DE | FR
Bild

Réveil musculaire

Ils dévoilent (ou pas) leur talent et d'autres choses

Vous avez bien dormi? Remettez votre esprit en alerte avec des infos à parcourir et des questions à soulever.



C'est quoi le Réveil musculaire?

Les principales actualités de la nuit livrées tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut d'entrain, de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

Petite cuvée londonienne

Les très jeunes ne les ont pas connues, les autres oui. Ces soirées de Ligue des champions du début des années 2000 à Highbury, l'ancien stade mythique d'Arsenal. A cette époque, les Gunners s'appelaient Thierry Henry, Freddie Ljungberg, Robert Pirès, Dennis Bergkamp ou Sol Campbell. Sous la houlette d'Arsène Wenger, ils terrifiaient les défenses d'Angleterre et de toute l'Europe, avec un jeu enthousiasmant porté sur l'attaque. Et leur public aimait ça, comme le dirait si bien Claude François.

Arsenal's Thierry Henry (L) and Real Madrid's Sergio Ramos challenge for the ball during their Champions League last 16 soccer match at Highbury north London, Wednesday 08 March 2006. EPA/LINDSEY PARNABY

Thierry Henry (à gauche) et le tout jeune Sergio Ramos (Real Madrid), lors d'un match de Ligue des Champions, en 2006, à Highbury. keystone

Mais le quart de finale aller d'Europa League jeudi soir contre le Slavia Prague nous a prouvé, s'il le fallait encore, que cette époque dorée est révolue. Dans leur Emirates Stadium tristement vide, les Londoniens (seulement 10e de Premier League) ont proposé un spectacle aussi fade que le nom de leur écrin inauguré en 2006: incapacité quasi constante à se projeter vers l'avant et même à poser le jeu, nombreuses imprécisions techniques et si peu de mouvements. Pour faire un grand match, il faut deux équipes, dit-on. Et à ce niveau, c'est vrai, les Gunners n'ont pas été aidés par leurs adversaires tchèques – d'habitude inspirés – insipides ballon au pied. Mais les footballeurs d'Europe centrale s'en moquent: ils repartent de Londres avec un très bon 1-1 et seront qualifiés au coup d'envoi du match retour chez eux, dans une semaine.

Slavia Prague's Tomas Holes, left, celebrates after scoring his side's first goal during the Europa League quarterfinal soccer match between Arsenal and Slavia Prague at Emirates stadium in London, Thursday, April 8, 2021. ( John Walton/PA via AP)

La joie des Tchèques après l'égalisation d'Holes (tout à gauche). keystone

Les deux buts de la partie ont été inscrits dans les dix dernières minutes du match, très clairement celles où les acteurs ont été les meilleurs. Après une belle course et une pichenette des plus inspirées, le remplaçant ivoirien Nicolas Pépé donnait l'avantage à Arsenal (86e). Mais le Slavia a égalisé dans les arrêts de jeu sur corner, grâce à une tête de son défenseur central Tomas Holes. Un but qui a le mérite de forcer les Anglais à présenter autre chose dans la capitale tchèque jeudi prochain, s'ils veulent se qualifier pour les demi-finales de la compétition.

Dans les autres quarts aller d'Europa League joués jeudi soir:

Un streaker a réussi à rentrer nu sur la pelouse, durant le match Grenade - Manchester United.

A streaker runs on the pitch during the Europa League, quarterfinal, first leg soccer match between Granada and Manchester United at the Los Carmenes stadium in Granada, Spain, Thursday, April 8, 2021. (AP Photo/Fermin Rodriguez)

Sous toutes les coutures (ou presque). keystone

Manchester United est allé chercher une précieuse victoire 2-0 contre l'équipe andalouse et a pris un gros avantage dans ce duel.

Les Brodeurs n'ont pas tricoté contre Young Boys

Mercredi soir, Vevey (première ligue) n'était pas passé loin de l'exploit, en huitièmes de finale de la Coupe de Suisse de football, contre Servette (victoire genevoise dans la douleur 4-2). Mais la surprise – moindre que celle qui aurait débouché d'un succès veveysan – à ce stade de la compétition, a eu lieu jeudi soir, à Saint-Gall. Les footballeurs de Suisse orientale, à la peine en Super League, ont sorti le grandissime favori Young Boys (4-1).

Les Bernois, tenants du titre, ont peut-être payé l'accumulation et l'enchaînement rapide des matchs, dans cette saison estampillée Covid-19. En plus du championnat et de la coupe, ils ont atteint les huitièmes de finale de l'Europa League. Total: 41 matchs officiels disputés depuis fin août 2020, contre moins de 30 à leurs adversaires saint-gallois. Et à force de tout gagner sur la scène helvétique, les joueurs de Gerardo Seoane ont peut-être moins faim... Ce qui n'enlève rien au mérite des Brodeurs, qui iront affronter GC mercredi déjà en quarts de finale. Pour YB, qui va assurément glaner un quatrième titre de champion national consécutif, cette défaite dans la seule compétition, où il restait de l'enjeu pour lui, est forcément une déception.

De leur côté, les hommes de Peter Zeidler – 7e de Super League avec seulement 4 points d'avance sur le barragiste Vaduz – ont parfaitement tenu leur match: ils ont toujours mené depuis leur ouverture du score à la 33e minute par Adamu.

Les meilleurs moments du match

abspielen

Vidéo: YouTube/BSC Young Boys

Scandale diplomatique

Le gouvernement hongrois ne fait pas les choses à moitié. Même quand il s'agit de football. Et il l'a prouvé jeudi, en convoquant un représentant de l'ambassade d'Allemagne à Budapest. La raison? Se plaindre du renvoi d'un entraîneur hongrois des juniors du Hertha Berlin pour propos homophobes et xénophobes. Zsolt Pétry (54 ans), coach des gardiens auprès des moins de 17 ans du club allemand, a été limogé mardi, après ses propos anti-migrants dans une interview accordée à un quotidien de son pays.

«L'Europe est un continent chrétien, je n'apprécie pas d'assister au déclin moral du continent»

Zsolt Pétry, ex-coach des gardiens du Hertha Berlin, dans un entretien publié lundi par Magyar Nemzet.

Le technicien a aussi critiqué l'attitude de son compatriote et gardien de Leipzig Peter Gulacsi, qui a pris position en faveur du mariage homosexuel.

FILE - In this Monday, Aug. 17, 2020 file photo Hertha's Zsolt Petry poses for a photo during the 2020/21 team presentation of the German first division, Bundesliga, soccer team of Hertha BSC Berlin in Berlin, Germany. Hertha Berlin has fired goalkeeping coach Zsolt Petry for making homophobic and xenophobic comments in an interview with Hungarian newspaper Magyar Nemzet. (AP Photo/Michael Sohn, file)

Zsolt Pétry (de talent footballistique peut-être, mais moins en matière d'ouverture d'esprit). keystone

Le Hertha Berlin reproche à son ancien collaborateur de ne pas avoir respecté sa charte de la diversité, à travers laquelle le club de la capitale allemande veut promouvoir des valeurs de tolérance. Du côté des politiciens hongrois, on s'offusque face à une «entrave à la liberté d'expression». «L'Allemagne doit répondre à la question de savoir si oui ou non, c'est encore un pays régi par l'État de droit», a attaqué Gergely Gulyas, chef du Bureau du premier ministre Viktor Orban. Ce dernier, proche de l'extrême-droite, dirige la Hongrie depuis 2010 d'une main de fer. Il veut que son pays reste un bastion des valeurs chrétiennes et conservatrices.

Plus d'articles sur le sport

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Neuchâtel, seul canton où les femmes sont majoritaires au parlement

Link zum Artikel

Obsédés par le but, les attaquants en deviennent égoïstes et hargneux

Link zum Artikel

Keylor Navas est-il le meilleur gardien du monde?

Link zum Artikel

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Link zum Artikel

Ces habitudes que le coureur de Sierre-Zinal se réjouit de reprendre

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel

Vers un «surplus» de joueurs étrangers en Swiss League?

Link zum Artikel

Le top 6 des frasques de Lara Gut-Behrami

Link zum Artikel

Le Canadien de Montréal a toujours déchaîné les passions

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Les cambriolages, fléau du football français

Link zum Artikel

On pourra rejouer au foot pour de vrai... mais avec un masque

Link zum Artikel

Fayot, salaud ou intello, quel type d’entraîneur pour le FC Sion?

Link zum Artikel

L'argent s'apprête à couler dans la vallée du Rhône

Link zum Artikel

Les gens cool pourront bientôt surfer à Sion beach

Link zum Artikel

Les présidents de club sont toujours plus jeunes

Link zum Artikel

Mathématiquement, Federer est relégué. Mais qui aime les maths?

Link zum Artikel

Pour jouer au foot, ces Romands bravent la police et le Covid

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Comment la mafia italienne tire profit de la pandémie

Prêts d'argent, infiltration dans le secteur de la santé et dans la distribution des vaccins: la pandémie est une aubaine pour la mafia italienne. Et pour cause, les clans gèrent un business tentaculaire qui touche toutes les couches de la société. Explications.

La criminalité organisée calabraise profite de la pandémie et étend son influence. Y compris en Suisse. Jeudi, l'experte de la mafia italienne Madeleine Rossi a tiré la sonnette d'alarme dans une interview publiée dans plusieurs journaux suisses.

Elle décrit un mécanisme simple: les mafieux offrent de l'argent aux commerçants fragilisés par la crise. Certains finissent par accepter, car il s'agit de montants plus importants et rapides par rapport à ceux proposés par l'Etat. Sauf que ces …

Lire l’article
Link zum Artikel