DE | FR
Le début de saison de Lausanne (ici Cameron Portas) inquiète.
Le début de saison de Lausanne (ici Cameron Portas) inquiète.
Image: KEYSTONE
Sport en direct

LS encore battu +++ Mercedes tout devant

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
29.07.2021, 10:15
team watson / ats

Petrucciani passe en demi-finales sur le tour de piste

Image: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Ricky Petrucciani disputera les demi-finales du 400 m aux JO de Tokyo. Le Tessinois de 21 ans s'est qualifié à la place en terminant au 3e rang de la deuxième série.

Le champion d'Europe M23 a maîtrisé son sujet dimanche matin, réussissant un chrono de 45''64 pour devancer de 0''03 l'Américain Randolph Ross (4e) sous une chaleur de plomb. Auteur d'un chrono de 45''02 cette saison, il devra probablement battre le record de Suisse de Mathias Rusterholz (44''99) lundi en demi-finales pour espérer poursuivre l'aventure.

Le meilleur temps des séries a été l'oeuvre de l'Américain Michael Cherry (44''82), qui a devancé le Botswanais Isaac Wakwala (44''86). Sacré en 2016 à Rio avec le record du monde (43''03), le Sud-Africain Wayde van Niekerk a réalisé le 12e temps (45''25).

Dressel sacré sur 50 m libre devant Manaudou

Image: KEYSTONE/AP/Jae C. Hong

Caeleb Dressel a cueilli dimanche ses quatrième et cinquième titres aux JO de Tokyo.

L'Américain de 24 ans a tout d'abord survolé les débats dans le 50 m libre, s'imposant en 21''07 pour devancer de près d'une demi-seconde son dauphin Florent Manaudou (21''55). Le bronze est revenu au Brésilien Bruno Fratus (21''57).

Auteur la veille d'un record du monde sur 100 m papillon dans une finale où le Tessinois Noè Ponti s'est paré de bronze, Caeleb Dressel a réalisé un nouveau record olympique sur 50 m libre. Il signe ainsi le doublé 50/100 m libre à Tokyo.

Dressel a conclu ces joutes en beauté sur un cinquième sacre, s'imposant sur 4x100 m 4 nages en compagnie de Michael Andrew, Ryan Murphy et Zach Apple. Le quatuor américain a établi un nouveau record du monde (3'26''78), devançant la Grande-Bretagne (3'27''51, record d'Europe) au terme d'une finale somptueuse.

Sept médailles pour McKeon

Emma McKeon a réalisé le même doublé que Caeleb Dressel dimanche. L'Australienne de 27 ans a tout d'abord triomphé sur l'aller simple en s'appropriant également le record olympique (23''81). Elle a devancé la recordwoman du monde Sarah Sjöström (24''07) et la Danoise Pernilla Blume (24''21).

Déjà titrée sur 100 m libre et 4x100 m libre, Emma McKeon a ajouté un quatrième titre à son palmarès lors du 4x200 m libre, remporté en compagnie de Kaylee McKeown, Chelsea Hodges et Cate Campbell. En bronze sur 100 m papillon et au sein des relais 4x200 m libre et 4x100 m 4 nages mixte, elle termine ces Jeux avec sept médailles.

Simone Biles forfait pour la finale du sol

Simone Biles ne concourra pas au sol lundi
Simone Biles ne concourra pas au sol lundi
Image: KEYSTONE/AP/Gregory Bull

La superstar Simone Biles a déclaré forfait pour la finale du sol prévue lundi aux JO de Tokyo, a annoncé la fédération américaine sur son compte Twitter.

Elle avait déjà renoncé aux finales du concours général, du saut et des barres asymétriques.

"Simone se retire de la finale du sol et prendra sa décision pour la poutre (dont la finale se tient mardi) plus tard", a fait savoir USA Gymnastics, alors que l'Américaine a stoppé la compétition pour préserver sa santé mentale et physique depuis le concours général par équipe.

L'épreuve de la poutre constitue la dernière occasion de voir Simone Biles en compétition aux Jeux de Tokyo. Elle avait remporté quatre médailles d'or en 2016 à Rio.

BMX freestyle: Nikita Ducarroz assure une 12e médaille à la Suisse

Image: KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON

Nikita Ducarroz s'est parée de bronze en BMX freestyle, discipline qui fait son apparition dans le programme olympique à Tokyo.

Nikita Ducarroz s'est parée de bronze en BMX freestyle, discipline qui fait son apparition dans le programme olympique à Tokyo. La Genevoise (25 ans le 12 août) assure ainsi une 12e médaille à la Suisse dans ces joutes, la neuvième pour une femme.

Vice-championne du monde à Montpellier il y a deux mois, Nikita Ducarroz s'offre donc un deuxième podium consécutif sur la scène internationale. Elle a parfaitement résisté à la pression dimanche, elle qui avait affirmé viser une médaille à Tokyo.

"C'était mon jour"

"C'était mon jour", a-t-elle lâché. "C'était très spécial de nous retrouver aux JO. C'est incroyable d'apporter une médaille à la Suisse. J'espère que tout le monde a pu voir que nous pratiquons un vrai sport. J'espère aussi que ma médaille aidera à développer la discipline en Suisse", a lâché Nikita Ducarroz.

La Genevoise, qui réside en Caroline du Nord, a tremblé jusqu'au bout avant de savourer ce bronze décroché grâce aux 89,20 points obtenus sur son premier run. Après avoir chuté en deuxième manche et reculé au 3e rang, elle a vu l'Américaine Perris Benagas (4e) échouer à 0,70 point seulement.

"J'ai eu peur. J'étais très tendue en attendant la décision des juges, qui ont pris plus de temps que d'habitude pour donner leur note" après le passage de Perris Benegas, a raconté Nikita Ducarroz, qui a chuté sur son deuxième run à la réception d'un 540. "Il fallait que j'en mette un peu plus en deuxième manche."

Comme elle l'avait annoncé, Nikita Ducarroz a livré un premier run solide, sans prendre de risque inutile, pour pointer au 2e rang provisoire derrière la championne du monde Hannah Roberts. L'impressionnante prestation de Charlotte Worthington (97,50 points) en deuxième manche l'a cependant mise sous pression.

Charlotte Worthington impressionne

"Hannah et Charlotte ont réalisé des runs vraiment bons. Je suis satisfaite de ma 3e place", a assuré Nikita Ducarroz, qui s'est dite impressionnée par la prestation de Charlotte Worthington. "Elle a réussi un 360 flip, une première pour une femme en compétition", a-t-elle précisé.

Le premier titre olympique de l'histoire de la discipline est justement revenu à Charlotte Worthington, qui a pris tous les risques après avoir chuté en première manche. La Britannique de 25 ans, troisième des récents championnats du monde, a devancé de 1,40 point l'Américaine Hannah Roberts.

Petrucciani passe en demi-finales sur le tour de piste

Image: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Ricky Petrucciani disputera les demi-finales du 400 m aux JO de Tokyo. Le Tessinois de 21 ans s'est qualifié à la place en terminant au 3e rang de la deuxième série.

Le champion d'Europe M23 a maîtrisé son sujet samedi matin, réussissant un chrono de 45''64 pour devancer de 0''03 l'Américain Randolph Ross (4e) sous une chaleur de plomb. Auteur d'un chrono de 45''02 cette saison, il devra probablement battre le record de Suisse de Mathias Rusterholz (44''99) lundi en demi-finales pour espérer poursuivre l'aventure.

Le meilleur temps des séries a été l'oeuvre de l'Américain Michael Cherry (44''82), qui a devancé le Botswanais Isaac Wakwala (44''86). Sacré en 2016 à Rio avec le record du monde (43''03), le Sud-Africain Wayde van Niekerk a réalisé le 12e temps (45''25).

BMX freestyle: Nikita Ducarroz assure une 12e médaille à la Suisse

Image: KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON

Nikita Ducarroz s'est parée de bronze en BMX freestyle, discipline qui fait son apparition dans le programme olympique à Tokyo.

La Genevoise, qui aura 25 ans le 12 août, assure ainsi une 12e médaille à la Suisse dans ces joutes. Il s'agit de la neuvième pour une femme.

Vice-championne du monde à Montpellier il y a deux mois, Nikita Ducarroz s'offre donc un deuxième podium consécutif sur la scène internationale. Elle a parfaitement résisté à la pression, elle qui avait affirmé viser une médaille à Tokyo.

La Genevoise, qui réside en Caroline du Nord, a tremblé jusqu'au bout avant de savourer ce bronze décroché grâce aux 89,20 points obtenus sur son premier run dans l'Ariake Sports Park. Après avoir chuté en deuxième manche, elle a vu l'Américaine Perris Benagas échouer à 0,70 point.

Le premier titre olympique de l'histoire de la discipline est revenu à Charlotte Worthington, qui a pourtant chuté sur son premier passage. La Britannique de 25 ans a signé un deuxième run de folie qui lui a valu 97,50 points, soit 1,40 de plus que la championne du monde Hannah Roberts en première manche.

Sifan Hassan va bien tenter un insensé triplé

Image: KEYSTONE/AP/Petr David Josek

Sifan Hassan a confirmé dimanche qu'elle tenterait un incroyable triplé 1500, 5000 et 10'000 m aux JO de Tokyo.

Déjà qualifiée pour la finale du 5000 m (lundi) et certaine de disputer celle du 10'000 m le 7 août, la Néerlandaise de 28 ans s'alignera aussi sur 1500 m.

"Il est important pour moi de suivre mon coeur. Le tenter est plus important que les médailles d'or. Cela entretient ma motivation et me permet d'apprécier encore plus ce sport magnifique", a expliqué Sifan Hassan, citée dans un communiqué de ses représentants, qui se rajoute potentiellement trois courses (série, demie et finale).

Dressel sacré sur 50 m libre devant Manaudou

Image: KEYSTONE/AP/Jae C. Hong

Caeleb Dressel a cueilli samedi un quatrième titre aux JO de Tokyo.

L'Américain de 24 ans a survolé les débats dans le 50 m libre, s'imposant en 21''07 pour devancer de près d'une demi-seconde son dauphin Florent Manaudou (21''55). Le bronze est revenu au Brésilien Bruno Fratus (21''57).

Auteur la veille d'un record du monde sur 100 m papillon dans une finale où le Tessinois Noè Ponti s'est paré de bronze, Caeleb Dressel a réalisé un nouveau record olympique sur 50 m libre, signant ainsi le doublé 50/100 m libre à Tokyo. Il partira en quête d'une cinquième médaille d'or à l'occasion du 4x100 m 4 nages.

L'or sur l'aller simple est revenu à Emma McKeon chez les dames. L'Australienne de 27 ans s'est également approprié le record olympique (23''81) pour réussir elle aussi le doublé 50/100 libre dans ces joutes. Elle a devancé la recordwoman du monde Sarah Sjöström (24''07) et la Danoise Pernilla Blume (24''21).

Super League: YB sèche sous le déluge

Image: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Sous un véritable déluge à Berne, les Young Boys ont paradoxalement séché face à Grasshopper lors de la 2e journée de Super League. Le champion a ainsi été tenu en échec 0-0 par le promu.

Dans une rencontre qui est allée crescendo, avec une phase finale passionnante, les Bernois ont manqué de précision dans leurs frappes et de justesse dans leurs choix de passes. Ils ont aussi trop attendu avant de hausser le rythme dans la dernière demi-heure. Auparavant, leur domination a été trop stérile.

Moreira déterminant

Les visiteurs, bien organisés défensivement, ont réussi une belle performance collective et mérité de ne pas repartir les mains vides. Ils doivent beaucoup à leur gardien Moreira, brillant en fin de rencontre face à Sulejmani (80e) et Rieder (82e).

GC aurait même pu réussir le hold-up parfait sur une frappe du remplaçant Gjorgjev (78e) qui s'écrasait sur la barre du but bernois. Celui-ci était défendu par Faivre, en raison d'une légère blessure de von Ballmoos. Le Neuchâtelois a quasiment été réduit au rôle de spectateur tant son équipe a dominé.

Super League: début de saison inquiétant pour le LS

Boranijasevic inscrit le 3-1 pour Zurich
Boranijasevic inscrit le 3-1 pour Zurich
Image: KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Le Lausanne-Sport suscite l'inquiétude en ce début de saison, avec deux revers en autant de sorties. Samedi, les Vaudois ont été battus 3-1 au Letzigrund par le FC Zurich qui compte déjà six points.

Cette rencontre de la 2e journée de Super League n'a pas connu de round d'observation. En effet, trois buts sont tombés dans le premier quart d'heure, deux pour Zurich signés Ceesay (7e/15e) et un pour les visiteurs par Ouattara (11e).

Les Zurichois ont fait le break peu avant le repos grâce à Boranijasevic (41e), qui a ainsi joué un mauvais tour à son ancien club. Mené, dans les cordes, le LS n'a pas su se rebeller et trouver les moyens de revenir dans la partie.

Vains changements

L'entraîneur Borenovic a eu beau rebattre ses cartes, puisqu'il avait effectué ses cinq changements à une vingtaine de minutes du terme de la partie, rien n'y a fait. C'est même plutôt le FCZ qui aurait pu encore saler l'addition à plusieurs reprises sans quelques parades de Diaw.

Sous pression, le club vaudois jouera déjà gros samedi prochain, toujours au Letzigrund mais cette fois contre le promu Gasshopper. Une nouvelle défaite serait sans doute très mal accueillie dans les sphères dirigeantes...

Un deuxième titre olympique en simple pour la Suisse

Image: KEYSTONE/AP/Seth Wenig

Le tennis suisse compte dans ses rangs un deuxième Champion olympique en simple. Vingt-neuf après Marc Rosset à Barcelone, Belinda Bencic est allée au bout de son rêve.

A Tokyo, la Saint-Galloise, douzième joueuse mondiale, s'est imposée 7-5 2-6 6-3 devant Marketa Vondrousova (WTA 42). Elle a témoigné, une nouvelle fois lors de ce tournoi olympique, d'une très grande force de caractère pour l'emporter.

"Je n'arrive pas à y croire. Je ne sais pas comment c'est possible. J'ai pensé aujourd'hui que je n'avais plus les moyens d'y arriver. Mais je me suis battue avec tout ce que je pouvais mettre dans la bagarre", a-elle lâché au micro de SRF.

Bencic savoure

"En ce moment, j'ai l'impression d'être en état de choc, tout se passe si vite. Il me faudra du temps pour réaliser", a-t-elle poursuivi. "Je savoure ce titre d'une manière incroyable. C'est probablement la plus grande chose que je pourrai réaliser dans ma carrière. Et personne ne peut m'enlever ça."

Belinda Bencic aura ce dimanche la possibilité de cueillir une deuxième médaille d'or lors de la finale du double qu'elle disputera avec Viktorija Golubic contre Barbora Krejcikova et Katerina Siniakova. Seules Serena et Venus Williams ont réussi un tel doublé dans le cadre des Jeux olympiques.

Premier grand titre

A 24 ans, Belinda Bencic remporte un premier grand titre pour justifier les promesses entretenues lors de ses premiers pas dans les rangs professionnels en 2014. Demi-finaliste de l'US Open en 2019 où elle avait échoué sur le fil face à la future gagnante Bianca Andreescu, la Saint-Galloise a touché le Graal à Tokyo où toutes les planètes étaient alignées.

Ses succès sur le Championne de Roland-Garros Barbora Krejcikova, sur Anastasia Pavlyichenkova et sur Elena Rybakina lui ont insufflé une énorme confiance avant cette finale. Et l'intime conviction, renforcée par la balle de match sauvée en huitième de finale du double, qu'une rencontre n'est jamais perdue quel que soit son scénario.

Un dernier jeu irrespirable

Ainsi face à Marketa Vondrousova, finaliste de Roland-Garros en 2019 et dont le seul titre sur le Circuit fut acquis à... Bienne en 2017, Belinda Bencic a concédé le break d'entrée dans la troisième manche. Elle fut, heureusement, capable de réagir immédiatement pour ne pas laisser la Tchèque s'envoler au score. A 3-3, elle écartait une balle de break cruciale.

Après un temps mort demandé pour soigner une cloque au pied droit, elle pouvait ravir "blanc" le service de Marketa Vondrousova avant de conclure un jeu irrespirable sur sa deuxième balle de match après avoir écarté trois balles de break. Comme Marc Rosset sur la terre battue de Barcelone en 1992, Belinda Bencic pouvait tomber au sol pour savourer son bonheur.

La médaille de bronze est revenue à Elina Svitolina. L'Ukrainienne s'est imposée 1-6 7-6 (8/6) 6-4 devant Elena Rybakina après avoir été pourtant menée 4-1 au troisième set.

Un deuxième titre olympique en simple pour la Suisse

Image: KEYSTONE/AP/Patrick Semansky

Le tennis suisse compte dans ses rangs un deuxième Champion olympique en simple. Vingt-neuf après Marc Rosset à Barcelone, Belinda Bencic est allée au bout de son rêve.

A Tokyo, la Saint-Galloise, douzième joueuse mondiale, s'est imposée 7-5 2-6 6-3 devant Marketa Vondrousova (WTA 42). Elle a témoigné, une nouvelle fois lors de ce tournoi olympique, d'une très grande force de caractère pour l'emporter.

Belinda Bencic aura ce dimanche la possibilité de cueillir une deuxième médaille d'or lors de la finale du double qu'elle disputera avec Viktorija Golubic contre Barbora Krejcikova et Katerina Siniakova. Seules Serena et Venus Williams ont réussi un tel doublé dans le cadre des Jeux olympiques.

Premier grand titre

A 24 ans, Belinda Bencic remporte un premier grand titre pour justifier les promesses entretenues lors de ses premiers pas dans les rangs professionnels en 2014. Demi-finaliste de l'US Open en 2019 où elle avait échoué sur le fil face à la future gagnante Bianca Andreescu, la Saint-Galloise a touché le Graal à Tokyo où toutes les planètes étaient alignées.

Ses succès sur le Championne de Roland-Garros Barbora Krejcikova, sur Anastasia Pavlyichenkova et sur Elena Rybakina lui ont insufflé une énorme confiance avant cette finale. Et l'intime conviction, renforcée par la balle de match sauvée en huitième de finale du double, qu'une rencontre n'est jamais perdue quel que soit son scénario.

Un dernier jeu irrespirable

Ainsi face à Marketa Vondrousova, finaliste de Roland-Garros en 2019 et dont le seul titre sur le Circuit fut acquis à... Bienne en 2017, Belinda Bencic a concédé le break d'entrée dans la troisième manche. Elle fut, heureusement, capable de réagir immédiatement pour ne pas laisser la Tchèque s'envoler au score. A 3-3, elle écartait une balle de break cruciale.

Après un temps mort demandé pour soigner une cloque au pied droit, elle pouvait ravir "blanc" le service de Marketa Vondrousova avant de conclure un jeu irrespirable sur sa deuxième balle de match après avoir écarté trois balles de break. Comme Marc Rosset sur la terre battue de Barcelone en 1992, Belinda Bencic pouvait tomber au sol pour savourer son bonheur.

La médaille de bronze est revenue à Elina Svitolina. L'Ukrainienne s'est imposée 1-6 7-6 (8/6) 6-4 devant Elena Rybakina après avoir été pourtant menée 4-1 au troisième set.

Du jamais-vu depuis 1952, grâce aux femmes

Image: KEYSTONE/EPA/RUNGROJ YONGRIT

La Suisse, qui a passé la barre symbolique des 200 médailles dans des Jeux olympiques d'été, effectue une moisson historique à Tokyo.

Avec déjà 11 médailles assurées, les attentes de Swiss Olympic sont largement dépassées, essentiellement grâce aux femmes.

Les médailles conquises samedi matin par Noè Ponti (bronze sur 100 m papillon) et Nina Christen (or à la carabine aux trois positions) permettent à la délégation suisse de dépasser la dizaine pour la première fois depuis 1952. À Helsinki, la Suisse avait célébré 14 podiums, son cinquième meilleur total dans des Jeux d’été.

190 épreuves de plus qu'en 1952

Depuis, la moisson la plus prolifique a été réalisée à Sydney en 2000 (1 or, 6 argent, 2 bronze), où un certain Roger Federer aurait pu permettre à la Suisse d'obtenir 10 médailles s’il n'avait pas flanché dans le match pour le bronze face au Français Arnaud Di Pasquale. Pour rappel, les Helvètes étaient rentrés de Rio en 2016 avec sept breloques dans leurs bagages.

Mais comparaison n’est pas toujours raison. A Helsinki, il n’y avait ainsi que 149 titres en jeu, et seuls quelque 6500 athlètes issus de 69 nations étaient engagés. À Sydney, ils étaient déjà environ 11’000 participants de quelque 200 pays, des chiffres proches de ceux de Tokyo. Mais au Japon, ce ne sont pas moins de 339 épreuves qui figurent au menu, contre 300 il y a 21 ans.

"Girl Power"

Mais si cette razzia démontre une vérité, c’est la force du sport féminin suisse. Les femmes ont remporté 8 des 11 médailles à Tokyo (dont les trois en or!), après avoir obtenu plus de la moitié des podiums à Rio (4/7). À Londres en 2012, elles avaient empoché une médaille sur quatre, à Pékin en 2008 une sur sept (sans compter Christina Liebherr, en bronze avec l'équipe de saut d’obstacles).

Les doublés de la tenniswoman Belinda Bencic (or en simple conquis samedi, or ou argent en double au côté de Viktorija Golubic) et de la tireuse Nina Christen (également en bronze à la carabine à 10 m) ont marqué les esprits. Tout comme la double présence historique d'Ajla Del Ponte (5e) et de Mujinga Kambundji (6e) en finale du 100 m, discipline-reine du sport no 1 des JO d'été, et le triplé des vététistes Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand.

Et ce n'est par ailleurs peut-être pas terminé. Nikita Ducarroz, en BMX freestyle, les relayeuses du relais 4x100 m ou les beachvolleyeuses rêvent de surfer la vague du "Girl Power" helvétique. Et ces messieurs n'ont pas non plus tiré toutes leurs cartouches, avec notamment l'entrée en lice des cavaliers de saut d'obstacles la semaine prochaine.

Un deuxième titre olympique en simple pour la Suisse

Image: KEYSTONE/AP/Patrick Semansky

Le tennis suisse compte dans ses rangs un deuxième Champion olympique en simple. Vingt-neuf après Marc Rosset à Barcelone, Belinda Bencic est allée au bout de son rêve.

A Tokyo, la Saint-Galloise, douzième joueuse mondiale, s'est imposée 7-5 2-6 6-3 devant Marketa Vondrousova (WTA 42). Elle a témoigné, une nouvelle fois lors de ce tournoi olympique, d'une très grande force de caractère pour l'emporter. Elle aura ce dimanche la possibilité de cueillir une deuxième médaille d'or lors de la finale du double qu'elle disputera avec Viktorija Golubic contre Barbora Krejcikova et Katerina Siniakova. Seules Serena et Venus Williams ont réussi un tel doublé dans le cadre des Jeux olympiques.

A 24 ans, Belinda Bencic remporte un premier grand titre pour justifier les promesses entretenues lors de ses premiers pas dans les rangs professionnels en 2014. Demi-finaliste de l'US Open en 2019 où elle avait échoué sur le fil face à la future gagnante Bianca Andreescu, la Saint-Galloise a touché le Graal à Tokyo où toutes les planètes étaient alignées. Ses succès sur le Championne de Roland-Garros Barbora Krejcikova, sur Anastasia Pavlyichenkova et sur Elena Rybakina lui ont insufflé une énorme confiance avant cette finale. Et l'intime conviction, renforcée par la balle de match sauvée en huitième de finale du double, qu'une rencontre n'est jamais perdue quel que soit son scénario.

Un dernier jeu irrespirable

Ainsi face à Marketa Vondrousova, finaliste de Roland-Garros en 2019 et dont le seul titre sur le Circuit fut acquis à... Bienne en 2017, Belinda Bencic a concédé le break d'entrée dans la troisième manche. Elle fut, heureusement, capable de réagir immédiatement pour ne pas laisser la Tchèque s'envoler au score. A 3-3, elle écartait une balle de break cruciale. Après un temps mort demandé pour soigner une cloque au pied droit, elle pouvait ravir "blanc" le service de Marketa Vondrousova avant de conclure un jeu irrespirable sur sa deuxième balle de match après avoir écarté trois balles de break. Comme Marc Rosset sur la terre battue de Barcelone en 1992, Belinda Bencic pouvait tomber au sol pour savourer son bonheur.

La médaille de bronze est revenue à Elina Svitolina. L'Ukrainienne s'est imposée 1-6 7-6 (8/6) 6-4 devant Elena Rybakina après avoir été pourtant menée 4-1 au troisième set.

GP de Hongrie: Mercedes monopolise la première ligne

Image: KEYSTONE/EPA/Zoltan Balogh

Les Mercedes, en regain de forme, ont monopolisé la première ligne du Grand Prix de Hongrie. Lewis Hamilton a signé la 101e pole position de sa carrière avec 0''315 d'avance sur Valtteri Bottas.

Les deux pilotes seront les seuls parmi le top 10 à prendre le départ chaussés des pneus medium. Les Red Bull-Honda de Max Verstappen, devancé de 0''421, et Sergio Perez s'élanceront derrière en deuxième ligne, mais avec les gommes tendres. Une intense bataille stratégique s'annonce sur le tourniquet hongrois.

Il vise un 100e succès

C'est la huitième fois qu'Hamilton décroche la pole sur le circuit de Myogorod. Le septuple champion du monde espère s'imposer en course pour la neuvième reprise en Hongrie pour ce qui serait la 100e victoire de sa carrière.

Derrière les top teams, Pierre Gasly (AlphaTauri-Honda) et Lando Norris (McLaren-Mercedes) ont été les meilleurs du reste du plateau. Ils joueront les outsiders dimanche.

Objectif atteint

Les deux Alfa Romeo-Ferrari ont réussi à se hisser en Q2, ce qui était leur objectif, mais elles n'ont pas pu ensuite aller en Q3. Kimi Raikkonen s'élancera en 13e position, juste devant Antonio Giovinazzi et Carlos Sainz. L'Espagnol a été victime d'une grosse sortie de route en Q2 et n'a pas pu signer de temps.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En direct

Manifestations à Genève, Lucerne et en France contre les mesures Covid

Lire l’article
Link zum Artikel