DE | FR
Corinne Suter apprécie prendre du temps pour d'autres activités en dehors du ski.
Corinne Suter apprécie prendre du temps pour d'autres activités en dehors du ski. image: keystone/instagram de corinne suter

Corinne Suter: «Le ski n'est pas le plus important»

La Schwytzoise (27 ans) cartonne sur les pistes depuis plus de deux ans. Au début du mois à Lake Louise (5e et 3e des deux descentes), elle a entamé une année olympique où tous les espoirs sont permis. Mais sa chute en septembre et la pandémie lui font voir son métier différemment.
30.12.2021, 18:47
jonas schneeberger / ch media

Zermatt, fin septembre. Les conditions ne sont pas idéales, la piste est un peu trop molle. Comme d'habitude, Corinne Suter peaufine son ski. Le début de la saison approche, il faut profiter au maximum de ces entraînements. La Schwytzoise descend la pente à 100 km/h. Tout à coup, la faute de carre. Puis la chute.

«Une chute pas si grave que ça, en fait», relativise la championne du monde de descente 2019-2020 deux mois plus tard. Mais comme les skis sont restés crochés dans la neige, l'accident n'a pas été sans conséquences. Corinne Suter a souffert de graves contusions osseuses aux tibias et d'écorchures au visage. Résultat: une pause forcée de plusieurs semaines.

Et pourtant, elle a de la chance. «Une chance énorme», surenchérit-elle. La musculature qu'elle a développée au fil des ans lui a permis d'éviter le pire. Et d'être présente à Lake Louise début décembre, où les spécialistes de la vitesse ont lancé leur saison. Avec en ligne de mire les Jeux olympiques de Pékin en février.

Déblocage soudain

Trois jours avant la première descente de la saison, tout début décembre, Suter est assise dans un fauteuil de l'hôtel Chateau, une bâtisse aux allures de forteresse, sur les rives du mondialement célèbre Lac Louise au Canada. Elle répond aux journalistes. La Schwytzoise a l'air d'avoir les pieds sur terre, d'être en paix avec elle-même. Satisfaite de ce qu'elle a, elle ne semble plus dérangée par la pression des années précédentes. Les questions sportives sont à nouveau au centre de l'entretien. Mais l'évolution mondiale de la pandémie la fait réfléchir, lui donne un autre regard sur sa vie de skieuse. Ses mots le prouvent:

«Le ski n'est pas le plus important. Je ne trouverais pas cela grave si nous ne pouvions pas skier à St-Moritz la semaine prochaine (ndlr: les courses ont finalement eu lieu)»
Corinne Suter

Cette vision des choses contribue à sa décontraction nouvelle. Mais ce sont surtout ses succès sur la neige et leurs multiples confirmations qui apportent à la Schwytzoise la sérénité qui lui a manqué par le passé, ce qui l'empêchait d'exploiter pleinement son talent. L'argent et le bronze glanés aux championnats du monde 2019, avant même son premier podium en Coupe du monde, ont brusquement débloqué la situation. Depuis, elle joue constamment les premiers rôles. Avoir perdu des kilomètres d'entraînement à cause de sa blessure en septembre ne la contrarie même pas. Au contraire.

«Au début, j'ai eu du mal. J'ai été freinée de cent à zéro, c'était difficile», avoue-t-elle. En même temps, elle reconnaît à quel point cette pause lui a été bénéfique. «Pendant quatre ou cinq jours, j'ai dormi 14 ou 15 heures d'affilée. C'est là que j'ai remarqué que mon corps en avait besoin.» Elle a aussi apprécié les semaines suivantes avoir à nouveau du temps pour d'autres choses, comme sa famille et les chevaux.

Comme Usain Bolt et Novak Djokovic

Son succès l'a menée vers une série d'engagements supplémentaires. Corinne Suter est devenue une personne très demandée médiatiquement et a été happée par de nouveaux sponsors haut de gamme. Elle a par exemple entamé une collaboration avec une grande marque de montres, pour laquelle des stars du sport comme Usain Bolt, Novak Djokovic et Kylian Mbappé font également de la publicité.

Corinne Suter durant la première descente de Lake Louise le 3 décembre 2021, où elle a terminé 5e.
Corinne Suter durant la première descente de Lake Louise le 3 décembre 2021, où elle a terminé 5e.Image: keystone

Ces contrats incluent des engagements sur les réseaux sociaux. Une épée à double tranchant, estime Suter. Depuis ses succès aux championnats du monde 2019, elle s'y dévoile davantage et poste aussi, par exemple, des photos en bikini de ses vacances. Mais la championne du monde de descente essaie de ne pas passer trop de temps sur les réseaux sociaux. Elle essaie de les utiliser à bon escient:

«Je veux montrer aux jeunes ce que l'on peut obtenir en travaillant dur. Je veux être un modèle pour eux»
Corinne Suter

Malgré sa longue pause forcée, Corinne Suter peut nourrir de grands espoirs pour cet hiver olympique. Avant sa blessure, la Schwytzoise était en pleine forme. Elle a rapidement retrouvé son niveau, comme a pu le constater Roland Platzer, l'entraîneur suisse de vitesse. Tina Weirather, experte pour la télévision alémanique SRF et ancienne coéquipière, lui reconnaît les qualités nécessaires pour aligner les victoires.

Corinne Suter tout sourire après sa troisième place lors de la deuxième descente de Lake Louise.
Corinne Suter tout sourire après sa troisième place lors de la deuxième descente de Lake Louise.Image: keystone

A l'école primaire, Corinne Suter avait écrit dans un carnet que son plus grand rêve était de devenir championne olympique. Dans un peu plus d'un mois, elle pourrait le réaliser à Pékin. Mais la Suissesse – qui est montée sur le podium de plus de la moitié des descentes de ces deux dernières années – n'est pas obsédée par les JO. «Je vais pas à pas. Il faut d'abord que ça marche en Coupe du monde», prévient-elle.

La Schwytzoise rechaussera ses lattes lors de la descente de Zauchensee, en Autriche, le 15 janvier prochain.

Adaptation en français: Yoann Graber

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir

1 / 6
Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
source: epa kcna / kcna
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Britney Spears a 40 ans, vous en pensez quoi?

A Manchester, Ronaldo est devenu un élément perturbateur (un boulet?)
Il trouve les jeunes flemmards et les gronde s'ils ne lui donnent pas le ballon. Quand son entraîneur le sort, il boude. Et avec lui, Manchester United ne joue pas bien. Pas bien du tout.

Il a d'abord quitté le terrain en rouspétant, comme le gosse que l'on vient chercher par le collet à l'heure de la pomme mousseline. Sourire malin, petit air chafouin, Ronaldo a signifié à 40 millions de téléspectateurs que son entraîneur était un benêt, qu'il commettait une grave erreur. Puis il a jeté sa doudoune à terre et il est allé bouder dans un coin.

L’article