DE | FR

En ski de fond, hommes et femmes prennent le chemin de l'égalité

La Fédération internationale de ski doit valider ce jeudi un nouveau point de règlement: les deux sexes s'aligneront sur les mêmes distances. Une révolution pour la discipline.
25.05.2022, 19:0827.05.2022, 06:15
Suivez-moi

Ce jeudi, c'est jour de congrès pour la Fédération internationale de ski (FIS). Un jour historique pour le ski de fond, puisque c'est à cette occasion que la FIS validera définitivement un nouveau point de règlement: hommes et femmes s'aligneront sur les mêmes distances...

  • ...en Coupe du monde: sprint, 10km, 20km, skiathlon (10+10km) et 50 km
  • ...aux Mondiaux juniors/U23: 10km, sprint, relais mixte 4x5km, 20 km départ groupé
  • ...aux JOJ: 7,5 km, sprint, relais mixte 4x5km

Ce règlement pourrait s'appliquer dès la saison à venir ou peut-être dès la suivante, afin de ne pas perturber l'organisation des Championnats du monde de Planica (février et mars 2023).

«C’est une décision importante et historique», savoure déjà le Norvégien Vegard Ulvang, à l’origine de ce changement que tous ne souhaitaient pas: 57% des voix exprimées lors du comité ski de fond de la FIS ont voté en faveur du changement, selon le grand quotidien norvégien Dagbladet.

La Fédération internationale a résumé l'ambiance générale dans un communiqué plutôt neutre:

«Le principal argument pour voter en faveur de l'égalité des distances était qu'il ne devrait pas y avoir de question sur la capacité des femmes à courir les mêmes distances que les hommes, car elles prouvent qu'elles en sont déjà physiquement capables. Le principal argument contre était le temps dont les femmes ont besoin pour couvrir la même distance que les hommes et le temps de télévision effectif.»

Le «pour» l'a donc emporté, et ce n'est pas la victoire d'un sexe sur l'autre: hommes et femmes ont chacun dû faire des compromis, les premiers renonçant par exemple au 15 km pour adopter le 10 km, les secondes s'alignant sur 20 et 50 km.

Ailleurs, il y a encore du travail

La chaîne NBC rappelle que «le biathlon et le patinage de vitesse sur piste courte et longue ont encore des distances plus courtes pour les femmes que pour les hommes dans certaines épreuves du programme olympique (dans le cas du biathlon, toutes les épreuves). Il existe également des épreuves olympiques masculines en saut à ski et en combiné nordique qui n'ont pas d'équivalent pour les femmes.»

«C'est une bonne chose, juge le Vaudois Erwan Käser, membre de l'équipe de Suisse. Cela permettra aux femmes d'avoir un temps d'antenne plus proche de celui des hommes. Auparavant, elles mettaient 25 minutes pour faire des courses de 10 km, lorsque les hommes en prenaient 35 pour boucler leur 15 km.» Une différence qui va se réduire sur les 10 km auxquels participeront les deux sexes, voire s'inverser légèrement, cette fois au profit des femmes.

La volonté égalitariste du ski de fond ne surprend guère Erwan Käser, habitué dans son sport à être traité de la même manière que ses collègues féminines.

«On se retrouvait déjà tous ensemble sur les épreuves de Coupe du monde, à l'inverse de ce qui se passe en ski alpin, où les femmes ne font pas Kitzbühel par exemple. On avait les mêmes prize money, on faisait les mêmes courses et les mêmes parcours. On s'alignera désormais sur les mêmes distances.»

Au sein des équipes nationales, filles et garçons logent dans le même hôtel, mangent en même temps et participent aux mêmes séances avant la course.

Erwan Käser en pleine action dans le décor fantastique d'Engelberg.
Erwan Käser en pleine action dans le décor fantastique d'Engelberg.

Il reste à savoir quel impact auront ces changements sur les courses. Le fondeur vaudois parle pour lui: «Les 10 km chez les hommes risquent d'ouvrir des portes pour des gars très bons en sprint, comme Federico Pellegrino ou Richard Jouve. Ils étaient capables jusque-là d'obtenir des top 10 sur 15 km. Alors sur 10 km, ils pourront jouer la gagne.» Erwan Käser ne le dit pas, mais en tant que sprinter, il a lui aussi de quoi se réjouir.

Voit-il encore un potentiel d'amélioration en faveur de l'égalité dans sa discipline? «La saison dernière, lors des finales, on a fait des relais mixtes et des Team sprint mixtes, commence-t-il. On était l'une des disciplines en retard sur les compétitions mêlant filles et garçons, et on a vu que ça avait super bien marché. Les courses étaient intéressantes, j'ai eu un très bon retour de la part du public.»

Etes-vous pour ou contre le nouveau règlement que s'apprête à adopter la FIS?

L'harmonisation des distances est un autre pas, cette fois de géant. Le genre que les fondeurs réalisent pour terminer juste devant leurs adversaires au moment de franchir la ligne d'arrivée.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On le trouve génial, vrai et bizarre. Les raisons d'une «Lulumania»
A Nice, son retour est accueilli dans la liesse. Lucien Favre séduit autant la jet-set que les couches populaires, le plus simplement du monde, avec un talent et un accent inimitables.

Les images montrent des scènes de quasi-hystérie, avec des fans qui crient et d'autres qui escaladent les grilles. Lucien Favre donne bien plus qu'un entraînement: il distribue des sourires et des consignes comme autant de notes d'espoir. Il revient à Nice comme jadis Elvis rentrait à Memphis, en ami et en king. Adulé du ghetto et adopté par les aristos.

L’article