DE | FR
Image: sda
Sport en direct

Colorado sacré +++ 3e chrono de l'histoire sur 200 m féminin

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
13.10.2021, 05:3027.06.2022, 06:41
team watson / ats

Lyles, Steiner et Benjamin en imposent

Image: KEYSTONE/AP/HUSSEIN SAYED

Noah Lyles, champion du monde en titre, a conservé sa couronne aux Championnats des Etats-Unis sur 200 m.

Il a rappelé qu'il serait l'homme à battre dans trois semaines aux Mondiaux, sur cette même piste de Hayward Field à Eugene.

Le sprinter de 24 ans a remporté la finale en 19''67. Il a coiffé de justesse Erriyon Knighton (19''69), qui était devenu le 30 avril à Baton Rouge le quatrième meilleur performeur de l'histoire sur la distance (19''49, derrière Usain Bolt, Yohan Blake et Michael Johnson).

"Je fais ce qu'il faut pour gagner. Erriyon a pris le meilleur sur moi dans le virage, mais je n'étais pas inquiet. Je me suis dit que j'allais le rattraper, gagner les 100 derniers mètres et c'est ce que j'ai fait", a commenté le vainqueur.

Fred Kerley, devenu le co-sixième meilleur performeur de l'histoire sur la ligne droite (9''76) vendredi, a complété le podium (19''83). Il pourra doubler 100-200 m aux Championnats du monde, contrairement à Christian Coleman qui avait renoncé à prendre part aux demi-finales en matinée.

Steiner en 21''77

Chez les femmes, la championne universitaire (NCAA) Abby Steiner s'est imposée en 21''77, améliorant de trois centièmes sa meilleure performance mondiale de l'année. Une "MPM" qui n'aura tenu qu'une poignée d'heures, puisque la Jamaïcaine Shericka Jackson a ensuite couru en 21''55 à Kingston.

Plus tôt, la star montante du sprint Sha'Carri Richardson, déjà éliminée jeudi sur 100 m, avait échoué à atteindre cette finale. Eliminée en demie avec une 5e place (22''47), elle a donc raté la qualification en individuel pour les Mondiaux.

Parmi les autres résultats notables, Rai Benjamin, médaillé d'argent aux derniers JO et Mondiaux, a réussi la meilleure performance mondiale de l'année sur 400 m haies (47''04). Athing Mu, championne olympique en titre du 800, a elle aussi validé sa présence à Eugene dans trois semaines, en remportant (1'57''16) une finale au finish passionnant devant Ajee Wilson (1'57''23).

200 m: Shericka Jackson réussit le 3e chrono de l'histoire

Image: KEYSTONE/AP/Andrew Medichini

Shericka Jackson a établi le troisième chrono de l'histoire sur 200 m en 21''55 secondes pour devenir championne de Jamaïque dimanche à Kingston.

Après sa victoire sur 100 m vendredi, Shericka Jackson avait annoncé qu'elle en avait sous les pointes pour le 200 m, à trois semaines des Mondiaux. Mais elle n'a pas masqué sa surprise en voyant son temps sur le panneau d'affichage, validé par l'absence de vent.

"Honnêtement, je suis choquée, je ne m'attendais pas à aller aussi vite, je savais que j'en avais dans mes jambes, mais courir aussi vite... Je suis simplement reconnaissante", a-t-elle réagi.

Seules la regrettée Florence Griffith-Joyner, dont le record du monde (21''34) tient toujours depuis 1988, et Elaine Thompson-Herah, qui a couru en 21''53 l'année dernière aux Jeux olympiques de Tokyo, ont été plus rapides qu'elle sur le demi-tour de piste.

Shericka Jackson (28 ans) a explosé son meilleur chrono personnel de 26 centièmes pour devancer la championne olympique Elaine Thompson-Herah (22''05) et Shelly-Ann Fraser-Pryce (22''14). Elle a en outre battu une meilleure performance mondiale de l'année (21''77) réussie une poignée d'heures plus tôt par Abby Steiner à Eugene aux Championnats des Etats-Unis.

L'Avalanche sacré pour la troisième fois, la première depuis 2001

Image: KEYSTONE/AP/Phelan Ebenhack

Troisième finale, et troisième Coupe Stanley pour l'Avalanche!

Colorado a remporté le championnat de NHL 2021/22 en allant s'imposer 2-1 dimanche sur la glace du double tenant du titre Tampa Bay dans l'acte VI de la finale des play-off.

Un but inscrit à la 33e minute par le Finlandais Artturi Lehkonen (2-1) a permis aux Avs de forcer la décision dans cette rencontre. Le Tampa Bay Lightning, qui avait écarté une première "balle de titre" dans le match no 5 à Denver, avait pourtant idéalement démarré cette partie.

La franchise floridienne avait en effet ouvert la marque après seulement 3'48'' de jeu sur une réussite de son capitaine Steven Stamkos. Mais Colorado a renversé la vapeur dans le deuxième tiers, la superstar Nathan MacKinnon signant le but égalisateur à la 22e grâce à un "one timer" sur une pénalité différée.

Trois rookies de l'année

Déjà titrée en 1996 - pour sa première saison après son déménagement de Québec - et en 2001 - avec le gardien fribourgeois David Aebischer dans son effectif -, l'Avalanche met ainsi fin à une disette de 21 ans. Son sacre survient cinq ans après que Colorado avait conclu la saison régulière avec le pire bilan de la Ligue.

Engagé en 2016 pour assurer la lourde succession du légendaire Patrick Roy, le coach Jared Bednar n'avait donc pas entamé de manière idéale son aventure. Il a pu s'appuyer sur trois vainqueurs du Calder Memorial Trophy (le trophée récompensant le meilleur "rookie" de l'année) pour faire revenir l'Avalanche au sommet.

L'arrivée de Cale Makar, meilleur débutant de l'exercice 2019/20, fut la dernière pièce du puzzle. Il a apporté l'assise défensive dont les attaquants-vedettes Gabriel Landeskog (rookie de la saison 2011/12), Nathan MacKinnon (2013/14) et Mikko Rantanen avaient besoin pour s'exprimer pleinement.

Makar MVP des play-off

Cale Makar a d'ailleurs réalisé une saison de toute beauté. Nommé défenseur de l'année au terme d'un vote dans lequel il a devancé le Bernois Roman Josi, le Canadien de 23 ans a été désigné MVP de ces play-off. Il a réussi 29 points - dont 8 buts - dans ses séries finales, après en avoir inscrit 86 dans la phase préliminaire.

Richardson éliminée du 200 m qualificatif pour les Mondiaux

Image: KEYSTONE/AP/Amanda Loman

Sha'Carri Richardson, déjà éliminée jeudi sur 100 m, a échoué à atteindre la finale du 200 m aux trials américains dimanche à Eugene. Elle rate sa qualification pour les Mondiaux dans trois semaines.

L'opération rédemption, aux Championnats des Etats-Unis, s'est soldée par un échec pour l'athlète de 22 ans, qui avait été privée des Jeux de Tokyo l'an passé, après avoir été contrôlée positive au cannabis. Elle avait pourtant été la sensation des sélections olympiques, en courant en 10''64 (avec l'aide du vent) en demi-finale, avant de remporter la finale.

Dimanche, elle jouait une partie de sa saison, avec pour objectif de participer à ses premiers Championnats du monde. Et comme 72 heures plus tôt, lorsqu'elle ne put composter son billet sur 100 m, éliminée dès les séries, elle a cette fois craqué en demi-finale.

Richardson a terminé 5e de sa course en 22''47. Insuffisant pour être dans les huit premières (10e). Sa dernière chance de participer aux Mondiaux est d'être sélectionnée pour les relais.

La championne universitaire (NCAA), Abby Steiner, s'est elle affirmée comme la favorite, égalant sa meilleure performance mondiale de l'année (21''80).

Chez les hommes, les demi-finales du 200 m se sont déroulées comme prévu: le champion du monde en titre Noah Lyles a remporté la première en réalisant le meilleur temps (19''81) et Erriyon Knighton s'est imposé dans la seconde (19''97).

Fred Kerley, devenu le co-sixième meilleur performer de l'histoire sur 100 m (9''76) vendredi, s'est lui aussi qualifié (20''09).

En revanche, le champion du monde du 100 m Christian Coleman n'a pas pris le départ de ces demi-finales, abandonnant toute chance de viser un doublé 100-200 m, aux Mondiaux qui se dérouleront également à Hayward Field du 15 au 24 juillet.

Coleman avait manqué les Jeux de Tokyo l'an dernier en raison d'une suspension de 18 mois pour des manquements à ses obligations de localisation dans le cadre de la lutte antidopage.

Sénéchal, Rodriguez, Sagan, Cavendish et Merlier titrés

Image: KEYSTONE/AP LaPresse

Florian Sénéchal a été couronné champion de France pour la première fois. Il s'est imposé dans un sprint en petit comité devant Anthony Turgis et Axel Zingle dimanche à Cholet.

Le maillot reste dans l'équipe Quick-Step, pourtant en sous-nombre, puisque le Nordiste de 28 ans succède à Rémi Cavagna. Troisième membre de la formation belge, Julian Alaphilippe, pour son retour en course, a bouclé les 240 km dans le peloton.

Deux mois après sa chute au bilan sévère (hémopneumothorax et multiples fractures des côtes et d'une omoplate) dans Liège-Bastogne-Liège, le double champion du monde a même aidé Sénéchal à boucher un trou à 10 kilomètres de l'arrivée dans la seule légère difficulté du circuit, la côte de la Séguinière, où Cofidis a lancé le mouvement décisif.

Cavendish et Sagan titrés

En Espagne, c'est le jeune Carlos Rodriguez, 21 ans, qui l'a emporté à Palma de Majorque. Le coureur d'Ineos s'est imposé en solitaire au bout d'un parcours de 186,1 km, avec 51'' d'avance sur Jesus Herrada et Alex Aramburu. L'Andalou de Grenade s'était déjà illustré cette saison en gagnant une étape du Tour du Pays Basque.

Mark Cavendish, 37 ans, est redevenu champion de Grande-Bretagne, alors que Peter Sagan, pour son retour après une courte absence due au covid, a conservé son titre de champion de Slovaquie.

Neuf ans après son titre précédent, Cavendish a disposé au sprint de ses deux derniers compagnons d'échappée (Samuel Watson, Alex Richardson) après avoir maîtrisé, à l'expérience, leurs tentatives de démarrage. Le coureur de l'île de Man, qui détient avec Eddy Merckx le record des victoires d'étape dans le Tour de France (34), a enlevé le 161e succès de sa carrière.

Merlier pour la 2e fois

Tim Merlier a lui été sacré champion de Belgique à Middelkerke en Flandre occidentale. Pour Merlier, qui avait été impliqué dans une chute à 75 kilomètres de l'arrivée en compagnie de Philipsen, Benoot et Theuns, il s'agit déjà d'un deuxième titre de champion de Belgique après celui qu'il avait arraché en 2019.

Au terme d'une course promise aux sprinters, le coureur d'Alpecin-Fenix a remporté sa quatrième victoire de la saison, devançant de justesse Jordi Meeus et son équipier Jasper Philipsen, pointé comme grand favori en l'absence du tenant du titre, Wout Van Aert, blessé au genou.

Robin Froidevaux et Caroline Baur titrés

Image: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Deux surprises lors des championnats de Suisse sur route. Le Vaudois Robin Froidevaux et la Zurichoise Caroline Baur porteront le maillot à croix blanche sur le dos au cours des douze prochains mois.

A Steinmaur, le pistard Froidevaux a fêté un premier titre sur route. Le Vaudois de l'équipe Tudor, qui avait disputé le Tour de Suisse sous le maillot de l'équipe nationale, s'est imposé au sprint devant ses compagnons d'échappée Sébastien Reichenbach et Colin Stüssi. Mauro Schmid, local de l'étape et favori le plus souvent cité, a terminé la course à la quatrième place, juste devant son collègue de club Fabian Lienhard et le vainqueur de l'année précédente Silvan Dillier.

Dans la course des femmes - les catégories Elite et U23 ont pris le départ ensemble - un groupe de neuf coureurs a sprinté après 120 km. Caroline Baur s'est imposée devant Noemi Rüegg et Sina Frei. Noemi Rüegg a du coup remporté le titre de championne M23, attribué pour la première fois, et la médaillée olympique de VTT Sina Frei a gagné l'argent chez les élites, comme il y a quatre ans à Schneisingen.

La tenante du titre Marlen Reusser avait pris le départ après avoir surmonté le covid, mais elle a abandonné la course après le troisième des cinq tours. Pour la vice-championne olympique du contre-la-montre, il s'agit maintenant de recharger les batteries en vue de la deuxième partie de la saison et des grands événements internationaux.

Bagnaia s'impose, Quartararo reste leader malgré son abandon

Image: KEYSTONE/EPA/Vincent Jannink

L'Italien Francesco Bagnaia (Ducati) a facilement remporté le Grand Prix des Pays-Bas, dimanche à Assen, bénéficiant de l'abandon de Fabio Quartararo (Yamaha).

Le Français reste leader du championnat du monde de MotoGP.

L'Italien Marco Bezzechi (Ducati-VR46) et l'Espagnol Maverick Vinales (Aprilia) complètent le podium de ce 11e Grand Prix sur 20, qui a vu Quartararo tomber deux fois et abandonner à mi-course.

Alex Marquez signe chez Ducati-Gresini pour la saison 2023

Alex Marquez a besoin de changement pour se relancer.
Alex Marquez a besoin de changement pour se relancer.Image: KEYSTONE/EPA EFE/ROMAN RIOS

Le pilote espagnol de 26 ans Alex Marquez va quitter Honda-LCR pour rejoindre les rangs de Ducati-Gresini en 2023, a annoncé dimanche l'écurie italienne de MotoGP.

Le frère de la star de la discipline Marc Marquez (Honda) rejoindra chez Gresini le pilote italien Fabio Di Giannantonio, qui garde son guidon.

"Il était crucial pour moi de changer afin de retrouver le même type de motivation que j'avais lorsque j'ai rejoint cette catégorie" en 2020, a déclaré l'Espagnol dans un communiqué.

Champion du monde en catégories inférieures Moto3 (2014) et Moto2 (2019), Alex Marquez n'a jamais confirmé depuis son arrivée en MotoGP, finissant 14e puis 16e mondial. Il est cette année, à mi-saison, 18e.

Enea Bastianini, qui a gagné à 24 ans ses trois premiers Grands Prix cette saison avec Ducati-Gresini, va donc quitter l'écurie satellite de Ducati.

L'Italien, révélation de cette première moitié de saison avec ses victoires au Qatar, aux Etats-Unis et en France, "pilotera une Ducati d'usine à partir de l'année prochaine", écrit Gresini dans son communiqué.

Reste à savoir si cela sera dans l'écurie d'usine Ducati ou dans l'autre structure satellite Ducati-Pramac.

Si la logique est respectée, il devrait être "promu" chez Ducati-Pramac. Le jeu de chaises musicales pourrait alors envoyer l'Espagnol Jorge Martin, actuellement chez Pramac, vers l'écurie d'usine Ducati.

Quant au Français Johann Zarco, il devrait rester chez Ducati-Pramac.

"Mais s'ils (Ducati) ont une hésitation entre un Italien et un Espagnol, ils peuvent choisir entre les deux et prendre un Français!", avait plaisanté jeudi Zarco en conférence de presse.

Ducati est en quête d'un pilote pour accompagner l'an prochain Francesco Bagnaia et remplacer l'Australien Jack Miller, qui rejoint KTM.

Une troisième médaille pour Camille Balanche

Image: KEYSTONE/MAXIME SCHMID

Camille Balanche traverse bien la plus belle période de sa carrière. La Neuchâteloise a cueilli l'argent de la descente lors des Championnats d'Europe de Maribor.

Camille Balanche n'a été battue que par la Slovène Monika Hrastnik, irrésistible sur ses terres. Déjà victorieuse à deux reprises cette saison sur le front de la Coupe du monde, la Neuchâteloise de 32 ans a enlevé sa troisième médaille dans des Championnats d'Europe après l'or en 2019 et le bronze en 2018.

Un nouveau record du monde pour Sydney McLaughlin

Image: KEYSTONE/AP/Chris Pietsch

Championne olympique en titre, Sydney McLaughlin a amélioré son record de monde du 400 m haies lors des trials d'Eugene. L'Américaine a signé un chrono de 51''41.

Elle a abaissé de 0''05 le temps qu'elle avait réalisé l'an dernier lors de la finale des Jeux de Tokyo. "Chaque fois que je viens ici, je sens que quelque chose d'incroyable va se produire, explique l'Américaine qui avait pour la première fois battu ce record du monde l'an passé à Eugene. Je vais encore travailler certains aspects de ma course pour essayer de l'améliorer."

Cette performance de taille a clôturé une journée durant laquelle la grande Allyson Felix, 21 ans après sa première participation, a livré sa dernière course dans ses championnats nationaux. Elle a échoué à décrocher un sésame pour les Mondiaux sur 400 m, terminant à la sixième place (51''24) d'une finale dominée par Talitha Diggs (50''22).

Habisreutinger et Seifert couronnés champions de Suisse

Image: KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

Lilli Habisreutinger est devenue championne de Suisse du concours général. La Thurgovienne a remporté l'or à l'occasion des Championnats de Suisse à Montreux.

L'Argovien Noe Seifert est couronné chez les hommes.

Troisième l'an dernier derrière Giulia Steingruber, Lilli Habisreutinger (Turnfabrik Frauenfeld) faisait clairement partie des favorites pour le titre. Avec un total de 48,550, elle s'est imposée devant Lena Bickel (48,200/SFG Morbio Inferiore) et Stefanie Siegenthaler (47,350/Kutu Hinwil). Son prochain objectif sera un bon classement lors des Championnats d'Europe à Munich.

Comme Habisreutinger chez les dames, Noe Seifert a pu se réjouir de son premier titre au concours général chez les messieurs. L'Argovien faisait, lui aussi, partie des favoris. "Le concours ne s'est pas déroulé de manière optimale. Pourtant, je suis très satisfait du résultat", soulignait Seifert. Ce titre avait une grande signification pour le membre du Satus ORO. Il avait déjà remporté des médailles par ci et par là, mais ce titre au concours général lui manquait. Il s'est imposé avec un total de 81,766 points.

McIntosh remporte un duel d'adolescentes

Image: KEYSTONE/AP/Petr David Josek

Au terme d'un duel d'adolescentes, la Canadienne Summer McIntosh, 15 ans, a devancé l'Américaine Katie Grimes, 16 ans, pour devenir championne du monde du 400 m 4 nages au dernier jour de compétition.

Summer McIntosh repart de Budapest avec deux titres mondiaux, après celui remporté en 200 m papillon mercredi.

"Katie est une top compétitrice, j'aime vraiment nager contre elle comme on est dans la même classe d'âge", a réagi la Canadienne, qui aura 16 ans en août.

"Je me fixe mes propres objectifs, et en général ce ne sont pas des objectifs de classement, mais cela concerne plutôt la manière dont je veux exécuter ma course, et je pense les avoir remplis", a ajouté la timide Canadienne.

Outre McIntosh et Grimes, plusieurs ados se sont révélés cette semaine à Budapest. Le Roumain David Popovici, auteur à seulement 17 ans du doublé 100-200 m nage libre, a été la tête d'affiche de cette nouvelle génération, aux côtés de l'Italienne Benedetta Pilato, 17 ans comme lui et sacrée en 100 m brasse, ou l'Australienne Mollie O'Callaghan, nouvelle reine du 100 m nage libre.

Sarah Sjöström n'avait que 15 ans quand elle a décroché son premier titre mondial en 2010. Douze ans plus tard, elle clôt également ces Mondiaux avec deux médailles d'or.

La Suédoise a été sacrée championne du monde du 50 m nage libre samedi au lendemain de sa victoire en finale du 50 m papillon.

Elle compte désormais vingt médailles mondiales, à deux unités du record de l'Américaine Katie Ledecky.

"C'est peut-être ma mentalité et aussi beaucoup de travail, mais surtout j'aime ce que je fais", a-t-elle déclaré pour expliquer sa longévité.

À Budapest, elle a également remporté l'argent du 100 m nage libre.

"C'est superbe, à chaque fois que je touche le mur devant, ça représente tant pour moi. Qu'est-ce que je peux dire, trois médailles, c'est génial", a-t-elle réagi.

Pour les dernières courses en bassin de la semaine, la Duna Arena a failli voir un quatrième record du monde lorsque l'Italien Gregorio Paltrinieri, 27 ans, a remporté le titre du 1500 m nage libre.

"C'était incroyable"

En avance sur les temps du record du monde au dernier virage, il a craqué dans les derniers mètres pour finalement réaliser la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps sur la distance (14 min 32.80). Seul le controversé Chinois Sun Yang a fait mieux (14 min 31.50).

"C'était incroyable, j'ai fait un 800 m décevant l'autre jour, donc je voulais me prouver à moi-même que j'étais encore capable de faire quelque chose de bien", a expliqué l'Italien.

"Je savais qu'ils étaient en train de revenir, mais j'avais une avance assez grande. C'était ma stratégie en fait, de partir vite et essayer de prendre beaucoup d'avance", a-t-il poursuivi.

La Lituanienne Ruta Meilutyte a, elle, décroché sa première médaille d'or mondiale depuis 2013 en s'imposant en finale du 50 m brasse, devant Benedetta Pilato et la Sud-Africaine Lara van Niekerk.

Meilutyte n'avait pas remporté de médaille dans une compétition majeure depuis 2015.

"C'est sympa d'être championne du monde", a-t-elle souri.

En fin de soirée, alors que la cérémonie du podium du 50 m dos masculin avait déjà eu lieu, un nouveau podium a été organisé pour remettre la médaille d'or à l'Américain Justin Ress, qui avait été initialement disqualifié.

Djokovic inflexible sur la vaccination covid

Novak Djokovic devra sans doute se contenter de deux tournois du Grand Chelem cette saison.
Novak Djokovic devra sans doute se contenter de deux tournois du Grand Chelem cette saison.Image: KEYSTONE/EPA/MARTIN DIVISEK

Novak Djokovic est resté inflexible sur son refus du vaccin contre le covid même si cette position éthique qui lui a déjà fait manquer l'Open d'Australie devait l'empêcher aussi de jouer l'US Open.

Les autorités américaines maintiennent à ce jour l'obligation vaccinale pour entrer sur le territoire des États-Unis et quand on lui a demandé, en conférence de presse avant Wimbledon, s'il demeurait fermé à la vaccination, le Serbe a répondu laconiquement et fermement: "Oui".

Vous restez fermé à cette idée ?, a insisté le journaliste. "Oui", a confirmé Djokovic pour qui Wimbledon pourrait donc être le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison.

"À ce jour, compte tenu des circonstances, je ne suis pas autorisé à entrer aux États-Unis. C'est une motivation supplémentaire pour bien jouer ici (à Wimbledon)", a relevé le Serbe qui vise un septième titre sur le gazon londonien.

"J'aimerais aller aux États-Unis, mais pour le moment ça n'est pas possible. Il n'y a pas grand-chose que je puisse faire. Cela dépend vraiment du gouvernement américain d'accepter ou non de laisser entrer sur le territoire une personne non vaccinée", a-t-il insisté.

Grande perte de points

N'étant pas vacciné, il a été expulsé d'Australie en janvier juste avant le début du premier Majeur de l'année où il visait un dixième sacre, puis il a été battu en quarts de finale à Roland-Garros où il défendait son titre, et Wimbledon ne lui rapportera aucun point au classement car l'ATP a décidé de ne pas en distribuer au Majeur britannique en raison de son refus de laisser jouer les Russes et les Bélarusses en représailles à la guerre en Ukraine.

Si bien que pour Djokovic, qui a échoué en 2021 en finale à New York dans sa quête du Grand Chelem après avoir remporté l'Open d'Australie, Roland-Garros et Wimbledon, la saison 2022 va coûter cher en points ATP et places au classement.

Djokovic, actuellement no 3 mondial, a remporté trois fois l'US Open (2011, 2015 et 2018) et compte à ce jour 20 titres du Grand Chelem, comme Roger Federer, mais à deux longueurs de Rafael Nadal qui a remporté coup sur coup cette année l'Open d'Australie et Roland-Garros.

Tsitsipas remporte son premier titre sur gazon à Majorque

Image: KEYSTONE/AP/Tom Weller

Le Grec Stefanos Tsitsipas a élargi son registre en s'offrant son premier titre sur gazon, au tournoi de Majorque face à l'Espagnol Roberto Bautista, samedi à deux jours du coup d'envoi de Wimbledon.

Le 6e mondial est venu à bout en trois sets 6-4 3-6 7-6 (7/2) et 2 h 31 min de jeu de son adversaire, 20e au classement ATP.

Tsitsipas a signé sa 40e victoire de la saison, plus qu'aucun autre joueur du circuit, et compte désormais neuf titres à son palmarès, dont maintenant deux cette année après le Masters 1000 de Monte-Carlo.

Après un premier set facilement remporté, le Grec de 23 ans n'a rien pu faire dans la deuxième manche face à Bautista qui a égalisé à un set partout.

Dans la manche décisive, l'Espagnol a d'abord pris l'avantage en breakant Tsitsipas pour mener 5-3, mais le Grec est revenu immédiatement à sa hauteur et a dominé le tie-break pour signer sa troisième victoire en autant de duels avec Bautista.

"Il semblerait que mes matches sur gazon durent plus longtemps que ceux que je joue sur terre battue", a-t-il fait remarquer après sa victoire.

"C'était un match incroyable, une bataille fantastique (...) Pour le tennis, c'est génial d'offrir des matches d'un tel niveau", a-t-il insisté.

Après son échec en 8e de finale de Roland Garros où il avait été éliminé par le Danois Holger Rune, Tsitsipas s'est rassuré avant d'aborder Wimbledon où son meilleur résultat est un 8e de finale (2018) et où il avait été éliminé dès son entrée en lice l'an dernier.

Il est sans doute à l'abri d'une telle mésaventure cette année: son premier adversaire sera le Zurichois Alexander Ritschard, issu des qualifications et 192e mondial. Mais l'horizon du Grec, qui sera 4e au classement ATP lundi, pourrait vite s'obscurcir: en quarts de finale, il pourrait rencontrer l'Italien Matteo Berrettini (11e), impressionnant cette saison sur gazon avec des titres à Stuttgart et au Queen's.

Gareth Bale sur le point de s'engager avec le Los Angeles FC

Image: KEYSTONE/AP/Peter Dejong

L'attaquant international gallois Gareth Bale, en fin de contrat au Real Madrid va s'engager avec le Los Angeles FC, évoluant en Championnat nord-américain (MLS), rapportent samedi divers médias.

Le joueur de 32 ans, lié au club madrilène jusqu'au 30 juin, devrait s'engager pour un an avec le club californien leader de la conférence Ouest, où vient de débarquer le défenseur italien Giorgio Chiellini, qui a signé jusqu'à la fin de la saison 2023.

Selon ESPN notamment, il devrait parapher un contrat incluant une année supplémentaire en option.

Les deux joueurs pourraient faire leurs débuts après l'ouverture officielle du mercato estival le 7 juillet. Le lendemain, aura lieu "el trafico", le derby face au Galaxy du Mexicain Javier "Chicharito" Hernandez.

L'arrivée de Bale en MLS, et celle de Chiellini, viennent redorer les contours d'un championnat déserté par les stars en fin de carrière, ces dernières années. Ils suivent les traces d'autres grands joueurs ayant rejoint les États-Unis, comme David Beckham et Zlatan Ibrahimovic (revenu depuis en Serie A), qui avaient eux choisi le LA Galaxy rival, Wayne Rooney (DC United), Andrea Pirlo (New York City FC) ou Xherdan Shaqiri (Miami).

Après neuf saisons où il a connu le meilleur et le pire au Real Madrid, alternant exploits individuels dans des grands matches et longues périodes de creux passées sur le banc, avec notamment trois titres de champion d'Espagne au bout, Bale était pourtant pressenti pour retourner dans sa ville natale de Cardiff, qui évolue en Championship (D2) britannique.

Un retour à Tottenham, où il a évolué entre 2007 et 2013, puis en prêt lors de la saison 2020-2021, avait également été évoqué, pour celui qui a joué un rôle capital dans la qualification de son pays pour le prochain Mondial au Qatar.

[NON TEXTÉ] Des supporters du FC Sion saccagent les toilettes du stade du Wankdorf

Plus d'articles sur le sport

Stan Wawrinka, roi de France et petit sujet en Suisse

Link zum Artikel

La marque On prépare une nouvelle chaussure pour les records sur route

Link zum Artikel

«Xherdan Shaqiri a commis une erreur et aurait dû s'excuser»

Link zum Artikel

Christian Constantin en a-t-il marre du FC Sion?

Link zum Artikel

Lucien Favre est annoncé à Nice avec des pouvoirs étendus

Link zum Artikel

Des clubs suisses utilisent le chômage pour s'offrir de bons joueurs

Link zum Artikel

Grondés et injuriés, les coachs deviennent des souffre-douleur

Link zum Artikel

Un footballeur suisse devient la risée du web à cause de son tatouage

Link zum Artikel

Le «fote» vaudois nous offre un nouveau moment d'anthologie

Link zum Artikel

Steve Kerr, ce coach champion de NBA qui a fait d'un drame une force

Link zum Artikel

Privés de gazon, les pros du tennis galèrent pour préparer Wimbledon

Link zum Artikel

Canicule sur le vélo? «On mettait des glaçons dans des bas pour dames»

Link zum Artikel

La pire équipe de foot en Suisse est romande (et ce n'est pas Lausanne)

Link zum Artikel

Si Djoko parlait comme Nadal, il se ferait laminer

Link zum Artikel

«Balance ton hater», la nouvelle méthode des tennismen harcelés

Link zum Artikel

Slava Bykov et son interview polémique: pourquoi?

Link zum Artikel

Darwin Núñez, de la misère en Uruguay à nouvelle star de Liverpool

Link zum Artikel

Suisse - Portugal, «le pire tifo de l'Histoire»

Link zum Artikel

Le baba cool Vettel est en panne sèche sur les circuits de F1

Link zum Artikel

Xamax mise sur une pelouse innovante pour monter en Super league

Link zum Artikel

«Etre un Spartan, c'est intégrer une armée de guerriers forts et rusés»

Link zum Artikel

Blatter - Platini, ils se marièrent et eurent beaucoup d'emmerdes

Link zum Artikel

Entre Genève et la Nati, 19 ans d'amour mais aussi d'embrouilles

Link zum Artikel

«Avec son nouveau traitement, Nadal a des chances de jouer Wimbledon»

Link zum Artikel

Les marins d'Alinghi musclent autant le cerveau que les bras

Link zum Artikel

Comme Nadal, ces sportifs ont peut-être gagné avant même de jouer

Link zum Artikel

Mathieu Van der Poel devrait renoncer à la saison sur route en 2024

Link zum Artikel

Rafael Nadal: «Je ne peux plus continuer comme ça»

Link zum Artikel

Attaques à la machette, enfants écrasés, l'enfer du Stade de France

Link zum Artikel

De la poigne et plein de copains, voici le nouvel homme fort du PSG

Link zum Artikel

L'amorti, retour de la caresse chez les brutes épaisses

Link zum Artikel

Premier vol légal à l'Everest: «Il était prêt, la montagne aussi»

Link zum Artikel

Le Fribourg Olympic devient-il le Bayern Munich du basketball suisse?

Link zum Artikel

«A 14 ans, Rafael Nadal ne savait ni servir, ni slicer, ni volleyer»

Link zum Artikel

Le vieux cliché «baskets en montagne = gros touriste» n'est plus vrai

Link zum Artikel

Pourquoi le Grand Prix de Monaco risque de disparaître

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une nageuse pro fait un malaise, sa coach plonge pour la sauver
Grosse frayeur aux Mondiaux de Budapest. Une nageuse artistique s'est évanouie dans le bassin et a coulé. Les sauveteurs n'ont pas réagi. Son entraîneuse a eu un réflexe salvateur.

Un drame a été évité de peu, mercredi, aux championnats du monde de natation, à Budapest. Juste après sa prestation en finale du programme solo libre, la nageuse artistique américaine Anita Alvarez s'est évanouie, alors qu'elle était encore dans l'eau. Elle a alors coulé au fond du bassin.

L’article