DE | FR
Les hockeyeurs de Fribourg-Gottéron célèbrent le but de David Desharnais lors de leur victoire 1-0 contre Zurich samedi soir à la BCF Arena.
Les hockeyeurs de Fribourg-Gottéron célèbrent le but de David Desharnais lors de leur victoire 1-0 contre Zurich samedi soir à la BCF Arena.
Image: KEYSTONE
Sport en direct

Gottéron bat Zurich +++ Victoire de Genève à Ajoie

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
25.09.2021, 22:5025.09.2021, 23:17
team watson / ats

L'Europe mène 7-1 face au Reste du monde

Image: KEYSTONE/EPA/CJ GUNTHER

L'Europe a pris une option sur une quatrième victoire en Laver Cup.

Les hommes du capitaine Björn Borg menaient en effet 7-1 face au Reste du monde après les deux premiers simples de la journée de samedi à Boston.

Le Grec Stefanos Tsitsipas a permis à son équipe de s'adjuger un quatrième match en dominant l'Australien Nick Kyrgios 6-3 6-4 lors de la première partie de cette seconde journée. L'Allemand Alexander Zverev a ensuite enfoncé le clou en battant l'Américain John Isner 7-6 (7/5) 6-7 (6/8) 10/5.

Chaque succès vaut 2 points lors de la journée de samedi, alors qu'une victoire rapportera 3 points dimanche. La première équipe à atteindre les 13 points s'adjugera cette exhibition par équipe qui vit ce week-end sa quatrième édition, sous les yeux de son initiateur Roger Federer.

Alain Geiger: "Inadmissible de faire un penalty à la 43e"

Deux coaches mi-figue mi-raisin au moment de l'analyse
Deux coaches mi-figue mi-raisin au moment de l'analyse
Image: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le premier derby lémanique de la saison a accouché d'un nul (1-1) qui satisfait plus le LS que le SFC. Et sans le penalty de la 43e, Lausanne aurait eu de la peine à ramener un point.

"C'est inadmissible de faire un penalty à la 43e, lance le coach genevois Alain Geiger à l'interview. Surtout que le ballon est loin au deuxième poteau. Faut arrêter de donner des buts cadeaux. Pour moi c'est un peu le tournant du match. On avait fait le plus dur dans un derby en ouvrant la marque et on ne doit pas faire ce genre de choses. On sait qu'on doit progresser dans les moments-clés."

Mais en désignant les erreurs de son équipe, l'entraîneur ne s'est pas emporté. Non, Alain Geiger est resté très calme et posé dans son analyse. Car même s'il n'a pas goûté à la faute de Cespedes en fin de première mi-temps, le Valaisan a en grande partie aimé ce qu'il a vu de ses joueurs: "On a super bien élaboré nos actions, on a trouvé de la largeur avec une belle circulation de balle. On a manqué notre jeu au centre et dans les 40 derniers mètres. Je pense qu'on était un peu crispé dans la phase terminale et qu'il n'y avait pas assez d'inspiration."

Le derby à peine classé dans les livres d'histoire, Alain Geiger se projette déjà au week-end prochain pour la réception du champion YB: "Ce sera une partie d'un autre niveau. On va monter de trois crans, là. On parle d'une équipe qui joue la Champions League. On va voir si on peut faire l'exploit."

Dans l'attente de cette première victoire

Dans le camp lausannois, le point n'a pas été accueilli avec un enthousiasme délirant. "C'eût été différent si on avait deux victoires au compteur", note l'entraîneur Ilja Borenovic. Mais le coach se montrait tout de même content de ce point et de la prestation défensive de ses troupes: "Ca fait du bien. Tout le monde court derrière cette première victoire. Mais défensivement, on livre un bon match. J'ai bien aimé Grippo. Il a fait preuve d'un certain leadership avec les jeunes. C'est important. On a par contre eu trop de déchets, même de la part de ceux qui sont les plus sûrs techniquement. Du coup, on a moins eu le ballon et des temps de possession trop courts."

Pour le portier vaudois Mory Diaw, la performance du LS est mitigée: "Est-ce qu'on a réussi notre match? Oui et non. Ce qui est sûr c'est qu'on a montré un autre visage que face à YB. Il faudra avoir la même envie à Lugano. Honnêtement, je n'ai pas eu tant d'arrêts à faire que ça. Il y a une parade en deuxième période sur la frappe de Rodelin et c'est tout. Maintenant on doit mieux utiliser la balle. Peut-être qu'on est moins serein, mais on bosse bien à l'entraînement et cette victoire va bien finir par arriver."

Servette et Lausanne dos à dos

Image: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Servette et Lausanne se sont neutralisés lors de la 8e journée de Super League. Ce derby lémanique conclu sur un 1-1 ne restera pas longtemps dans les esprits.

La dernière victoire de Servette face à Lausanne en Super League remonte donc toujours au 23 février 2013. Les Genevois ont été les plus proches de la victoire, mais ils ont manqué de tranchant pour battre un LS moribond, un brin chanceux et toujours en quête de sa première victoire de la saison.

Dans cette rencontre, il ne s'agissait pas de se demander si Servette allait ouvrir le score, mais quand. Réponse: à la 32e. Théo Valls, auteur des deux plus sûres occasions servettiennes avant la 30e, a combiné sur le côté gauche avant d'adresser un centre parfait pour la tête de Stevanovic.

Sur un malentendu...

Proche du néant au niveau du jeu, Lausanne a pourtant terminé la première mi-temps en égalisant. Une faute de Cespedes sur Sow à la 43e a offert un penalty inespéré aux Vaudois - transformé par Kukuruzovic - qui ne méritaient franchement pas cette réussite au vu de leurs pérégrinations sur le terrain.

Bien sûr, le 6-1 encaissé mercredi soir à domicile contre YB avait tout pour calmer d'éventuelles ardeurs. Mais les Lausannois ont donné l'impression de venir en mode Jean-Claude Dusse avec l'idée que sur un malentendu, cela pouvait marcher.

La seule vague tentative de séduction dans le jeu lausannois intervint au retour des vestiaires, mais cela demeura très chaste. C'est juste après cette petite poussée vaudoise que les Grenat ont repris le jeu à leur compte. Une tête de Rouiller (55e) et surtout une magnifique frappe enroulée d'Imeri, qui a trouvé l'angle des buts de Diaw à la 57e, auraient certainement mérité un meilleur sort.

Servette stagne

Au final, Servette peut s'en vouloir. Les Grenat avaient tout pour obtenir la totalité de l'enjeu face à des Bleu et Blanc mal organisés et bien souvent empruntés avec le ballon. Laissé seul en pointe, Zeki Amdouni a ainsi passé une longue soirée.

Mais son coach Ilja Borenovic pourra se satisfaire de ce résultat en se disant que son équipe a relevé un tout petit peu la tête après la gifle infligée par le champion. Seulement au classement, ce quatrième point en huit matches ne permet pas aux Vaudois de quitter la dernière place. Dans le même temps, Servette stagne à la 4e place.

Fribourg brille contre Zurich, Bienne trébuche

Image: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Fribourg Gottéron s'est imposé 1-0 contre les Zurich Lions au terme d'un match plein en National League. Bienne voit sa série de victoires s'arrêter à 8 après sa défaite contre Langnau (1-4).

Mauvais contre Lausanne (2-5), en reprise contre Genève-Servette (3-1), les Fribourgeois se sont montrés parfois brillants face aux Lions zurichois. En cinq jours, Christian Dubé n'a pas dû reconnaître son équipe. Le coach se régalera tout de même de la performance fournie par ses joueurs face à une grosse écurie de la Ligue. Sans les arrêts déterminants de Ludovic Waeber, les Romands auraient sûrement fait la différence avant la mi-match. Faute d'avoir trouvé l'ouverture, les Fribourgeois ont dû souffrir au cours de trois dernières minutes irrespirables pour eux.

Gottéron est arrivé à ses fins grâce à un but du Canadien David Desharnais très bien servi par Killian Mottet, placé derrière le but zurichois (43e). Mais les efforts fournis par le portier fribourgeois Reto Berra ont également contribué à fêter un succès de prestige.

Les Seelandais ont buté sur le 9e match qui aurait pu leur permettre d'égaler le record de 9 victoires consécutives en début de championnat, détenu par Genève-Servette depuis la saison 2012-2013. La série biennoise reste bien sûr remarquable, mais elle s'arrête par la faute des étonnants Langnau Tigers, bien portés par leur attaquant vedette Harri Pesonen, qui a ouvert la marque en infériorité numérique (13e). Le Canadien Alexandre Grenier a doublé la mise à 5 contre 4 cette fois (38e) avant que le meilleur compteur emmentalois Jesper Olofsson ne mette fin aux derniers espoirs des joueurs de Antti Törmänen (43e/52e) avec son quatrième (!) doublé de la saison.

Genève-Servette retrouve le succès

Genève-Servette a retrouvé le goût de la victoire après quatre revers de suite, mais cela s'est fait avec quelques regrets contre Ajoie (4-3 tab). Les Genevois avaient largement les moyens de conclure dans le temps réglementaire. Emmenés par un Daniel Winnik, très tranchant, dont le duo avec Valtteri Filppula, est assez prometteur, les joueurs de Patrick Emond n'ont su profiter de leur avantage 2-0 (doublé de Winnik) jusqu'à la mi-match. Mais les Jurassiens n'ont rien volé. Très effacés en première période, les Ajoulots sont parvenus à remonter grâce au premier but de Devos en National League et à l'inattendue réussite de Birbaum en supériorité numérique à la 59e. Le Fribourgeois n'avait plus marqué dans l'élite depuis 28 novembre 2015.

Zoug connaît un coup d'arrêt dans le Championnat. Les champions en titre ont concédé leur troisième revers de suite. Après Lugano et Ajoie, c'est les Rapperswil-Jona Lakers, qui ont fait plier Genoni et ses coéquipiers (3-1). Les Saint-Gallois se sont trouvé un buteur en la personne de Nando Eggenberger, auteur de son sixième but depuis le début de la saison. Les Lakers fêtent ainsi leur quatrième succès de rang.

Lugano s'est imposé 3-1 contre Berne avec des réussites de Fazzini, Bertaggia et Walker.

Classement: 1. Bienne 9/22 (35-20). 2. Zoug 9/18 (28-21). 3. Zurich Lions 7/14 (25-16). 4. Lugano 8/14 (26-22). 5. Fribourg-Gottéron 8/14 (21-22). 6. Rapperswil-Jona Lakers 8/12 (24-22). 7. Davos 6/10 (18-19). 8. Langnau Tigers 8/9 (25-33). 9. Ambri-Piotta 6/8 (12-15). 10. Genève-Servette 8/8 (19-28). 11. Berne 8/7 (26-23). 12. Ajoie 7/6 (15-27). 13. Lausanne 6/5 (13-19).

Zakaria offre la victoire à Gladbach

Image: KEYSTONE/AP/Martin Meissner

Denis Zakaria a offert la victoire à Mönchengladbach, vainqueur 1-0 de Dortmund lors de la 6e journée de Bundesliga. Le milieu genevois a inscrit son deuxième but de la saison samedi.

Pas moins de six Suisses - Sommer, Elvedi, Zakaria et Embolo d'un côté, Kobel et Akanji de l'autre - étaient titulaires dans cette rencontre entre les deux Borussia. L'un d'eux devait forcément en être le grand homme, et ce fut Denis Zakaria.

L'ancien joueur de Servette et d'YB a trompé Gregor Kobel d'une frappe puissante du pied droit armée à hauteur du point de penalty, après un une-deux bien involontaire avec un défenseur du BVB. Sa réussite permet à Gladbach de décrocher son deuxième succès de la saison et de relever quelque peu la tête.

Privé d'Erling Haaland et de Marco Reuss, blessés, Dortmund n'a pas pu éviter sa deuxième défaite dans cet exercice 2021/22. Le club de la Ruhr, qui accuse désormais quatre longueurs de retard sur le Bayern Munich, a dû il est vrai évoluer à 10 contre 11 dès la 40e à la suite de l'expulsion de Dahoud.

L'Atalanta obtient un point face à l'Inter

Image: KEYSTONE/AP/Luca Bruno

L'Atalanta a obtenu un point sur le terrain du champion en titre, l'Inter Milan, samedi lors de la 6e journée de Serie A (2-2).

Mais Remo Freuler et ses équipiers auraient pu espérer mieux, à quatre jours de la réception de Young Boys en Ligue des champions.

Les Bergamasques ont d'ailleurs bien pensé avoir inscrit le 3-2 à la 88e, deux minutes après que l'ex-Sédunois Federico Dimarco avait manqué un penalty pour l'Inter. Mais la réussite de Roberto Piccoli a été annulée après consultation de la VAR, le ballon étant au préalable sorti des limites du terrain.

Les deux points égarés par l'Inter, qui s'était retrouvée menée 2-1 à la 38e, font par ailleurs le bonheur de leurs rivaux du Milan AC. Les Rossoneri se retrouvent en effet provisoirement en tête du classement grâce à leur succès obtenu dans l'après-midi à la Spezia.

Petit-fils de Cesare Maldini et fils de Paolo Maldini, deux légendes du club, Daniel Maldini (19 ans) a marqué à cette occasion son premier but avec l'AC Milan pour sa première titularisation en championnat. Il a ouvert la marque de la tête (47e).

Troisième succès d'affilée pour YB

Image: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Young Boys a idéalement préparé son déplacement de mercredi à Bergame en Ligue des champions. Les hommes du coach David Wagner ont battu St-Gall 2-1 en ouverture de la 8e journée de Super League.

Le quadruple champion de Suisse en titre n'a pas tardé à faire la différence face à des Brodeurs qui en sont désormais à sept matches de suite sans victoire en Super League (4 défaites, 3 nuls). YB s'est procuré trois occasions dès la 1re minute de jeu, avant de trouver la faille à la 3e sur une tête de Jordan Siebatcheu.

St-Gall a également bien mal négocié l'entame de la deuxième mi-temps, le Fribourgeois Felix Mambimbi inscrivant le 2-0 à la 47e d'un tir précis. Les Brodeurs ont ensuite pu sortir la tête de l'eau, mais seul Kwadwo Duah (61e, 2-1) est parvenu à tromper le portier bernois David von Ballmoos.

Fassnacht sort après un choc

Cette troisième victoire consécutive en championnat permet à Young Boys de revenir provisoirement à une longueur du leader Bâle, qui recevra Zurich dimanche. Euphoriques depuis leur succès face à Manchester United en C1, les Bernois ont pour mémoire un match en retard face à Lugano, reprogrammé le 1er décembre.

Seule fausse note de la soirée au Wankdorf - où 25'166 spectateurs avaient pris place -, la sortie de Christian Fassnacht. Le milieu international helvétique, touché lors d'un choc tête contre tête avec le St-Gallois Michael Kempter, a été remplacé par Felix Mambimbi dès la 24e minute.

Les Américains accentuent leur avance

Image: KEYSTONE/AP/Jeff Roberson

Les Américains ont encore remporté samedi trois points sur quatre possibles lors des foursomes matinaux en Ryder Cup.

Les USA menaient ainsi 8-3 face aux tenants du titre européens à mi-parcours de la 43e édition de cette compétition, disputée à Whistling Straits dans le Wisconsin.

Les Etats-Unis doivent glaner 14,5 points pour récupérer un trophée remporté par l'Europe en 2018. Cette dernière, qui peut le conserver à condition d'obtenir 14 points, a d'ailleurs remporté neuf des douze dernières éditions, dont trois des six dernières organisées sur sol américain.

La domination américaine est jusqu'ici éclatante, avec trois points ajoutés lors des foursomes, épreuve dont le principe impose aux deux joueurs d'une même équipe de frapper alternativement une seule balle. Steve Stricker a d'ailleurs reconduit les mêmes duos qui s'étaient mis en évidence vendredi, avec le même résultat au bout.

Seuls Garcia/Rahm résistent

Dustin Johnson/Collin Morikawa ont battu (2 & 1) Paul Casey/Tyrrell Hatton. Jordan Spieth/Justin Thomas, qui avaient mal démarré en concédant les trois premiers trous, ont renversé la situation pour s'imposer aux dépens de Viktor Hovland/Bernd Wiesberger (2 up). Xander Schauffele/Patrick Cantlay ont vaincu (2 & 1) Lee Westwood/Matt Fitzpatrick.

Et comme vendredi, seule la paire espagnole Sergio Garcia/Jon Rahm s'est montrée intraitable, pour dominer Brooks Koepka/Daniel Berger (3 & 1). Garcia est devenu du même coup le nouveau recordman du nombre de victoires dans l'histoire de la compétition, avec cette 24e (Nick Faldo en compte 23).

Le titre européen pour la Zurichoise Julie Derron

Image: KEYSTONE/dpa/MARKUS SCHOLZ

La Zurichoise Julie Derron (25 ans) a été sacrée championne d'Europe à Valence. Elle a remporté l'or sur la distance olympique avec 1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied.

Elle a précédé de 26'' l'Allemande Annika Koch et la Britannique Sian Rainsley.

Deux semaines après sa deuxième victoire en Coupe du monde à Karlovy Vary, Derron est montée sur le toit de l'Europe. A sa propre surprise, elle est parvenue à rester au contact de la tête dans la partie de natation. Elle a ainsi rapidement joint le groupe de tête en vélo. "Dès lors, j'ai su que ça se présentait bien", relevait la championne d'Europe M23 de 2018, qui en l'absence de la sextuple championne d'Europe, Nicola Spirig, a réalisé une très grande course.

Après le deuxième changement, Derron a pris la tête de la course à pied et s'est dirigée vers une incontestable victoire en solo. Les autres Suissesses ont manqué le top 20. Alissa König a terminé 24e tandis qu'Estelle Perriard a abandonné après la natation.

Après son titre européen 2019 sur la distance sprint, Derron remporte sa deuxième médaille en élite.

Le titre à l'Italienne Balsamo. Elise Chabbey 13e

Image: KEYSTONE/AP/Olivier Matthys

L'équipe d'Italie, qui a porté Elisa Balsamo vers le titre, a infligé un nouvel échec à son homologue néerlandaise dans la course dames des Mondiaux, samedi après-midi, à Louvain (Belgique).

Battues aux JO de Tokyo où l'Autrichienne Anna Kiensehofer avait mené à bon port une longue échappée, les Néerlandaises se sont de nouveau inclinées, cette fois au sprint. Marianne Vos (34 ans), la plus titrée des +Oranje+, a pris la deuxième place, à une roue d'écart de la jeune Italienne (23 ans).

Balsamo, qui a participé aux JO de Tokyo sur la piste, a mis fin à une série de quatre victoires mondiales des Pays-Bas. Elle a redonné le titre à l'Italie qui l'attendait depuis les deux sprints vainqueurs de Giorgia Bronzini en 2010 et 2011.

"Cela aurait été impossible sans mon équipe qui a fait un travail extraordinaire", a remercié logiquement la jeune Piémontaise originaire de Cuneo (nord-ouest).

"Il fallait l'emmener le plus près possible de la ligne dans le sprint", a confirmé son aînée, Elisa Longo Borghini, qui a lancé le sprint à sa compatriote sur le faux-plat montant vers la ligne. Aux dépens de Vos, qui s'est retrouvée esseulée dans le sprint.

Deux Suissesses figuraient dans le groupe de tête qui s'est disputé la victoire: Elise Chabbey 13e et Sina Frei (15e).

La Genevoise et la spécialiste de VTT ont fourni une belle performance en parvenant à se maintenir dans le groupe de tête. "Mentalement, ce fut très dur. On n'avait pas une grande équipe en nombre, mais rien n'est sorti. Il m'a manqué un petit quelque chose à l'arrivée pour jouer une médaille. J'ai perdu un rayon après 50 km et j'ai cassé une chaussure, mais cela n'a pas changé le résultat", relevait Elise Chabbey.

De son côté, Marlen Reusser, qui avait conquis la médaille d'argent dans le contre-la-montre lundi, a été décramponnée par le groupe de tête à 15 km de l'arrivée. Auparavant, la Bernoise avait tenté sa chance seule, mais sans succès.

Premier faux-pas pour l'Atlético, battu chez la lanterne rouge

Image: KEYSTONE/AP/Alvaro Barrientos

Premier faux-pas de la saison pour l'Atlético Madrid ! Les Colchoneros, champions d'Espagne en titre, se sont inclinés 1-0 chez la lanterne rouge, Alavés, samedi pour la 7e journée de Liga.

Ils restent deuxièmes à deux points du Real Madrid (16 pts), qui reçoit Villarreal en soirée.

Les "Rojiblancos" ont plié dès la 4e minute sur une tête piquée du capitaine Victor Laguardia à la réception d'un corner tiré par Rubern Duarte. Et contrairement à leurs derniers matches en Liga, ils n'ont, cette fois-ci, jamais réussi à revenir au score.

City dompte Chelsea avant le PSG, United se rate

Image: KEYSTONE/AP/Alastair Grant

Avant de retrouver le PSG en Ligue des Champions, mardi, Manchester City, a pris le meilleur sur sa bête noire, Chelsea (0-1), samedi, pour la 6e journée de Premier League.

De son côté, United a raté une chance de prendre la tête.

Après trois revers de rang contre les Blues, dont un très douloureux en finale de la C1 l'an dernier, Pep Guardiola a repris l'ascendant (1-0) sur Thomas Tuchel.

Avec ces trois points, City compte 13 unités et rattrape sa victime du jour, mais aussi les Red Devils, battus par Aston Villa chez eux (1-0) et Liverpool, mais les Reds jouent en fin de d'après-midi à Brentford.

Avec Jorginho, N'Golo Kanté et Mateo Kovacic tous trois titulaires, en l'absence de Mason Mount, insuffisamment remis, l'Allemand espérait dominer dans l'entre-jeu.

Offensivement, il comptait sur la complémentarité entre la vitesse de Timo Werner et Romelu Lukaku.

Pep Guardiola, avec Jack Grealish, Kevin de Bruyne, Bernardo Silva, Phil Foden et Gabriel Jesus alignés au coup d'envoi, avait tout misé sur un pressing étouffant.

Et si la première période a été une "masterclass" de sorties de balle sous la pression folle mise par les Citizens, eux-même incapables de créer des décalages, ni l'Allemand ni le Catalan ne semblaient satisfaits à la pause.

La seconde période semblait partie sur les mêmes bases quand l'ouverture du score est venue animer la rencontre avec un peu plus de passion.

Sur une frappe écrasée de Joao Cancelo, Gabriel Jesus a récupéré le ballon dos au but, feinté sur sa droite avant de pivoter sur sa gauche et de placer un ballon légèrement dévié entre Jorginho et Antonio Rüdiger, hors de portée d'Edouard Mendy (0-1, 53e).

City aurait pu doubler rapidement la mise sans un arrêt superbe de Mendy pour dévier au ras du poteau une frappe rasante de Jack Grealish (57e) et un sauvetage de Jorginho sur la ligne devant Gabriel Jesus (61e).

Pour les Blues, il s'agit du premier revers de la saison alors que se profile un déplacement délicat sur le terrain de la Juventus en C1, mercredi.

Mais ce match sans un seul tir cadré est aussi un rappel que Lukaku ne pourra pas régler tout seul les problèmes offensifs chroniques des Londoniens.

Ronaldo muet, Manchester United se rate

Dans l'autre match du milieu de journée, Manchester United, avec un Cristiano Ronaldo pour une fois muet, a raté l'occasion de prendre les commandes du classement avec un but encaissé en toute fin de match et un penalty raté ensuite par Bruno Fernandes.

Les visiteurs avaient pris l'avantage à deux minutes de la fin du temps réglementaire sur une tête de Kortney Hause (1-0, 88e) sur corner, après un match débridé mais où United n'a jamais donné l'impression de maîtriser les débats.

Première pole-position pour Lando Norris à Sotchi

Image: KEYSTONE/AP/Xpbimages

Le Britannique Lando Norris (McLaren) a décroché sa première pole position en Formule 1 au terme des qualifications du Grand Prix de Russie samedi à Sotchi devant l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari).

Les conditions météorologiques ont joué un grand rôle. La troisième séance d'essais libres avait dû être annulée le matin en raison des pluies violentes. Les averses n'ont cessé que juste avant le début de la qualification. Trois minutes avant la fin de la Qualification 3, tous les pilotes ont changé pour chausser des pneus slick.

Lando Norris a su porter rapidement ses pneumatiques à température. Le Britannique de 21 ans, deuxième à Monza il y a deux semaines derrière son coéquipier Daniel Ricciardo, s'est montré le plus rapide avec une demi-seconde d'avanced sur Carlos Sainz sur sa Ferrari. Pour McLaren, il s'agit de la première pole position depuis 2012 au Brésil.

La deuxième ligne revient aux Britanniques George Russell (Williams) et Lewis Hamilton (Mercedes), deuxième du championnat du monde. Le Britannique a connu une fin de séance Q3 cauchemardesque. En rentrant au stand pour passer des pneus secs, il a touché un muret. Ses mécaniciens ont été contraints de changer l'aileron avant. Hamilton a alors perdu du temps et n'a pas pu chauffer convenablement ses pneumatiques. Il ne lui restait qu'un tour pour tenter d'arracher la pole. Las, il a encore commis un tête-à-queue qui l'a envoyé contre un mur, occasionnant des dégâts à son aileron arrière. Il n'a donc pas pu améliorer son temps réalisé avec des pneus intermédiaires.

Le leader du classement des pilotes, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), prendra le départ en fond de grille dimanche, pénalisé pour un changement de moteur.

Les deux Alfa Sauber n'ont pas dépassé la Q1. Kimmi Raikkönen et Antonio Giovinazzi se retrouvent aux 15e et 18e rangs.

Hüsler en finale, Stricker abandonne

Image: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Marc-Andrea Hüsler (ATP 159) disputera dimanche la finale du premier Challenger ATP de Bienne.

Mais le Zurichois n'affrontera pas son compère Dominic Stricker (ATP 287), qui a été contraint à l'abandon dans la première demi-finale.

Tête de série no 7 du tableau, Marc-Andrea Hüsler est revenu de loin avant de décrocher son ticket pour la finale. Le gaucher s'est imposé 3-6 7-6 (12/10) 6-4 devant le Néerlandais Tim Van Rijthoven (ATP 265), après avoir effacé deux balles de match dans le tie-break du deuxième set.

Le Zurichois de 25 ans partira en quête d'un quatrième titre sur le circuit Challenger dimanche. Il se frottera en finale au Britannique Liam Broady (ATP 139), qui menait 6-0 2-0 face à Dominic Stricker dans la première demi-finale lorsque le grand espoir bernois a décidé de jeter l'éponge.

Luc Tardif succède à René Fasel à la présidence

Image: KEYSTONE/MELANIE DUCHENE

Luc Tardif succède au Fribourgeois René Fasel à la présidence de la Fédération internationale (IIHF). Le Français de 68 ans a été élu samedi au cours du congrès de l'IIHF à St-Pétersbourg.

D'origine canadienne, Luc Tardif a obtenu 67 voix contre 39 pour son dernier rival, l'Allemand Franz Reindl, lors du quatrième et dernier tour de scrutin. Cinq candidats s'étaient présentés pour briguer la succession de l'ancien arbitre René Fasel, qui a passé la main après 27 ans à ce poste.

Luc Tardif, qui faisait partie des favoris, est membre du comité exécutif de l'IIHF depuis 2012. Ancien joueur passé par la Belgique et la France, il dirige la Fédération française depuis 2000. Le Français était l'un des hommes de confiance de René Fasel, qui ne s'était pas représenté.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En direct

Le Covid est hors de contrôle en Guyane ++ La femme de Bolsonaro fait scandale

Lire l’article
Link zum Artikel