DE | FR
Bild

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Les coureurs utilisent tous les moyens à la limite de la légalité pour gratter quelques secondes sur leurs adversaires. Florilège des tendances à la mode, alors que les courses reprennent.

Julien Caloz
Julien Caloz



Le bidon-collé

La théorie: la manoeuvre consiste à garder sa main collée au bidon (le jargon cycliste pour désigner la gourde) tendu par le directeur sportif lors d'un ravitaillement. Le coureur bénéficie ainsi de quelques secondes de répit durant lesquelles il est tracté par la voiture. Les organisateurs tolèrent cette «béquille temporaire» quand il s'agit d'un cycliste récupérant des boissons en faveur de ses coéquipiers. Dans d'autres situations, et si le contact est prolongé, ils peuvent y déceler une aide illicite et sanctionner. Primoz Roglic avait écopé d'une amende de 200 francs suisses pour remorquage illicite lors du Giro 2019.

La pratique:

Les «retours dans le coffre»

L'idée consiste à revenir sur un groupe de coureurs ou un peloton en bénéficiant de l'aspiration d'une voiture. L'action est répréhensible (on appelle ça un «abri derrière un véhicule») mais comme souvent en cyclisme, il y a la règle et l'esprit de la règle. Les commissaires de course peuvent se montrer compréhensifs dans le cas où un coureur aurait été victime d'une chute ou d'un incident mécanique.

«On a tous déjà ralenti la file des directeurs sportifs pour permettre à un coureur de rentrer»

Serge Beucherie, ex-cycliste et dirigeant

Le ravito malin

Les coureurs n'ont pas le droit d'être ravitaillés dans les 20 derniers kilomètres sous peine de sanction sévère. Or ils ressentent parfois le besoin de reprendre des forces pour avoir la socquette plus légère, comme ils disent. Leur manière de contourner le règlement consister à demander à un coéquipier déjà largué au classement général de se sacrifier pour eux et de leur transmettre ensuite ⚠️ discrètement ⚠️ la boisson ou la barre énergisante.

On insiste sur la discrétion car elle est essentielle à la réussite du procédé. En 2013 sur la Grande Boucle, Richie Porte avait ravitaillé Chris Froome en sucre dans la montée vers l'Alpe d'Huez. Les commissaires de course avait surpris le manège de la formation Sky et sanctionné les deux hommes de 20 secondes de pénalité, à la stupéfaction de Froomey: «Les règles sont les règles et j’accepte la sanction mais c’est Richie Porte qui va à la voiture et qui me ravitaille ensuite. Ça devrait être pris en considération.»

Lors du dernier Tour, Julian Alaphilippe s'était mis tout seul dans l'illégalité en récupérant un bidon à 17km de la ligne. Il avait perdu 20 secondes et le maillot jaune dans l'aventure.

abspielen

Vidéo: YouTube/RMC

La crevaison opportune

À l'époque, on appelait ça «faire la crevaison», souffle un dirigeant, qui raconte: «Chaque coureur présent dans le dernier kilomètre de l'étape et victime d'un incident mécanique ou d'une chute était classé dans le même temps que le vainqueur. Or si le mec sentait qu'il allait se faire distancer sur la fin, il s'arrêtait et dégonflait son pneu. J’ai vu des commissaires prendre la pompe pour voir si le pneu était bel et bien crevé!»

La règle a depuis évolué, les moeurs aussi. Les coureurs sont désormais «protégés» lors des trois derniers kilomètres mais dans un environnement où chaque geste est filmé puis décrypté, et au prix des vélos, aucun ne s'amuserait à saboter lui-même son matériel.

Les raccourcis

Il arrive parfois, surtout lors des classiques pavées, que certains champions empruntent les trottoirs pour une progression plus fluide, en d'autres termes moins traumatisante pour le corps et la machine. La pratique est en principe interdite car elle met en danger les spectateurs, mais les fautifs ne sont pas toujours démasqués.

Plus d'articles sur le sport

Ils ont été si bons que les fans adverses ont fini par les ovationner

Link zum Artikel

Dominic Stricker, êtes-vous le prochain Roger Federer?

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Obsédés par le but, les attaquants en deviennent égoïstes et hargneux

Link zum Artikel

Keylor Navas est-il le meilleur gardien du monde?

Link zum Artikel

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Link zum Artikel

Ces habitudes que le coureur de Sierre-Zinal se réjouit de reprendre

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel

Vers un «surplus» de joueurs étrangers en Swiss League?

Link zum Artikel

Le top 6 des frasques de Lara Gut-Behrami

Link zum Artikel

Le Canadien de Montréal a toujours déchaîné les passions

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Les cambriolages, fléau du football français

Link zum Artikel

On pourra rejouer au foot pour de vrai... mais avec un masque

Link zum Artikel

Fayot, salaud ou intello, quel type d’entraîneur pour le FC Sion?

Link zum Artikel

L'argent s'apprête à couler dans la vallée du Rhône

Link zum Artikel

Les gens cool pourront bientôt surfer à Sion beach

Link zum Artikel

Les présidents de club sont toujours plus jeunes

Link zum Artikel

Mathématiquement, Federer est relégué. Mais qui aime les maths?

Link zum Artikel

Pour jouer au foot, ces Romands bravent la police et le Covid

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

Alexis Pinturault, l'enfant qui n'avait pas le droit d'être deuxième

Le Français, vainqueur du premier gros globe de sa carrière samedi, a grandi dans une famille aisée de Courchevel. Craignant d'en faire un douillet, voire un loser, son père l'a élevé à la dure. Des proches témoignent.

553 km exactement séparent Lenzerheide, où se disputent cette semaine les finales de la Coupe du monde, de Courchevel, où Alexis Pinturault a vécu toute sa jeunesse. Ce n'est pas beaucoup mais pour le Français, c'est un monde. Dans le premier, il est un skieur affirmé et talentueux, vainqueur du premier grand globe de sa carrière; dans le second, il est un petit garçon timide, en apprentissage sous l'autorité d'un père intransigeant. C'est à l'enfant que ce portrait est consacré.

À Courchevel, …

Lire l’article
Link zum Artikel