DE | FR
Manchester City a conquis son huitième titre de champion d'Angleterre.
Manchester City a conquis son huitième titre de champion d'Angleterre.

Folle journée en Premier League: un but sépare le champion de son dauphin

Manchester City est revenu de nulle part pour battre Aston Villa d'une longueur, et terminer la saison juste devant Liverpool.
22.05.2022, 18:5423.05.2022, 07:58

Manchester City a conquis son huitième titre de champion d'Angleterre, le quatrième en cinq ans. Les Citizens ont battu Aston Villa 3-2 après avoir pourtant été menés 0-2.

Mal embarquée dans le match après des réussites de Cash (37e) et Coutinho (69e) pour les Villans, l'équipe de Pep Guardiola a renversé la situation en quelques minutes grâce à des buts du remplaçant Gündogan (76e/81e) et de Rodri (78e).

Guardiola en larmes

Pep Guardiola n'a pu retenir son émotion au coup de sifflet final. L'Espagnol a remporté le championnat anglais pour la quatrième fois de sa carrière. Il fait ainsi mieux que Wenger ou Mourinho (3 titres). Ferguson domine toujours le classement des entraîneurs les plus titrés, et de loin, avec 13 sacres nationaux à la tête de Manchester United.

Les fans ont envahi le terrain

Elle finit avec un petit point d'avance sur Liverpool, qui a peiné pour battre Wolverhampton 3-1 à Anfield Road.

Le classement final

Rapidement menés, les Reds ont marqué par Mané (24e), Salah (84e) et Robertson (89e). Ils ont déploré la sortie sur blessure de leur métronome Thiago Alcantara, désormais incertain pour la finale de la Ligue des champions samedi au Stade de France contre le Real Madrid.

Cette ultime journée de Premier League a aussi permis à Tottenham de décrocher la 4e place, et donc un billet pour la Ligue des champions. Les Spurs ont gagné 5-0 sur la pelouse de Norwich grâce à un doublé du Coréen Son, qui finit meilleur buteur à égalité avec Salah (23 buts).

A l'autre extrémité du classement, Leeds a sauvé sa peau en gagnant 2-1 à Brentford. Burnley, battu chez lui 2-1 par Newcastle, est ainsi le troisième relégué avec Norwich et Watford.

(ats)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Stan Wawrinka, roi de France et petit sujet en Suisse
On le voit dans des films, dans L'Equipe et dans des émissions de grande écoute. En Suisse, il passe presque inaperçu. Pourquoi un tel décalage? Notre enquête.

Il a gagné Roland-Garros juniors avec une rudesse un peu sauvageonne, en parfait inconnu, quelques jours après le dernier vol du Concorde (2003). Face aux micros, les mots ne lui venaient pas, ou en ordre dispersé, et son regard fuyant semblait chercher les issues de secours. Le tennis découvrait un bizut provincial au verbe chiche, né à 300 kilomètres du plus grand joueur de tous les temps. Pendant des années, Stanislas Wawrinka est resté ce gars-là, «le Suisse qui perd», selon sa définition personnelle dans Tennis Magazine.

L’article