DE | FR
Beat Feuz a grandi dans des valeurs assez tenaces de friponnerie paysanne.
Beat Feuz a grandi dans des valeurs assez tenaces de friponnerie paysanne.Image: KEYSTONE
Pékin 2022

5 petits défauts qui ont fait la grandeur de Beat Feuz

Le Bernois, 1,72 m de talent pur, est le nouveau champion olympique de descente. Il sonne la revanche sociale des rêveurs et des estropiés.
07.02.2022, 06:1507.02.2022, 08:25

Petit coin de pays

Il est né dans l’Emmental, le pays du fromage à trous (le vrai) et du biscuit Kambly. Lieu exact: Bumbach, sur la commune de Schangen. Un décor comme on en voit que dans les pubs Ricola ou après une déviation sur l’autoroute.

Ici, Beat Feuz a grandi dans des valeurs assez tenaces de friponnerie paysanne, parmi les taiseux, les marioles et les rudement durs, graine de champion jaillie d’un petit lopin de terre, un peu poussée par papa, un peu laissée dans la nature, comme un vrai don du ciel: Schangen cultivait plutôt une passion pour la lutte.

Rudolf, le grand-père, est une fierté locale pour avoir créé le seul ski-lift de ces montagnes, un acte fondateur réalisé dans la plus pure tradition du pays; des arbalètes pour la montée et des pommes sur la descente (une piste bleue, mais on en trouve aussi une rouge).

Les parents de Beat Feuz, Hedi et Hans.
Les parents de Beat Feuz, Hedi et Hans.

Hans, le papa, était «un tout bon skieur», les gens racontent au Bund qu’il aurait pu taquiner les piquets, lui aussi, et qu’il aurait sûrement bien voulu, «mais il se rattrape un peu avec le fiston». La maman s’appelle Hedi, on ne lui a mis qu’un «i» pour ne pas exagérer avec les symboles. Elle gère encore le ski-lift, où elle emporte toujours son thermos à café - avec un Kambly, what else?

Petit corps malade

Avant de devenir le «Kugelblitz», ce que l’on pourrait traduire par «boule de feu» ou «éclair», Beat Feuz était un rabotson (mot vaudois non admis au Scrabble qui désigne un petit être rondouillard).

Il s’est cassé les deux talons à la veille de son huitième anniversaire. Une infection dans le sang a failli le priver de sa carrière en 2013, sinon de sa jambe toute entière (les médecins ont envisagé l’amputation). Il a subi une douzaine d’opérations au genou gauche, il ne sait plus exactement combien, mais sa carrière s'y étale en traitillés.

Plus la vie l'a joué à l'envers, plus Beat Feuz a appris à la prendre du bon côté. Mieux: il a fait de tous ses déboires une chance inestimable.

«Oui, je suis toujours de bonne humeur. Chaque course est un bonus»

Avec le temps, Beat Feuz a grandi un poil (1,72 m), tout en restant joufflu (80 kg). Mais il a développé des aptitudes immenses. Il a acquis ce que les ténors de l’exégèse alpine appellent une «qualité de pied», on ne comprend pas vraiment ce que ça veut dire, mais les mots sont choisis, et on pense immédiatement à Zidane et Maradona.

Beat Feuz s’en expliquait dans une magnifique interview accordée à Florian Müller dans Le Matin, juste avant les JO 2018:

«C’est quelque chose que j’ai dû développer à cause de mes blessures. En fait, je n’avais pas le choix: si je voulais continuer ma carrière, je devais skier en sensation, et pas en force. Je crois que mon corps a de lui-même pris cette décision. Mon style n’a pas changé radicalement. Qu’on s’entende: je n’ai jamais été un adepte de la force pure. Mais au fur et à mesure des entraînements, le corps se dirige naturellement vers ce qui le fait le moins souffrir.»

Petit paresseux

C’est vrai qu’il n’a jamais eu une tête de premier de classe, avec cet œil doux des flâneurs et ce teint rougeâtre des vilains farceurs, dernière rangée près du radiateur d’où, entre deux rêveries, il pouvait voir la piste de son grand-père.

Il a toujours aimé manger, n’a jamais refusé une bonne bière ou une bonne blague et, forcément, ses entraîneurs ont commencé à le trouver lourd. Graine de champion trop arrosée, trop protégée, impropre à la compétition.

«On a dit que je gaspillais mon talent, mais peut-être que j’aurais perdu tout intérêt pour la compétition si je ne l’avais pas prise un peu à la légère, si j’avais été professionnel à 100% dès l’âge de 18 ans»
Dans la NZZ

Il n’a en pas moins entamé une formation de maçon à l’été 2002 et ne semblait pas en prendre ombrage. Il retrouvait ses potes au Gasthof Rosegg, un petit troquet près du ski-lift, et y abattait ses cartes avec un certain aplomb. Mais comment passer à côté d’un tel talent?

Image: KEYSTONE

Petit prodige

Ce talent fut d'abord son défaut, sa petite faiblesse. Pour le reste, il était plutôt casse-cou, évidemment, car les vocations de descendeurs ne naissent pas dans un cour de poterie. Mais ceux qui ont coaché le jeune Feuz décrivent surtout un instinct inné, un touché de neige délicat et subtil.

Le pied, toujours. «Le gauche», insiste-t-il dans la même interview au Matin. «Depuis que je me suis déchiré le tendon d’Achille de ce pied, il a compensé son manque de force par plus de sensations. C’est lui, le métronome: il décide de la pression que je peux mettre. Alors que le droit, qui est plus musclé, sert de garde-fou. Il est là pour compenser.»

A Val-d’Isère, le speaker a lancé un jour, avec des hardiesses de fin de banquet, que «Feuz a des pieds aussi agiles que les mains d’un pianiste». Tout dans son style n’est qu’appuis légers et subreptices, souplesse et efficacité du mouvement, en gardant un centre de gravité très bas, proche des éléments.

Peu de descendeurs ont cette fluidité naturelle, développée sur un pâturage de l’Emmenthal jour après jour, pour le seul plaisir de folâtrer, sans autre enjeu existentiel, à priori, que d’éviter l’école et l’écurie.

Feuz a joué du piano là où d’autres sont faits pour le déménager - une pensée pour son grand rival Dominik Paris, 102 kilos de muscles, dans un style plus pic à glace. «Chez les descendeurs, Feuz serait un peu Federer et Paris Nadal», résume joliment la NZZ.

Un casse-cou en wingsuit dévale le flanc d'une montagne à Verbier

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nouvelle terrible désillusion pour la Suisse, éliminée des Mondiaux
Invaincus en phase préliminaire, les hockeyeurs helvétiques sont tombés dès les quarts de finale à Helsinski, battus 3-0 par des Etats-Unis sobres et réalistes.

La Suisse restait sur une série de six victoires en six matchs. Mais comme souvent aux championnats du monde, elle est restée au stade des grandes intentions, stoppée dans son élan par un adversaire accrocheur, avec une force de conviction supérieure.

L’article