DE | FR
Image: Shutterstock
Roland-Garros

Coach de tennis, le faux job le plus cool du monde

Ils voyagent partout, mangent chaque jour au resto, ils sont toujours bronzés et en short. Malgré les apparences, ils exercent un métier pénible.
07.06.2021, 18:5708.06.2021, 16:08

Le coach occupe la meilleure place dans le stade, premier rang au coin. De là, il regarde passer les balles et les filles d’un œil avisé, en opinant du chef - impossible de deviner ce qu’il approuve puisque, en bon observateur, il porte toujours des lunettes noires.

La tenue du coach de tennis.
La tenue du coach de tennis.Image: EPA

Son sillage répand des effluves d’ambre solaire qui flottent comme un parfum d’ivresse, les réminiscences d’un «see, sex and sun» à la sauce tennis, «mâter des matches, honorer des groupies et se bronzer les pecs», comme nous le résumait (en des termes moins choisis) une joueuse qui les a toujours préférés mariés et pâles.

Vu sous cet angle, le coach a la belle vie: il voyage toute l'année, mange gratuit à la cantine ou au resto, il puise dans ses notes des schémas préconçus et, quand il n’y a plus d’espoir, recourt à ce précepte indémodable: «Play your game» (joue ton jeu). Il n’a pas de ménage à faire, pas de chien à sortir ni de gazon à tondre. Seul lui incombe de prendre la vie par le bon bout de la raquette, match après match.

Dans les hôtels officiels, les coaches forment une communauté aisément reconnaissable, un rien singulière, aussi «brandée» que les Amish et les Hare Krishna: shorts fatigués, chaussettes blanches à mi-mollet, gobelets Starbucks, polo fluo sur un bronzage 100% écolo, la marque distinctive de leurs lundis au soleil, comme le chantait Cloclo.

«Certains voyagent toute l’année dans cette tenue et ne possèdent même pas une paire de jeans», médit un collègue quadragénaire. D’autres y ajoutent un bandeau aux poignets ou, pis, sur le front, un petit côté Richie Tenenbaum (photo) sans la posture décalée.

Un jour que nous parlions avec Christophe Freyss à la cantine de l’US Open, le coach nous expliquait avec passion comme les progrès de Malek Jaziri (ATP 281), qu’il conseillait en double, lui procuraient autant de bonheur que, jadis, les prouesses du jeune Federer au Centre national d’Ecublens.

Par le plus grand des hasards, nous avions retrouvé Christophe Freyss le lendemain à l’aéroport, avec exactement le même short et les mêmes raquettes en bandoulière, fraîchement débarqué de Flushing Meadows où Jaziri venait de perdre. Freyss avait sauté dans le premier taxi et ne savait pas encore où il serait catapulté. Voilà à quoi ressemble sa vie: aux oscillations d’une balle de tennis.

Car lorsqu'un joueur dit que son coach est tout pour lui, il ne ment pas. Cet employé fidèle le suit jusqu’au bout du monde, au gré des vicissitudes. Il est à la fois son conseiller, son psy, son père, son intendant et sa nounou. Du technicien au larbin, il y a des milliers de pas que le coach effectue pour réserver un court d'entraînement, trouver un partenaire, apporter les raquettes chez le cordeur, ramasser les balles entre les échanges, glisser un mot à l’oreille du patron, sans oublier d’aller chercher des fruits et des bouteilles d'eau.

Parfois, la relation sort des limites du court. Comme au bureau, des idylles commencent près de la machine à café et finissent par un dernier verre, avant d’être couchées sur papier glacé.

Patrick Mouratoglou a fini par former un couple célèbre avec sa protégée Serena Williams.
Patrick Mouratoglou a fini par former un couple célèbre avec sa protégée Serena Williams.

Mais les histoires glamour finissent mal, en général: à la première balle de break, une joueuse en difficulté ne sait plus si elle doit lire dans les yeux de cocker qui lui font face l’affolement d’un coach ou l’inquiétude d’un amant; et finit par aller voir ailleurs.

Dès que le temps s'étale, le huis clos s'installe. Ancien coach de Robin Söderling et Stan Wawrinka, Magnus Norman ne cache pas que ses vingt semaines d’exil annuelles (compter une quarantaine pour des coaches plus présents ou moins payés) ont ruiné sa vie de famille:

«Il arrive un moment où la distance se creuse, où l’on connaît mieux son joueur que ses enfants»

Mats Wilander nous expliquait à l’Open d’Australie 2016 que de nombreux coaches perdent leur temps sans beaucoup gagner leur vie.

«Les relations de travail sont rarement loyales et ne durent pas longtemps. Aujourd’hui, un joueur qui «se remet en question» commence par virer son coach»

Ce que gagne un coach

  • Le SMIC est à 1250 dollars la semaine, tandis que les hauts revenus atteignent 5000 dollars.
  • Le joueur et le coach conviennent d'un catalogue de prestations (entraînements, accompagnement sur les tournois, etc.) et d'un nombre annuel de semaines ensemble.
  • Outre le salaire, la rémunération comporte les frais et une part variable indexée aux résultats, généralement 10% des gains en tournoi.
  • S’ajoute toute une série de bonus: performances en Grand Chelem, progression au classement, évolution des statistiques personnelles.
  • Parmi les couches défavorisées, les contrats sont renégociés après chaque strate: top 150, top 100, top 50.
  • Dans des cas plus rares où le joueur n’a pas d’argent, le contrat est basé essentiellement, voire exclusivement sur l’intéressement aux résultats (de 20 à 50% des gains, plus les frais).
La caricature du coach de tennis.
La caricature du coach de tennis.Image: Shutterstock

Ancien mentor de Pete Sampras et de Maria Sharapova, Robert Lansdorp raconte dans «Inside Tennis» à quel point les élites de ce sport sont pingres: «De toute ma carrière, je n’ai jamais reçu le moindre cadeau. Pas même une petite attention à 500 dollars. Des joueurs sont devenus multimillionnaires avec moi et je n’ai rien eu en retour. Je vous le dis, si Maria (Sharapova) ne dépose pas un jour une Mercedes (son sponsor) dans l’allée de ma villa, je me tire une balle.»

Maria Sharapova gardait tout pour elle.
Maria Sharapova gardait tout pour elle.Image: AP FFT

Les coaches ne passent pas de diplômes. Savants, parents ou charlatans, ils occupent la même fonction, la même position du missionnaire, à transmettre la foi sans aucune garantie de convaincre, pas même d’intéresser. C’est là toute l’ambiguïté du statut où, par nature, l’employeur devient l’employé, où le joueur engage un coach pour le commander, en lui demandant d’exercer un pouvoir qu’il ne lui accordera jamais.

Après tout ça, s’il fallait encore payer son assiette et porter des salopettes, où seraient les charmes du métier, sachant de surcroît que les filles dans les tribunes ne regardent jamais les coaches?

«Si tu es un excellent coach, c’est un super job. Si tu es moyen, c’est le pire au monde»
Patrick Mouratoglou
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Suisses continuent de voler vers le titre comme des cygnes blancs
Les Suisses ont remporté, dimanche contre la France (5-2), leur sixième victoire en six matchs depuis le début du Championnat du monde. Les petits canards gris d'autrefois ont beaucoup changé.

Nous ne sommes certes pas encore champions du monde, loin de là. Il nous faut encore au moins trois victoires (quart de finale, demi-finale, finale) avant de pouvoir vivre ce grand moment. Mais il y a une chose dont nous sommes déjà certains: la Suisse est l'équipe la plus divertissante du tournoi. Et de loin. Oui, les Helvètes jouent désormais, sur le plan du hockey, le rôle que les Russes (exclus du Mondial en raison de la situation politique) ont le plus souvent joué depuis 1954.

L’article