DE | FR
Image: keystone
Sport en direct

Ruud bat Kokkinakis +++ La 12e étape du Giro pour Oldani

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
19.05.2022, 17:37
team watson / ats

Super League: précieux succès pour Sion à Lausanne

Image: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le FC Sion a fait un pas vers le maintien en gagnant 2-1 à Lausanne lors de la 35e journée de Super League. Les Valaisans comptent trois points d'avance sur Lucerne, tenu en échec 2-2 par Young Boys.

Grasshopper s'est virtuellement sauvé en dominant Saint-Gall 3-2. Les Sauterelles ont 40 points, comme Sion, mais une bien meilleure différence de buts. Lugano a surfé sur la vague de sa victoire en Coupe en s'imposant 2-1 contre le champion Zurich. Servette et Bâle en sont restés à 0-0.

Deux buts sur penalty

Sion n'a pas été malheureux à la Tuilière, où il a empoché les trois points grâce à deux penalties transformés par Grgic (31e/93e). Les Valaisans ont failli payer cher leur passivité en deuxième période, où ils se sont contentés d'attendre.

Le LS a ainsi pu égaliser grâce à un autogoal de Fickentscher, sur qui le ballon rebondissait après une frappe de Grippo sur la barre (82e). Sion sera sauvé quoi qu'il arrive s'il ne perd pas dimanche à Tourbillon face au Servette.

Le moral des Lucernois

Mais en cas de défaite, il y aura danger. Lucerne pourrait passer devant en gagnant au Letzigrund chez le champion Zurich. Les joueurs de Suisse centrale font preuve d'un grand moral. Face à YB, ils ont été menés 2-0 après sept minutes de jeu et des réussites de Kanga (3e) et Fernandes (7e). Sorgic (23e) et Ugrinic (69e) leur ont permis de revenir et de prendre un point qui pourrait être précieux.

GC n'a plus de souci de relégation après son succès 3-2 contre Saint-Gall, acquis grâce à des réussites de Loosli, Morandi et Momoh. Pour le promu, l'objectif de la saison est atteint.

Au Cornaredo, un rare doublé du capitaine Sabbatini (4e/28e) a permis aux bianconeri d'obtenir un succès de prestige contre Zurich. Les visiteurs avaient frappé les premiers par Gogia (3e).

Enfin, Servette et Bâle ont livré une partie globalement décevante, conclue sur un triste 0-0. Ce match a senti fort la fin de saison.

Bencic face à une qualifiée, Teichmann face à Pera

Image: KEYSTONE/AP/Bernat Armangue

Belinda Bencic (no 14) affrontera une joueuse issue des qualifications au 1er tour à Roland-Garros.

La St-Galloise pourrait retrouver la lauréate de l'US Open 2019 Bianca Andreescu (WTA 72) au 2e tour, puis Leylah Fernandez (no 17) en 16e de finale. Elle n'a jamais dépassé le stade du 3e tour à Paris.

Jil Teichmann (no 23), qui figure pour la première fois parmi les têtes de série en Grand Chelem, se mesurera à l'Américaine Bernarda Pera (WTA 122) au 1er tour. La logique voudrait que la Seelandaise, présente comme Belinda Bencic dans le bas du tableau, défie Victoria Azarenka (no 15) en 16e de finale.

Troisième Suissesse admise directement dans le tableau final, Viktorija Golubic (WTA 60) en découdra quant à elle avec une joueuse invitée par les organisateurs. La Zurichoise affrontera pour la première fois l'Américaine de 20 ans Katie Volynets (WTA 136).

Wawrinka-Moutet au 1er tour à Paris

Image: KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino

Stan Wawrinka (ATP 257) se mesurera à un invité français au 1er tour à Roland-Garros. Le vainqueur de l'édition 2015 affrontera le Français Corentin Moutet (ATP 139).

Forfait l'an dernier en raison de cette blessure au pied gauche qui l'a tenu éloigné des courts pendant plus d'une année, Stan Wawrinka a perdu l'unique duel livré face au gaucher de 23 ans. C'était en janvier 2020, au stade des demi-finales. En cas de succès, le Vaudois pourrait retrouver Rafael Nadal (no 5) au 2e tour.

Deuxième Suisse admis directement dans le tableau final masculin, Henri Laaksonen (ATP 95) se mesurera quant à lui à l'Espagnol Pedro Martinez (ATP 43) au 1er tour. Le Schaffhousois a remporté leur seul face-à-face, au 1er tour à Roland-Garros en 2019.

La bataille s'annonce par ailleurs rude dans le haut du tableau masculin. La logique voudrait en effet que Novak Djokovic (no 1) et Rafael Nadal se retrouvent au stade des quarts de finale. Le vainqueur de ce choc pourrait ensuite se frotter à l'outsider Carlos Alcaraz (no 6).

Viktorija Golubic sortie en quarts de finale à Strasbourg

Image: KEYSTONE/AP/Gregorio Borgia

Le parcours de Viktorija Golubic (WTA 60) a brutalement pris fin au tournoi WTA de Strasbourg. La Zurichoise a en effet été balayée 6-3 6-0 en quarts de finale par la Française Océane Dodin (WTA 94).

La Suissesse a été largement dominée dans cette rencontre à sens unique. Elle n'a pas obtenu la moindre balle de break, alors que son adversaire en a eu huit, donc cinq converties. Le match a duré 1h01 seulement.

Pour ce qui constituait son deuxième quart de finale sur terre battue après son succès en 2016 à Gstaad, Viktorija Golubic a plus ou moins tenu le choc jusqu'à 4-3 pour Dodin dans la manche initiale. Elle a ensuite perdu les huit jeux suivants et donc le match.

Le tenant du titre poursuit sa route

Image: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Tenant du titre, Casper Ruud (ATP 8) a cueilli jeudi un sixième succès consécutif au Geneva Open. Le Norvégien s'est hissé en demi-finale en dominant Thanasi Kokkinakis (ATP 85) 6-4 7-6 (7/3).

Finaliste du Masters 1000 de Miami en mars mais en retrait dans ses quatre premiers tournois joués sur terre battue, Casper Ruud monte en puissance avant la quinzaine de Roland-Garros. Il avait déjà atteint le stade des demi-finales la semaine passée à Rome, s'inclinant devant le futur champion Novak Djokovic.

Facile vainqueur de Benoît Paire (6-3 6-1 en 55') mercredi pour son entrée en lice, Casper Ruud a dû serrer sa garde dans le deuxième set face à Thanasi Kokkinakis. Il a dû sauver deux balles de break à 5-5 - les deux seules que son adversaire australien s'est procurées -, mais a maîtrisé son sujet dans le tie-break.

Le Norvégien de 23 ans devra soigner sa relance vendredi pour sa quatrième demi-finale de l'année. Il retrouvera le géant Reilly Opelka (ATP 18), lequel a dominé Tallon Griekspoor (ATP 64) 6-4 3-6 6-3 jeudi. Il a remporté les trois duels livrés face à l'Américain de 2m11, dont un sur la terre battue de Houston en 2019.

La demi-finale du haut du tableau, "décapité" par les éliminations successives de Daniil Medvedev (ATP 2) et Denis Shapovalov (ATP 15) notamment, s'annonce moins relevée. Elle mettra aux prises le vainqueur du duel Richard Gasquet (ATP 75) - Kamil Majchrzak (ATP 81) au gagnant du match Ilya Ivashka (ATP 50) - Joao Sousa (ATP 79).

Tour d'Italie: Stefano Oldati gagne la 12e étape

Un nouveau maillot rose pour Juan Pedro Lopez
Un nouveau maillot rose pour Juan Pedro LopezImage: KEYSTONE/AP

Stefano Oldani (Alpecin-Fenix) s'est adjugé la 12e étape du Giro à Gênes. L'Italien a devancé au sprint ses deux compagnons d'échappée, son compatriote Lorenzo Rota et le Néerlandais Gijs Leemreize.

Tous trois, issus d'une grande échappée, avaient faussé compagnie aux autres à 53 km du but dans la deuxième des trois côtes de la journée. Oldani (24 ans) a fêté son premier succès professionnel et donné au cyclisme italien un deuxième succès en 24 heures au cours de cette étape de 204 km qui était la plus longue de l'épreuve.

Le peloton est arrivé à plus de neuf minutes du vainqueur. L'Espagnol Juan Pedro Lopez (Trek-Segafredo) a conservé le maillot rose.

Festival d'attaques

L'étape a donné lieu à un festival d'attaques dans sa première partie pour lancer une échappée qui s'est formée après une soixantaine de kilomètres. De ce groupe de 25 coureurs sont sortis Rota, le premier à attaquer, puis Oldani et Leemreize à l'approche des 50 derniers kilomètres. Un quatuor de poursuivants (Mollema, Kelderman, L. Hamilton, Buitrago) a échoué à combler l'écart qui a longtemps été d'une trentaine de secondes.

Le Giro a emprunté la route du Passo del Bocco pour la première fois depuis la chute mortelle de Wouter Weylandt en 2011, dans la descente. Le dossard 108 du coureur belge est retiré depuis de la liste des concurrents.

Au pied des Alpes vendredi

Dans le final, la course est passée par le Ponto San Giorgio, qui remplace le viaduc autoroutier du Polcevera en partie effondré au mois d'août 2018. L'accident avait causé la mort de 43 personnes.

Vendredi, la 13e étape relie San Remo, sur le littoral de la mer Ligure, à Cuneo, au pied des Alpes piémontaises. Le parcours de 150 kilomètres passe par un col dans la première moitié avant un final roulant jusqu'à l'arrivée jugée en léger faux plat montant.

Opelka premier demi-finaliste

Reilly Opelka est en demi-finale du Geneva Open
Reilly Opelka est en demi-finale du Geneva OpenImage: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Reilly Opelka (ATP 18) est le premier demi-finaliste du Geneva Open. Le géant américain de 2m11 s'est imposé 6-4 3-6 6-3 devant Tallon Griekspoor (ATP 64) jeudi en quart de finale.

Tête de série no 4 du tableau, Reilly Opelka a mis 1h33' pour prendre la mesure du Néerlandais, tombeur du Genevois Johan Nikles (ATP 317) la veille. Il a forcé la décision en signant le break dès le deuxième jeu de la troisième manche, dans laquelle il n'a perdu que 2 points sur son service.

Sacré en avril sur la terre battue de Houston, Reilly Opelka avait été battu d'entrée dans ses trois premiers tournois joués sur cette surface en Europe, notamment à Rome où il a subi la loi de Stan Wawrinka la semaine dernière. Il affrontera en demi-finale le tenant du titre Casper Ruud (ATP 8) ou Thanaski Kokkinakis (ATP 85).

Andrea Glauser ne boude pas son plaisir

Andrea Glauser veut prendre du plaisir en Finlande
Andrea Glauser veut prendre du plaisir en FinlandeImage: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Avec Sandro Aeschlimann, Marco Miranda et Dominik Egli, Andrea Glauser fait partie des néophytes du Mondial 2022 côté suisse.

A 26 ans, le Fribourgeois du Lausanne Hockey Club compte bien profiter de ce premier rendez-vous international.

Comme lors de chaque Championnat du monde depuis qu'il est en poste, Patrick Fischer ne se prive pas d'intégrer de nouveaux joueurs. En 2016, il avait par exemple convoqué Sven Andrighetto, Grégory Hofmann et Lino Martschini. Un an plus tard à Paris, ce sont Denis Malgin, Vincent Praplan ou encore Pius Suter qui avaient goûté pour la première fois à la joie d'un Mondial.

Et cette année, avec les renforts venus de NHL et d’AHL, les places restantes sont presque hors de prix. Jonas Siegenthaler, Janis Moser, Dean Kukan et Tobias Geisser prennent quatre des huit casiers. Conséquence, il ne reste plus que quatre slots pour les arrières de National League.

Parmi ces quatre défenseurs "made in Switzerland", on retrouve Andrea Glauser. Arrivé au LHC l'an dernier, le Singinois de 26 ans a cette fois-ci franchi toutes les étapes pour se retrouver dans les rangs des élus. Et lorsque l’on sait que des défenseurs comme Raphael Diaz, Romain Loeffel ou encore Santeri Alatalo ont dû rester en Suisse, cela donne une idée de la performance du Fribourgeois.

Tout donner, tout le temps

"Je ne peux pas vraiment dire que j'ai été surpris, commente Glauser à propos de sa sélection pour le Mondial. A la fin, c'est le choix du coach. Heureusement que cette fois ce n'est pas moi qui ai dû faire mes valises et rentrer au pays. Après, je ne réfléchis pas trop à qui peut ou pouvait encore venir, comme par exemple Roman Josi. J'essaie de tout donner sur la glace, aussi à l'entraînement, parce que c'est ce que demande le coach."

Aligné aux côtés de Tobias Geisser, Glauser endosse plutôt le costume de défenseur offensif du binôme. Auteur d'un quadruplé la saison dernière avec Lausanne, l'ancien Tigre devenu Lion possède un flair intéressant dans la zone adverse. Mais pas question pour autant de partir à l'abordage.

"Avec Tobias, on essaie d’abord de bien jouer dans notre zone, on verra par la suite, pondère celui qui a fait ses classes juniors à Fribourg. Mais Fischi veut que j'aille en zone offensive, que dès que les attaquants se projettent je sois là pour les soutenir. Seulement, c'est parfois dur de trouver assez d'énergie pour donner un coup de main aux attaquants lorsque tu travailles très fort dans ta zone. Et si ça revient de notre côté, on doit pouvoir réagir. Mais il veut que je crée des choses offensivement. De mon côté, je me concentre sur la défense et si j'ai assez de forces, je pars soutenir l'attaque."

Travail récompensé

Jeune papa, Andrea Glauser a les pieds sur terre et la tête sur les épaules. Ce premier Championnat du monde, il tient à le vivre au mieux en aidant son équipe à aller le plus loin possible: "C'est quelque chose de spécial. Ca montre aussi comment je travaille. Je crois que j'ai pas mal bossé ces 3-4 dernières années, où j'ai souvent fait la préparation avant de me faire couper vers la fin. Je suis tellement content d'être là et je profite à fond."

Si selon lui le fait d'avoir changé de club ne lui a pas fait franchement changé de statut, le joueur du LHC reconnaît que l'environnement vaudois se veut plus propice à la progression: "Même si j'ai beaucoup joué à Langnau, il y a davantage de bons joueurs à Lausanne. Alors on peut échanger et demander des conseils. Il y en a beaucoup si on pense à Frick, Genazzi, Heldner, Gernat ou Barberio. On a vraiment une bonne défense."

Le souvenir de 2015

Très attachés à leurs routines, certains joueurs de l'équipe, dont Glauser, ont eu l’impression de repartir près de sept ans dans le passé. "Le truc drôle, c’est qu'en M20 pour le Championnat du monde 2015/16 on était déjà ici dans la même patinoire et dans le même hôtel, se souvient-il. C'est plutôt marrant et cool de revenir avec les plus grands. En plus il y a pas mal de joueurs aujourd'hui qui faisaient partie de cette équipe comme Malgin, Hischier, Meier, Suter, Siegenthaler, Riat et Thürkauf."

Proche de Christoph Bertschy, Andrea Glauser partage sa chambre avec son pote, mais il adore passer du temps avec ses autres coéquipiers: "La Suisse n'est pas un grand pays et de toute façon on se connaît tous plus ou moins. En tout cas, ça me fait à chaque fois plaisir de croiser des gens en équipe de Suisse. Ca change du club. Je connais forcément très bien Christoph parce que j'ai joué avec lui à Lausanne, mais avec Tristan on se connaissait aussi parce qu'il a joué avec mon frère. On rigole bien avec lui."

Bertschy, Scherwey, y a-t-il une connexion fribourgeoise privilégiée? "Non, non, conclut-il avec un large sourire. Nous, nous côtoyons tout le monde parce que nous pouvons parler en allemand et en français. On n'est pas comme ça! On fait surtout en sorte que tout le monde rigole. Il faut rester unis et ne pas se disperser, et nous ferons un bon Championnat du monde."

Retraite internationale pour Aubameyang

Aubameyang ne portera plus le maillot du Gabon
Aubameyang ne portera plus le maillot du GabonImage: KEYSTONE/AP/Joan Monfort

L'attaquant gabonais du FC Barcelone Pierre-Emerick Aubameyang met fin à sa carrière internationale, a déclaré jeudi le sélectionneur des Panthères Patrice Neveu.

"Après 13 ans de fierté à représenter mon pays, je vous annonce que je mets un terme à ma carrière internationale. Je tiens à remercier le peuple gabonais et tous ceux qui m'ont soutenu dans les bons comme les mauvais moments", écrit Aubameyang dans une lettre adressée à la Fédération gabonaise (Fégafoot).

Le Barça a recruté début février Aubameyang (32 ans), laissé libre par Arsenal où il était en disgrâce. Le club anglais a accepté de résilier son contrat "par consentement mutuel" pour économiser son mirobolant salaire, estimé alors à 18 millions d'euros par an. L'attaquant a inscrit 13 buts en trois mois pour le club catalan.

Amnesty demande à la FIFA 440 millions pour les ouvriers

Image: KEYSTONE/AP/Lujain Jo

L'ONG Amnesty International a demandé jeudi à la FIFA de verser une compensation d'au moins 440 millions de dollars aux ouvriers migrants "maltraités" au Qatar.

Le pays hôte du Mondial 2022 est accusé de ne pas suffisamment respecter leurs droits.

La demande d'Amnesty, soutenue par d'autres organisations de défense des droits humains, intervient à la suite de critiques répétées contre la lenteur de l'instance dirigeante du football à réagir contre les mauvaises conditions de travail des ouvriers qui ont afflué sur les chantiers liés au Mondial dans le riche Etat du Golfe.

"La FIFA devrait consacrer au moins 440 millions de dollars à la réparation des dommages subis par les centaines de milliers de travailleurs migrants victimes de violations des droits humains au Qatar pendant les préparatifs de la Coupe du monde 2022", a déclaré Amnesty dans un communiqué.

Une somme égale à la dotation

Selon Amnesty, cette somme, qui correspond à la dotation que se partageront les 32 équipes participantes, est le "minimum nécessaire" pour indemniser les travailleurs et les protéger de futurs abus. L'organisation cite notamment les salaires impayés, le paiement de frais de recrutement "illégaux" et "exorbitants" ainsi que les dommages causés par les accidents du travail.

L'ONG basée à Londres a exhorté la FIFA à "travailler avec le Qatar pour mettre en place un programme de réparation complet avec la participation des ouvriers, des syndicats, de l'Organisation internationale du travail (OIT) et la société civile".

Règles toujours pas respectées

Depuis 2010, date à laquelle la FIFA a attribué le Mondial-2022 au Qatar, une "litanie d'abus" entache les préparatifs sans que l'instance n'ait exigé "la moindre amélioration des conditions de travail", a accusé Amnesty.

Amnesty a néanmoins salué les réformes sociales décidées par le Qatar depuis 2018 et l'amélioration des conditions sur les chantiers officiels de la Coupe du monde initiée en 2014. Mais selon l'ONG, ces règles ne sont pas toujours respectées et les abus persistent.

Dans un commentaire envoyé à l'AFP, la FIFA a dit "procéder actuellement à l'évaluation de la proposition d'Amnesty" et d'autres ONG, affirmant qu'elle "implique un large éventail d'infrastructures publiques construites (au Qatar) depuis 2010 qui ne sont pas nécessairement liées à la Coupe du monde".

Critiqué depuis qu'il s'est vu attribuer le premier Mondial de football dans un pays arabe, le Qatar a mené d'importantes réformes, abolissant le système de parrainage faisant des salariés des quasi propriétés de leur employeur et instaurant un salaire minimum horaire. Le pays rejette fermement les bilans des morts sur les chantiers avancés par des médias internationaux.

Les Warriors assomment les Mavs de Doncic

Luka Doncic a souffert mercredi face aux Warriors
Luka Doncic a souffert mercredi face aux WarriorsImage: KEYSTONE/AP/Jed Jacobsohn

Golden State a pris un départ de rêve dans la finale de la Conférence Ouest de NBA qui l'oppose à Dallas.

Les Warriors se sont imposés 112-87 mercredi, grâce notamment aux 21 points et 12 rebonds de Stephen Curry.

Trois jours après avoir détruit les Phoenix Suns en Arizona lors de l'acte VII du 1er tour, la star Luka Doncic a trouvé à qui parler au Chase Center de San Francisco. Parfaitement défendu par Andrew Wiggins, l'arrière slovène a dû se contenter de 20 points à 6 sur 18 au tir (3/10 à 3 points).

Les Warriors ont commencé lentement mais se sont dégagés de manière décisive en seconde période après avoir mené 54-45 à la mi-temps. Luka Doncic semblant soigner une épaule douloureuse, la franchise californienne a dominé les visiteurs 34-24 au troisième quart pour mener de 19 points avant la dernière période. Un 8-0 réalisé à l'entame de l'ultime quart a mis les Mavericks à 27 points (96-69).

Si Stephen Curry fut le meilleur marqueur de cette rencontre, six autres Warriors ont terminé avec au moins 10 points à leur actif. Jordan Poole et Andrew Wiggins ont récolté 19 points chacun. "Muet" en première mi-temps, Klay Thompson a quant à lui trouvé son rythme en seconde période avec 15 points.

Carolina s'impose au forceps

Image: KEYSTONE/AP/Karl B DeBlaker

Carolina a souffert pour prendre la mesure des New York Rangers dans l'acte I de leur demi-finale de Conférence.

Les Hurricanes de Nino Niederreiter se sont imposés 2-1 après prolongation à Raleigh, mercredi en NHL.

Malmenés durant plus de 40 minutes de jeu, les Canes ont arraché l'égalisation à 2'23'' de la fin du temps réglementaire grâce à une réussite de Sebastian Aho avant de forcer la décision après 3'12'' en "overtime" sur un tir de Ian Cole dévié par un défenseur adverse. Les Rangers avaient ouvert la marque dès la 8e minute par l'intermédiaire de Filip Chytil.

Carolina a souffert durant les deux premiers tiers-temps, concédant pas moins de 23 tirs cadrés tout en n'en réussissant que 14, avant de prendre l'ascendant dans la troisième période (10 tirs cadrés à 4). Les Hurricanes ont touché à deux reprises les montants des Rangers, la première sur un tir de Nino Niederreiter à la 53e, avant de trouver enfin la faille.

9-6 pour les Flames

A l'Ouest, Calgary s'est imposé 9-6 face à Edmonton en ouverture de la série. Les Flames, qui menaient 2-0 après 51'' de jeu et 3-0 après 6'05'', ont pourtant souffert jusqu'au bout: les Oilers de Connor McDavid (4 points mercredi) ont pu égaliser à 6-6 à la 42e minute, avant de concéder trois buts supplémentaires dont deux inscrits par Matthew Tkachuk.

Eintracht Francfort gagne l'Europa League aux tirs au but

Kevin Trapp stoppe le tir au but de Ramsey
Kevin Trapp stoppe le tir au but de RamseyImage: KEYSTONE/AP/Pablo Garcia

Eintracht Francfort a remporté l'Europa League au bout du suspense. Les Allemands ont battu les Glasgow Rangers 1-1 ap, 5-4 tab dans la chaude nuit de Séville au terme d'une partie indécise.

Un Suisse a donc inscrit son nom au palmarès d'une compétition européenne, à savoir Djibril Sow. Auteur d'un match solide, l'international suisse a toutefois été à l'origine de l'ouverture du score des Rangers. Une mauvaise tête en retrait a permis à Aribo d'aller marquer (57e). Sow a été remplacé à la 106e.

Trapp en héros

L'euphorie écossaise n'a pas duré. L'Eintracht a égalisé à la 69e par Borré, qui se jetait sur un excellent centre du dangereux Kostic, au remarquable pied gauche.

Alors que les deux gardiens n'avaient quasiment pas eu d'arrêt difficile à faire, Trapp était mis à grosse contribution en fin de la deuxième prolongation. L'Allemand sauvait devant Kent (118e) puis sur un coup franc de Tavernier (121e). Il se muait en héros lors des tirs au but en stoppant l'envoi de Ramsey, seul des dix tireurs à échouer.

Bon esprit

Cette rencontre, jouée sous la chaleur et les bruyants encouragements des fans des deux équipes, a été très disputée, mais dans un bon esprit. Beaucoup de duels, de sueur et d'abnégation, mais une qualité globale pas exceptionnelle.

Les Allemands ont montré un petit peu de qualité dans le jeu, mais ils ont péché à la conclusion, avec de nombreux tirs non cadrés. Et c'est finalement leur gardien qui a été déterminant.

Eintracht Francfort a ainsi conquis son deuxième trophée sur la scène continentale. Le premier datait de 1980 en Coupe UEFA, en finale aller-retour contre Borussia Mönchengladbach. Le club allemand, une fois champion de son pays en 1959, avait été battu en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions l'année suivante par le Real Madrid (7-3), à... Glasgow!

Un tir bloqué célébré comme un but

Tristan Scherwey ne refuse jamais une invitation
Tristan Scherwey ne refuse jamais une invitationImage: KEYSTONE/EPA/PETER SCHNEIDER

Mise sous pression en fin de partie en raison de pénalités stupides, la Suisse a finalement pris le meilleur sur la Slovaquie 5-3. Grâce notamment au dévouement d'un homme: Tristan Scherwey.

On joue la 58e minute. La Suisse mène 4-3 et évolue avec un homme de moins sur la glace, la faute à cette pénalité de 5 minutes infligée plus tôt à Michael Fora pour un coup de genou. Les Slovaques font tourner le puck en cherchant l'ouverture. Un tir part de la ligne bleue, mais la rondelle n'atteindra pas la cage de Genoni grâce au dévouement de Tristan Scherwey qui a mis son corps en opposition. Ses trois coéquipiers viennent immédiatement autour de lui pour l'aider à se relever et les quatre hommes se congratulent comme s'ils avaient marqué un but.

En zone mixte, on s'empresse de le féliciter pour son "but". "Heu...je n'ai pas marqué aujourd'hui, répond-il tout d'abord avec candeur avant de comprendre. Haaa ça fait du bien. Ca a commencé par le capitaine (réd: Hischier) qui a bloqué des tirs et ça nous a donné de l'énergie. On s'est battu, c'était serré. Tu arrives vers la fin du match et tu sais que chaque shoot qui passe peut être dangereux. Si c'était ça dont on avait besoin, alors tant mieux. Je pense que ça fait du bien de gagner un match de cette manière."

Le Fribourgeois du CP Berne a enchaîné sur les pénalités stupides prises par son équipe: "On en a déjà parlé. Ca peut coûter cher...ça peut nous coûter un tournoi. Il va vraiment falloir qu'on analyse ça et que l'on change au plus vite."

Ce qui est certain, c'est que le box-play helvétique a plutôt bien fonctionné. Le fait d'avoir trois unités et donc six défenseurs rompus à cet exercice a permis de minimiser les pertes successives de Fora et Siegenthaler. Mais Tristan Scherwey a tenu à saluer un autre soldat de la boîte suisse: "Pius Suter a fait un job incroyable. Il a gagné de gros engagements et après ça a suivi. Aujourd'hui c'était un travail d'équipe. Mais on voit nos leaders, notamment les joueurs de NHL comme Pius Suter, sans oublier Denis Malgin, qui font un travail de fou et qui donnent envie aux autres."

Même si le Canada n'est pas aussi impressionnant sur le papier que certaines années précédentes, il reste favori de l'affrontement qui aura lieu samedi à 15h20. Et si les Suisses ambitionnent de continuer leur carton plein, il vaudra mieux se tenir à l'écart du banc d'infâmie.

Mondiaux: quatre sur quatre pour les Suisses

Timo Meier et Nico Hischier: la Suisse gagne encore
Timo Meier et Nico Hischier: la Suisse gagne encoreImage: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Et quatre sur quatre pour la Suisse au Championnat du monde à Helsinki. Les Helvètes ont dominé la Slovaquie 5-3 dans un match qui fut tendu sur la fin.

L'essentiel est acquis après ces quatre premières rencontres, mais que ce fut stressant pour les supporters helvétiques. La faute à un autogoal de Geisser à la 50e, puis à deux pénalités stupides coup sur coup de Michael Fora (5 et match) et Jonas Siegenthaler.

Contrainte d'évoluer pendant deux minutes en double infériorité numérique, la troupe de Patrick Fischer a su faire le dos rond devant Leonardo Genoni. Les joueurs à croix blanche vont maintenant bénéficier de deux jours de pause avant un week-end qui les verra affronter le Canada samedi et la France dimanche.

Malgin encore

Comme dans deux des trois premiers matches, la bougie d'allumage a eu pour nom Denis Malgin. Le numéro 62 a profité d'une subtile passe de Pius Suter pour transpercer le portier Huska d'un missile bien placé. Et en infériorité numérique s'il vous plaît.

Le centre des Zurich Lions évolue en ce moment à un niveau assez exceptionnel. Outre ses qualités techniques hors normes, le Soleurois aux racines russes ne se compromet pas par des présences trop longues et imprime à chaque fois un rythme aux attaques helvétiques.

Certainement moins flashy que son compère de ligne, Pius Suter mérite lui aussi la citation. Car sans lui et Simion, Malgin aurait de la peine à être aussi dominant. Passeur inspiré sur le 1-0, c'est encore lui qui a mis sa canne au bon endroit pour couper une passe slovaque et lancer idéalement Timo Meier pour le 3-2 de la 33e. On a souvent mis en lumière les qualités des joueurs de NHL: sur cette action l'ailier des San Jose Sharks a une fois de plus fait honneur à son pedigree en mystifiant le gardien slovaque.

Potentiel et envie

Malgré ce coup d'éclat et le 4-2 d'Hischier, on reste sur notre faim concernant la première triplette helvétique. Après la période Bertschy pas forcément concluante, on ne peut pas dire que la présence de Kurashev ait redynamisé l'ensemble.

On sent le potentiel latent et l'envie, mais les résultats ne se matérialisent pas. Ceci dit, tout le monde préfère que l'alchimie prenne lors des rencontres à élimination directe, car c'est vraiment là que la Suisse aura besoin de ses meilleurs éléments au top.

Cette partie face à la Slovaquie fut aussi le 119e match en Championnat du monde pour Andres Ambühl. Il égale le record de l'Allemand Udo Kiessling. S'il n'est pas blessé, la rencontre contre le Canada samedi après-midi lui permettra de devenir le seul détenteur de cette fantastique marque de longévité.

[NON TEXTÉ] Des supporters du FC Sion saccagent les toilettes du stade du Wankdorf

Plus d'articles sur le sport

Robert Lewandowski et le syndrome du plombier polonais

Link zum Artikel

Incompétence, pingrerie, désordre: quel avenir pour le foot romand?

Link zum Artikel

Chez les virtuoses du tennis, l'antivibrateur passe à la poubelle

Link zum Artikel

Dans le pays d'Idrissa Gueye, l'homosexualité mène en prison

Link zum Artikel

Avec Sandro Aeschlimann, la Suisse tient son prochain Martin Gerber

Link zum Artikel

Ils se croient super forts et se retrouvent piégés sur les via ferrata

Link zum Artikel

Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger

Link zum Artikel

Le cas Idrissa Gueye éclaire toute l’hypocrisie du football

Link zum Artikel

Le football suisse entame une semaine décisive pour son avenir

Link zum Artikel

Des femmes témoignent: «Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

«On bidouillait»: Il a vécu toutes les Patrouilles des glaciers, il raconte

Link zum Artikel

Les défenseurs collés aux poteaux sur corner? Complètement has been

Link zum Artikel

Le FC Winterthour et sa culture punk, ovni du foot moderne

Link zum Artikel

Evenepoel met tout le monde d'accord: la Belgique tient un phénomène

Link zum Artikel

Le Bâlois Alex Wilson, suspendu pour dopage, victime d'un complot?

Link zum Artikel

Un horrible tacle a brisé la carrière de cette Neuchâteloise

Link zum Artikel

De mythe à «club de village», Kloten sera modeste en National League

Link zum Artikel

Isaiah Thomas, une ode à la résilience version US

Link zum Artikel

Zeki Amdouni, la pépite qui peut encore sauver le Lausanne-Sport

Link zum Artikel

Bencic: «Quand je pense à la guerre, je relativise l'importance du tennis»

Link zum Artikel

Les cyclistes pros sont devenus des toxicomanes accros aux pilules

Link zum Artikel

Comment Luka Modric a fait de son extérieur du pied une arme fatale

Link zum Artikel

Cette Romande a passé 40 jours seule en montagne et est revenue transformée

Link zum Artikel

Une langue de footballeur a encore fourché: top 20 des phrases cultes

Link zum Artikel

Que le football suisse cesse d'inventer des formules hallucinogènes

Link zum Artikel

Gegenpressing contre jeu de position: l'heure du grand duel

Link zum Artikel

Thibaut Monnet: «J'ai laissé quelques bouts de dents sur la glace»

Link zum Artikel

La drôle d'histoire des animaux qui peuplent le hockey suisse

Link zum Artikel

Cette Valaisanne increvable a réalisé le doublé Lauberhorn-Kitzbühel

Link zum Artikel

Simon Ammann: «Arrêter ou continuer, je n'arrive pas à me décider»

Link zum Artikel

Osaka, Rapinoe, Williams: la «culture de la victimisation» made in USA

Link zum Artikel

Iga Swiatek, nouvelle reine du tennis, a construit sa légende à Montreux

Link zum Artikel

Le patron du Tour de Suisse: «La Romandie ne veut pas de nous»

Link zum Artikel

Les lasers verts qui ont ciblé Salah sont les plus dangereux

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
La RTS a choisi son nouveau consultant pour la Nati

Et il s'agit de... Johan Djourou. Le Genevois, 76 sélections avec la Nati, succède à Steve von Bergen. Il fera ses débuts aux côtés de David Lemos le 2 juin prochain lors du match de Ligue des Nations entre la République tchèque et la Suisse.

L’article