né le 6 juin 1994 à Yaoundé (Cameroun)
Arrive à l'âge de six ans en Suisse, à Marly (FR)
2006-2010: sélections cantonales fribourgeoises au Team AFF M13 à M15
2010: part à Young Boys terminer sa formation
8 décembre 2013: premier match en Super League avec YB
été 2017: quitte YB pour Leipzig
été 2018: troisième gardien de la Nati à la Coupe du monde en Russie
15 octobre 2018: premier match avec la Nati en Islande
été 2020: part en prêt pour deux saisons à Eindhoven
20 juin 2021: peut-être un premier match avec la Nati dans un Euro
Au total, Yvon Mvogo compte quatre sélections avec l'équipe de Suisse.

Plus d'articles sur le sport

Qui pour remplacer Vladimir Petkovic? Portrait du successeur idéal

Link zum Artikel

Lea Sprunger: «Quand je suis stressée, je fais le ménage»

Link zum Artikel

Pourquoi Belinda Bencic est si spéciale

Link zum Artikel

En sport, le trac est devenu officiellement un problème de santé

Link zum Artikel

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

Jérémy Desplanches: «Je pourrais dormir quinze heures par jour»

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Euro 2021

Londres est en ébullition à quelques heures de la finale

La capitale londonienne chante, prie et boit avant d'affronter l'Italie ce dimanche (21h00) à Wembley.

Le stade mythique de Wembley est prêt à rugir pour ses héros anglais, privés de titre majeur depuis 55 ans, face à des Italiens très ambitieux et déterminés à jouer les trouble-fête.

Au «pays du football», l'excitation est à son comble, malgré le rebond de l'épidémie de Covid. La sélection des «Three Lions» a pu s'en rendre compte dès samedi, escortée à la sortie de son camp de base par des fans en liesse, agitant leurs drapeaux et hurlant leurs encouragements.

«Voir les supporters dans la rue et …

Lire l’article
Link zum Artikel