DE | FR
L'international suisse peine encore à trouver ses marques à Lyon, où il a disputé sept matchs (1 but et 1 passe décisive).
L'international suisse peine encore à trouver ses marques à Lyon, où il a disputé sept matchs (1 but et 1 passe décisive).Image: Keystone
Nati

Xherdan Shaqiri doit-il jouer dans l'axe pour être bon?

L'international suisse semble souffrir de sa position sur le côté droit à Lyon. Le problème, c'est que son entraîneur n'a pas l'intention de le titulariser en meneur de jeu. On fait quoi, maintenant?
05.10.2021, 11:2205.10.2021, 14:36
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

La trêve internationale s'est ouverte comme une parenthèse bienvenue pour Xherdan Shaqiri cette semaine. L'international (96 sélections) s'apprête à retrouver la liberté qui lui plaît tant et que son entraîneur à l'Olympique Lyonnais (OL) semble encore lui refuser. Peter Bosz avait pourtant affirmé que Shaqiri était un joueur capable de jouer entre les lignes. Mais il le fait évoluer sur le flanc droit et dans un registre qui dessert l'explosivité et la capacité de percussion de sa nouvelle recrue.

Le résultat est fâcheux pour le joueur: Shaqiri, certes en manque de repères et de condition physique, a écopé de la pire note de l'OL lors des trois derniers matchs évalués par L'Equipe. «Il semble un peu bloqué à droite», remarque Christian Lanier, journaliste au Progrès, le quotidien de la région lyonnaise.

Deux questions se posent dès lors: Shaqiri peut-il avoir sa chance dans l'axe à Lyon; et, si non, peut-il être bon sur l'aile droite?

A la première question, Vincent Duluc hésite. «Peut-être que lorsque Kadewere (blessé) reviendra, Shaqiri pourra être installé en meneur de jeu derrière l'avant-centre. Mais Peter Bosz a aussi Paqueta et Aouar pour ça, donc je n'en suis pas certain», songe le journaliste vedette de L'Equipe. Son confrère Christian Lanier n'est pas plus optimiste pour l'avenir immédiat du Suisse: «Ça va être dur pour lui de se faire une place dans l'axe, où ils sont déjà deux pour le poste».

La compo du dernier match

Paqueta évoluait en faux neuf, dimanche contre Saint-Etienne, mais il retournera dans le coeur du jeu quand les attaquants Dembélé et Slimani feront leur retour.
Paqueta évoluait en faux neuf, dimanche contre Saint-Etienne, mais il retournera dans le coeur du jeu quand les attaquants Dembélé et Slimani feront leur retour.Image: L'Equipe

Le problème, pour «XS», c'est qu'il semble aussi souffrir de sa relation avec son latéral droit. Dubois (27 ans) et lui ne se sont pas toujours trouvés dimanche, Shaqiri ayant même manifesté un certain agacement à l'égard de son coéquipier, coupable à ses yeux de ne pas jouer assez vite.

L'entente, c'est vrai, est plus prometteuse avec Gusto, mais le latéral français n'en est encore qu'au stade des promesses (18 ans).

Le contexte n'est pas vraiment favorable au néo-Lyonnais; mais peut-il le devenir? Xherdan Shaqiri peut-il être bon durablement sur le côté droit? Le débat sur sa position de prédilection dure depuis au moins dix ans. Il était redoutable dans le couloir, au FC Bâle, au Bayern, puis en équipe de Suisse. Jusqu'au 25 juin 2014. Ce jour de Mondial brésilien contre le Honduras, Ottmar Hitzfeld installe son joyau en numéro dix. Score final: 3-0. Trois buts de Shaqiri.

Boum!
Boum!Image: Keystone

Vladimir Petkovic l'a ensuite titularisé à la fois dans l'axe et sur l'aile, au gré des échéances et des systèmes de jeu. Mais le gaucher a gardé une affection pour le poste de meneur. Il l'a dit en 2017 dans le Blick: «Je joue où l’entraîneur me dit de le faire. Mais ma position préférée, c’est clair, est celle de numéro dix».

La folle stat' de «XS» avec la Nati

Shaqiri est avec Cristiano Ronaldo, Romelu Lukaku et Ivan Perisic l'un des quatre joueurs européens à avoir trouvé le chemin des filets lors des quatre dernières phases finales. Une statistique incroyable qu'il pourrait améliorer l'an prochain si la Nati se qualifie pour le Mondial au Qatar, et si le numéro 23 y inscrit évidemment au moins un but.

C'est en soutien des attaquants que Rolf Fringer (ex-sélectionneur) et Alexandre Comisetti (ex-international) espéraient le voir évoluer à Lyon, parce que c'est dans ce registre qu'il peut le mieux exprimer «sa capacité à trouver les espaces et à casser les lignes dans les 40 derniers mètres», selon Comisetti, cité par 24 Heures.

Sept matchs plus tard, Alexandre Comisetti a pu remarquer qu'il sera difficile pour «XS» d'obtenir des prérogatives au cœur du jeu lyonnais. Mais il n'est pas inquiet pour autant.

«Bien sûr, j'aimerais voir Shaqiri dans l'axe. Mais il peut être très intéressant sur l'aile droite aussi, car il peut proposer des décalages, ou repiquer dans l'axe et amener des surnombres dans l'entre-jeu. Mais pour y arriver, il doit avoir derrière lui un latéral qui fasse ses courses dans le couloir. Ça peut être Widmer comme Mbabu en équipe de Suisse, ou Gusto avec Lyon. Il a bien combiné avec Gusto car il amène la profondeur que Shaqiri apporte finalement assez peu dans son couloir»

Peter Bosz peut-il écarter Dubois et privilégier Gusto dans le seul but de faire briller sa recrue suisse? Le journaliste lyonnais Christian Lanier n'y croit pas du tout. «Ce serait doublement compliqué. D'abord parce que Bosz a fait de Dubois son capitaine, ensuite parce que si Gusto va très vite et qu'il court beaucoup, il ne sait pas défendre

Pour gagner en constance et en sérénité, et pour s'installer durablement dans un grand club, ce qu'il n'a pas assez réussi à faire au cours de sa carrière, «XS» devra trouver le moyen de s'épanouir dans un collectif concurrentiel et aux côtés d'un joueur auquel il n'apparaît pas complémentaire.

Un défi de taille. Un de plus dans la carrière riche mais mouvementée de Xherdan Shaqiri.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Des joueurs en colère: «Ils ont massacré la Coupe Davis»
L’ancienne formule n’intéressait plus les stars. La nouvelle change tout le temps et n’intéresse plus le public. Quo vadis, Coupe Davis?

Dimanche, une nation remportera bien le Saladier d’argent, l'une des plus belles vieilleries de l'histoire du sport (1900). Une grande nation, peut-être pas: la compétition ressemble moins au Mondial de tennis tant fantasmé qu'à un dernier coup de collier avant les vacances. Ce saladier n'aura pas moins coûté 25 millions de dollars à ses organisateurs, soit la somme posée sur la table pour attirer les meilleurs, ceux qui comptent.

L’article