DE | FR
Image: keystone
Sport en direct

La Slovaquie en quarts +++ La fin pour Tsonga

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
24.05.2022, 20:03
team watson / ats

Les Slovaques en quarts

Image: KEYSTONE/AP/Martin Meissner

La Slovaquie a décroché le dernier billet pour les quarts de finale du Championnat du monde, en s'imposant 7-1 contre le Danemark à Helsinki.

Les Scandinaves de leur côté manquent l'accès aux quarts pour 1 point, eux qui avaient pourtant battu le Canada 3-2 lundi.

La Slovaquie a brillé grâce notamment à Tomas Tatar, coéquipier de Nico Hischier et Jonas Siegenthaler aux New Jersey Devils. Le capitaine a ouvert les vannes au premier tiers en inscrivant les deux premiers buts.

Tsonga met fin à sa carrière sur une défaite au 1er tour

Image: KEYSTONE/EPA

Cette fois, c'est fini pour de bon: Jo-Wilfried Tsonga, ex-no 5 mondial, a été éliminé au 1er tour de Roland-Garros par le Norvégien Casper Ruud (8e mondial), 6-7 (6/8) 7-6 (7/4) 6-2 7-6 (7/0).

A 37 ans, le Français range ses raquettes définitivement, comme annoncé.

Malgré le soutien inconditionnel et bruyant du public, malgré une résistance parfois digne de ses beaux jours, Tsonga - blessé à l'épaule droite en toute fin de partie et en pleurs sur la balle de match- tire sa révérence après 17 ans et demi sur le circuit où il s'est bâti l'un des plus beaux palmarès du tennis français. De son côté, Ruud affrontera le Finlandais Emil Ruusuvuori (61e), vainqueur d'un autre Français, Ugo Humbert (46e).

Jan Hirt gagne la 16e étape en montagne

Image: KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

Le Tchèque Jan Hirt (Intermarché) a remporté la 16e étape du Tour d'Italie, la plus montagneuse de cette édition par son dénivelé, mardi à Aprica.

L'Equatorien Richard Carapaz (Ineos) a gardé le maillot rose de leader à cinq jours du terme de ce Giro mais a vu son avance se réduire à 3 secondes sur l'Australien Jai Hindley.

Carapaz et Hindley sont arrivés ensemble sur la ligne et ont disputé un sprint pour la bonification de 4 secondes qui est revenue à l'Australien.

Hirt a précédé de 7 secondes le Néerlandais Thymen Arensman après les 202 kilomètres de cette étape qui a franchi le Mortirolo.

Le plus beau

Agé de 31 ans, le Tchèque a enlevé son plus grand succès, le cinquième de sa carrière. Il s'était classé deuxième en 2019 de l'étape du Giro qui était passé par le Mortirolo, escaladé par son versant nord.

Hirt a conclu une échappée lancée dès la première des trois grandes ascensions du jour, à quelque 160 kilomètres de l'arrivée.

Le Mortirolo, l'un des cols mythiques du Giro grimpé cette fois par son versant le moins pentu, a seulement écrémé le groupe des favoris. Mais il a condamné des coureurs présents dans l'échappée d'une vingtaine de coureurs (G. Martin, Ciccone, S. Yates et Kelderman notamment) qui n'ont pu rester dans le groupe de tête.

A l'avant, l'Allemand Lennard Kämna a distancé avant la dernière montée ses compagnons (Arensman, Vaverde, Carthy, Hirt) pour aborder le Santa Cristina avec une cinquantaine de secondes d'avance. Mais il a été repris et aussitôt dépassé sur les pentes les plus raides par Arensman et Hirt avant que le Tchèque se dégage dans les deux derniers kilomètres de l'ascension.

Dans le groupe des favoris, l'Espagnol Landa est passé à l'attaque à 10 kilomètres de l'arrivée, suivi aussitôt par Carapaz et Hindley. Le trio a tenté de creuser l'écart sur le Portugais Joao Almeida, qui a lâché finalement 14 secondes.

Nouvelles ascensions

Au classement, Carapaz compte 3 secondes d'avance sur Hindley et 34 secondes sur Almeida. Landa est pointé à 59 secondes alors que l'Italien Vincenzo Nibali a progressé de la 8e à la 5e place, à 3'40 du maillot rose.

Mercredi, la 17e étape relie Ponte di Legno à Lavarone sur 168 kilomètres. Après le passo del Tonale, escaladé à froid, le parcours présente deux ascensions de première catégorie dans les 50 derniers kilomètres, le Vetriolo et le Menador, l'autre nom de Monte Rovere qui est distant de moins de 8 kilomètres de l'arrivée.

Pascal Besnard quitte la présidence de Servette

Image: KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

Pascal Besnard quitte la présidence de Servette, après deux ans et demi à ce poste. Le responsable de la Fondation 1890 Didier Fischer reprendra ses fonctions par intérim à partir du 1er juillet.

"Je ne souhaite pas poursuivre mon activité à la tête du club et ne briguerai donc pas un nouveau mandat au-delà du 30 juin 2022", annonce Pascal Besnard dans un communiqué publié mardi par le club.

L'ancien joueur professionnel ne donne pas les raisons de son départ mais relève que "le Servette FC 1890 SA est aujourd'hui dans une situation qui lui permet de poursuivre ses activités en toute sérénité et avec ambition". Et de poursuivre: "Avec un des plus petits budgets de la ligue, le club a réussi (...) à dépasser les objectifs fixés."

L'équipe a terminé le Championnat de Super League au 6e rang. Dix jeunes de moins de 21 ans ont pu jouer au plus haut niveau ces deux dernières saisons.

Le vice-président Felipe Ortiz-Patino s'en va également. Didier Fischer, patron de la Fondation 1890 qui chapeaute le football, le hockey sur glace et le rugby sous la même bannière, est nommé administrateur du club et reprendra la présidence par intérim. Il était déjà président avant l'arrivée de M. Besnard.

Le secret suisse du deuxième tiers

Image: KEYSTONE/EPA/Mauri Ratilainen

L'équipe de Suisse a battu l'Allemagne 4-3 tab pour signer un septième succès en sept matches. Et une fois de plus, les joueurs de Patrick Fischer ont remporté le tiers médian.

On connaît des équipes qui commencent toujours fort leurs matches. On connaît aussi des formations qui terminent bien leurs rencontres. La Suisse a elle décidé une fois de plus de faire ce qu'elle sait faire de mieux: le compromis. Alors Patrick Fischer et son staff ont mis l'accent sur le deuxième tiers.

"C'est un peu notre secret, analyse le coach national. Je l'appelle la période du momentum. On parle souvent de ça. Je pense que c'est une question de concentration. Parce qu'au début du match, tu es toujours prêt. Pareil dans le troisième tiers où les parties se décident souvent. Au deuxième tiers, beaucoup d'équipes perdent le focus parce que ce n'est ni le début, ni la fin du match en fait. On cherche à utiliser ça et on doit continuer comme ça."

Menés 2-1, les Helvètes ont une fois encore renversé la vapeur lors des vingt minutes intermédiaires: "Aujourd'hui, c'était un match difficile pour nous. On savait que les Allemands avaient envie de gagner pour nous voler la première place. Je pense que le début du premier tiers était bon, mais après nous avons été trop passifs. On a perdu trop de duels et je n'ai pas aimé."

Le Zougois a en revanche nettement plus apprécié les quarante dernières minutes: "On a mis beaucoup de pression lors du deuxième et du troisième tiers et je pense qu'on a mérité notre victoire à la fin. Parce qu'on a eu des occasions. Et on a encore une fois trouvé le chemin pour gagner."

La Suisse connaît déjà son prochain adversaire en quarts de finale. Ce sera les Etats-Unis. Le sélectionneur s'attend-il à une rencontre identique à celle contre le Canada? "Non, ils sont un peu différents. Ils peuvent jouer dur mais je pense que c'est moins structuré que le Canada. Mais c'est évident qu'ils sont forts. On doit bien analyser. Ce qui est certain, c'est que l'on est heureux de jouer jeudi."

Laaksonen passe le premier tour à Paris

Image: KEYSTONE/EPA/MARTIN DIVISEK

Henri Laaksonen (ATP 96) s'est qualifié pour le 2e tour de Roland-Garros. Le Suisse âgé de 30 ans a battu l'Espagnol Pedro Martinez (ATP 43) en quatre sets, 2-6 6-4 6-4 7-6 (7/1).

La partie avait été interrompue la veille au soir à cause de la pluie, alors que le Schaffhousois menait 2-0 au 3e set.

Laaksonen affrontera au 2e tour le Danois Holger Rune (ATP 40), tombeur en trois manches du Canadien Denis Shapovalov, tête de série no 14.

L'Alémanique a des points à défendre puisqu'il avait atteint le 3e tour l'an dernier à Paris, son meilleur résultat à ce jour dans un tournoi de Grand Chelem.

FC Zurich: André Breitenreiter part à Hoffenheim

Image: KEYSTONE/ENNIO LEANZA

André Breitenreiter (48 ans) quitte le FC Zurich après l'avoir amené au titre de champion de Suisse. Le technicien allemand a accepté une offre d'Hoffenheim pour retrouver la Bundesliga.

"Nous regrettons évidemment son départ. Mais d'un autre côté, nous sommes fiers qu'André Breitenreiter puisse aller travailler dans un club de pointe en Bundesliga. Pour nous, il a toujours été clair que son travail couronné de succès au FCZ ne passerait pas inaperçu à l'étranger", a réagi le président Ancillo Canepa.

Légende

Le dirigeant peut parfaitement comprendre le choix de l'entraîneur qui a ramené Zurich au sommet du football suisse. "On ne peut que le féliciter: il est venu, il a vu et il a vaincu. Avec son staff, il a obtenu le statut de légende au FCZ", a conclu le président.

A Hoffenheim, Breitenreiter a reçu un contrat de deux ans. Il succède à son compatriote Sabastian Hoeness. Avant son bref passage en Suisse, Breitenreiter avait dirigé dans son pays notamment Schalke 04, Hanovre 96 et Paderborn.

Julian Alaphilippe espère participer au Tour de France

Image: KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

Julian Alaphilippe a rejoint ses coéquipiers pour un stage d'altitude en Espagne. Le champion du monde espère toujours courir le Tour de France, selon son équipe Quick-Step.

"L'option du Tour de France est toujours ouverte, elle est toujours dans mon esprit", a déclaré le Français. Il avait été gravement blessé dans une chute lors de Liège - Bastogne - Liège le 24 avril, mais a désormais pu remonter sur son vélo de route.

"Mais il est vraiment important que nous ne précipitions rien et que nous continuions à être patients", a ajouté Alaphilippe (29 ans), qui n'a pas décidé de sa course de reprise. Le départ du Tour de France est fixé le 1er juillet à Copenhague.

Dernier examen

Avant de partir dans le sud de l'Espagne, en Sierra Nevada, le champion du monde a passé un dernier examen à Herentals (Belgique) où il a été soigné après sa grave chute du 24 avril. Celle-ci lui a occasionné un hémopneumothorax, une fracture de l'omoplate et deux côtes cassées.

"La bonne nouvelle était que mon poumon était complètement rétabli, ce dont j'étais bien sûr très heureux. Les os cassés étaient toujours douloureux, ce qui est tout à fait normal, car ces blessures prennent plus de temps à récupérer, mais on m'a dit que j'avais le feu vert pour commencer l'entraînement", a expliqué Alaphilippe.

Retrouver la forme

"J'ai passé quelques jours sur les rouleaux, c'était super, mais j'étais vraiment content de pouvoir essayer de passer quelques heures sur la route. Après quelques jours, je n'ai pas eu de mauvaises sensations et il a été décidé que je rejoigne l'équipe pour le camp d'entraînement de Sierra Nevada", a-t-il poursuivi.

"Bien sûr, je ne peux pas encore faire le même travail que tous les gars ici, car j'ai besoin de temps pour m'entraîner et retrouver ma forme et je dois quand même faire attention à ne pas trop pousser mes blessures", a ajouté Alaphilippe. "Nous avons des conditions parfaites pour nous entraîner. Chaque jour, je m'améliore et j'espère continuer comme ça".

Dans le Tour de France, qu'il a terminé à la cinquième place en 2019, le double champion du monde a gagné six étapes depuis 2018 et porté le maillot jaune pendant 18 jours.

Viktorija Golubic sortie d'entrée à Roland-Garros

Image: KEYSTONE/EPA/MARTIN DIVISEK

Viktorija Golubic (WTA 53) a échoué dès le premier tour de Roland-Garros. La Zurichoise a subi la loi de l'Américaine Katie Volynets (WTA 135), victorieuse 6-2 2-6 6-1.

Le match avait été interrompu lundi soir par la pluie au début du deuxième set. A la reprise mardi à la mi-journée, la Suissesse a su réagir pour remporter cette manche et s'embarquer dans un set décisif.

Trop de fautes

Mais elle n'a pas su conserver son niveau de jeu, après une nouvelle brève interruption due à la pluie. Golubic a effectué bien trop de fautes directes (38) dans cette partie, même si elle a aussi livré 20 coups gagnants.

La Zurichoise âgée de 29 ans a aussi été en difficulté sur son deuxième service, ne gagnant qu'un quart des points. Elle n'a pas su masquer sa frustration, jetant même sa raquette après une erreur dans le troisième set.

Mondiaux: la Suisse finit en tête de son groupe

Image: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

La Suisse a fini le tour préliminaire du Championnat du monde à Helsinki en tête de son groupe après son succès 4-3 tab contre l'Allemagne. Elle affrontera les Etats-Unis jeudi en quarts de finale.

Sans aller jusqu'à dire que le résultat final est secondaire, on peut tout de même avancer que l'essentiel était de faire un point contre les Allemands pour être certain de finir en tête du groupe. Mission accomplie et c'est un peu tout ce que l'histoire retiendra de cet Allemagne-Suisse.

Alors oui, avec un peu plus de réussite de Timo Meier (tirs sur les montants aux 38e et 55e), la Suisse aurait pu finir sur un septième succès dans le temps réglementaire et faire aussi bien qu'à Stockholm en 2013. Pas grave.

Ceci dit, les Suisses ont une fois de plus souffert contre les Allemands, même s'ils ont dominé ces derniers 22-13 aux shoots dans les deuxième et troisième tiers. Comme si les fantômes de Pyeongchang 2018 et de Riga l'an passé n'étaient finalement jamais très loin. En triomphant lors des tirs au but avec un excellent Reto Berra, les Helvètes les ont peut-être éloignés un peu de la Finlande.

Un deuxième tiers maîtrisé

Les joueurs de Patrick Fischer ont surtout fait preuve de paresse après l'ouverture du score d'Ambühl à la 2e. Pas franchement secoués par ce but, les Allemands ont attendu leur premier power-play pour répliquer. Les Helvètes ont offert un boulevard à Wissmann et le défenseur ne s'est pas fait prier pour fusiller Reto Berra (12e).

Les hommes de Toni Söderholm ont même pris l'avantage à la 16e en mettant du trafic devant Berra. Le tir de Moritz Seider a trouvé Loibl pour une chanceuse déviation. Mais les Allemands ont su comment faire pour ennuyer Hischier et Cie. Quand les Suisses sont bousculés, ils sont moins efficaces: CQFD.

Mais s'il y a une constante au sein de cette équipe de Suisse, c'est cette capacité à réagir lors du tiers médian. En sept matches, la Suisse en a gagné...sept. Là encore, les Helvètes ont mieux géré ces vingt minutes-là que les vingt premières. Pius Suter a égalisé d'un joli lancer à la 22e. Moins dérangés, les joueurs à croix blanche ont retrouvé un terrain plus propice à leurs qualités.

Laxisme

Et lorsque le premier power-play est tombé à la 38e, le trio Meier-Moser-Malgin a joliment combiné pour donner enfin l'avantage à la sélection nationale. Dommage que la défense ait fait preuve de laxisme sur le 3-3 de Plachta à la 48e en le laissant s'infiltrer bien trop facilement dans le territoire helvétique. A corriger pour jeudi.

Car jeudi, ce sera le quart de finale face à une jeune équipe américaine, quatrième du groupe B. Les Etats-Unis ont perdu deux de leurs six premiers matches face à la Finlande (4-1) et la Tchéquie (1-0), mais ils ont réussi à dominer la Suède 3-2 ap. La Suisse partira favorite, mais les matches à élimination directe ne sont jamais une science exacte.

Bundesliga: Niko Kovac à la barre du VfL Wolfsburg

Niko Kovac retrouve la Bundesliga
Niko Kovac retrouve la BundesligaImage: KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH

Renato Steffen et Kevin Mbabu, internationaux suisses de Wolfsburg, vont avoir un nouvel entraîneur. Niko Kovac (50 ans) a en effet signé un contrat de trois ans avec les Loups.

Kovac a par le passé notamment dirigé Eintracht Francfort, Bayern Munich et l'AS Monaco. Il succède sur le banc à Florian Kohfeldt, remercié au terme de la saison écoulée.

Le technicien croate a remporté la Coupe d'Allemagne avec Francfort en 2018 et le doublé avec le Bayern la saison suivante. Il a eu moins de succès à Monaco, où il a été en poste de juillet 2020 à novembre 2021.

La Suisse avec Bottani et Amdouni

Image: KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

Mattia Bottani est le seul néophyte appelé par Murat Yakin pour les rencontres de la Ligue des Nations que la Suisse disputera le mois prochain. Ce choix était attendu.

"Il suit la ligne que nous tenons. Les performances du moment demeurent notre premier critère", souligne le sélectionneur. Victorieux de la Coupe de Suisse ce printemps, le demi luganais est appelé le jour de ses 31 ans. "Je l'ai vu forcer la décision dans les matches. Il est rapide. Il possède une très grande intelligence de jeu, poursuit Murat Yakin. Le momentum parle pour lui."

Un second néophyte devrait enrichir cette sélection qui comprend 26 joueurs. Murat Yakin a, en effet, annoncé la venue pour les deux derniers matches de Zeki Amdouni. L'attaquant du Lausanne-Sport a décidé de jouer pour la Suisse. "Il avait la possibilité d'évoluer avec la Tunisie, la Turquie et la Suisse. Son choix s'est porté pour la Suisse, se félicite Murat Yakin. Il va livrer deux matches avec l'équipe des M21 contre la Bulgarie et en Moldavie avant de nous rejoindre pour les deux rencontres à Genève."

A la Praille, la Suisse affrontera l'Espagne le 9 juin et le Portugal le 12 juin. Auparavant, elle sera opposée à la République tchèque le 2 juin à Prague et une première fois au Portugal le 5 juin à Lisbonne. Ces quatre rencontres de la Ligue des Nations commandent une obligation des résultats.

"Le premier but est de conserver notre place en 1ère division, annonce Murat Yakin. Mais à mes yeux, il n'y a pas de débat à avoir. Nous irons à Prague pour cueillir les trois points de la victoire. Disputer quatre matches en dix jours face à de tels adversaires représente un beau défi à relever. Il conviendra de bien gérer les temps de jeu des joueurs."

A commencer par celui de Haris Seferovic. Le Lucernois fait son grand retour en sélection après une saison bien compliquée à Benfica en raison d'une succession de blessures et d'une concurrence accrue. Yvon Mvogo, à nouveau titulaire au PSV Eindhoven, a également été rappelé. Le Fribourgeois est l'un des quatre gardiens retenus avec Yann Sommer, Jonas Omlin et Gregor Kobel. Enfin à noter que Denis Zakaria, blessé, et que Christian Fassnacht, jugé encore trop "juste" malgré son retour sur les terrains, ne figurent pas dans la liste de Murat Yakin.

Diamond League: forfait de Jacobs samedi à Eugene

Image: KEYSTONE/EPA/LUCA ZENNARO

Le champion olympique italien du 100 m Marcell Jacobs souffre d'une "élongation de premier degré". Cela l'empêchera de participer au meeting de Diamond League à Eugene samedi.

Dans un communiqué publié après un examen réalisé lundi après-midi à Rome, la fédération italienne ne précise pas quel est le muscle touché. Elle invoque la "prudence" pour justifier ce forfait de son sprinter, qui doit observer "10 jours de repos".

Marcell Jacobs, surprenant champion olympique du 100 m l'été dernier à Tokyo, où il avait également remporté le relais 4x100 m, a subi cette légère blessure lors de sa rentrée sur la ligne droite la semaine dernière en Italie à Savone (10''04).

Il va manquer à Eugene un 100 m cinq étoiles, où sont notamment prévus les autres médaillés olympiques de l'été dernier, l'Américain Fred Kerley (argent) et le Canadien Andre De Grasse (bronze).

Un début de match de rêve pour les Celtics

31 points pour  Jayson Tatum (0) .
31 points pour Jayson Tatum (0) .Image: KEYSTONE/AP/Charles Krupa

Tout reste à faire dans la finale de la Conférence Est ! Victorieux 102-82 de Miami lors de l'acte IV sur son parquet, Boston a égalisé à 2-2 dans cette série.

Les Celtics ont forcé la décision d'entrée de jeu. Emmenés par leur All-Star Jayson Tatum (31 points), ils ont réussi un début de match de rêve pour mener 26-4. Impuissant devant l'intensité défensive adverse, le Heat a raté 15 des 16 premiers tirs qu'il a tentés. La messe était dite à l'issue ce premier quarter remporté 39-18 par Boston.

Miami conserve toutefois l'avantage du terrain avec l'acte V qui aura lieu mercredi en Floride.

Le Lightning toujours aussi irrésistible

Image: KEYSTONE/AP/Chris O'Meara

Double tenant du titre, Tampa Bay disputera sa sixième finale de la Conférence Est en huit ans. Le Lightning a éliminé Florida sur le score sans appel de 4-0.

Devant son public, Tampa Bay a remporté 2-0 l'acte I face à la meilleure équipe de la saison régulière. Auteur de 49 arrêts, Andrei Vasilevskiy a été le grand homme de la soirée. Surnommé "Big Cat", le Russe a cueilli sa 57e victoire en play-off, la sixième de rang. On rappellera que Tampa Bay avait été mené 3-2 par Toronto au tour précédent.

Le Lightning a ouvert le score à la 57e grâce à Pat Maroon avant de signer le 2-0 dans la cage vide par Ondrej Palat à 23'' de la sirène. En finale de la Conférence Est, Tampa Bay retrouvera le vainqueur de la série entre le Carolina de Nino Niederreiter et les New York Rangers.

A l'Ouest, Colorado mène désormais 3-1 devant St. Louis. L'Avalanche s'est imposé 6-3 dans le Missouri pour un succès sans doute capital dans cette série grâce à la verve de Nazem Kadri, l'homme du match avec un triplé et un assist.

[NON TEXTÉ] Des supporters du FC Sion saccagent les toilettes du stade du Wankdorf

Plus d'articles sur le sport

Le vélodrome de Granges est taillé pour les records de l'heure

Link zum Artikel

Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»

Link zum Artikel

«C'est une faute grave de Servette d'avoir aligné Omeragic à Sion»

Link zum Artikel

Voici notre onze idéal en Super League (et il y a deux Servettiens)

Link zum Artikel

Mbappé a-t-il eu raison? L'aimez-vous encore? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»

Link zum Artikel

«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
La Fifa quittera-t-elle la Suisse? Voici ce qu'en dit Infantino
La Fédération internationale de football (Fifa) aurait l'intention de tourner le dos à Zurich. Son président valaisan Gianni Infantino aurait déjà quitté la ville pour le Qatar. Le patron de la Fifa s'est exprimé à ce sujet auprès de CH Media.

Six mois avant la Coupe du monde de football au Qatar, le président de la Fifa Gianni Infantino fait la promotion de cet événement majeur cette semaine au WEF. Côte à côte avec l'émir du Qatar. Ce dernier a affirmé lundi dans son discours que le Qatar était «violemment attaqué» par d'autres pays parce qu'il est un pays musulman et que l'on ne veut pas qu'il accueille un grand tournoi. «Le Qatar est victime de discrimination», a-t-il déclaré. Tamim Bin Hamad Al Thani n'a d'ailleurs pas répondu aux accusations selon lesquelles son émirat violerait les droits de l'homme.

L’article