Sport
Tennis

US Open 2023: le bruit casse les oreilles mais aussi les pieds

US Open 2023: le bruit casse les oreilles mais aussi les pieds
Les appels répétés des arbitres de l'US Open 2023 pour faire cesser ce vacarme paraissent presque aussi dissuasifs que les pistolets à eau face aux incendies de forêtkeystone

A l'US Open, le bruit casse les oreilles mais aussi les pieds

Pour traverser l'US Open sereinement, les joueurs doivent vaincre un adversaire robuste et puissant: le boucan. Début ce lundi.
28.08.2023, 06:1428.08.2023, 09:02
Plus de «Sport»

Les avions au décollage, les groupes de musique dans les allées, les annonces au micro, les sirènes, les bavardages, les insultes. A l'US Open, le bruit court du matin au soir, sans arrêt, jusqu'à en perdre haleine - à commencer par l'haleine fétide des friteuses. Comme si ce n'était pas assez, les écrans géants supplient: «Make some noise!»

Les appels répétés des arbitres pour faire cesser ce vacarme paraissent presque aussi dissuasifs que les pistolets à eau face aux incendies de forêt. Solidement installé depuis des siècles, le bruit est ici chez lui. Chacun y contribue à sa façon, plus ou moins civilisée, sans relâche ni repos. Les gens font même du bruit en mangeant.

epa10822358 The crowd attempts to catch a large tennis ball thrown into the audience during Arthur Ashe Kids' Day at Arthur Ashe Stadium in the USTA National Tennis Center in Flushing Meadows, Ne ...
Ambiance de giron de jeunesse.Image: EPA

Particulièrement sensible à la moindre agitation, Richard Gasquet a beaucoup pâtit de ce chahut: «Il y a un bruit incroyable sur les courts. La musique est à dix mètres de toi, c'est du n'importe quoi», geignait-il en 2015. Puisque les oreilles intelligentes se protègent, certain(e)s ont pris l'habitude d'entrer sur le court avec un casque, illusion d'une bulle que la première pique d'un spectateur viendra percer.

Car c'est une autre coutume locale: l'insulte. Pas n'importe laquelle: l'insulte franche et jubilatoire. Même Nick Kyrgios, qui n'a jamais eu l'âme d'un poète, en a pris ombrage: «Ici, ça dépasse tout. Je ne réussis pas vraiment à faire abstraction des saletés qu'on me balance à la figure», confessait-il en 2018. Son compatriote Bernard Tomic est intervenu plus énergiquement auprès d'un quincagénaire amer qui s'en prenait à sa virilité: «Je vais mettre mes couilles dans ta bouche et te donner de l'argent pour que tu te sentes mieux!»

Le tennis requiert du silence et, même si le silence est le plus sûr moyen d'être dérangé par le bruit, tout public est censé le respecter. Mais c'est New York, la ville qui ne dort jamais. Comme le chante si bien Sinatra: «Je veux me réveiller (...) et m'apercevoir que je suis le roi de la montagne (...). Si je peux réussir ici, je le pourrai partout ailleurs.»

Alors de nombreux joueurs en font toute une montagne, justement. Ils s'effarouchent de sa grandeur et son exubérance, avant de vaincre leur timidité ou leurs préjugés, parfois les deux (Stan Wawrinka), pour s'en éprendre follement. Même Andre Agassi, pourtant originaire de Las Vegas, eu du mal à s'y faire: «Les premières années, je n'ai pris aucun plaisir à jouer ici. Pour aimer le tournoi, il faut comprendre la ville et sa mentalité, un certain art de vivre.»

epa10821962 The crowd watches a practice session between Daniil Medvedev of Russia and Novak Djokovic of Serbia during Arthur Ashe Kids' Day at Arthur Ashe Stadium in the USTA National Tennis Cen ...
Le plus grand stade de tennis du monde est aussi le plus bruyant.Image: EPA

C'est le seul tournoi où il est possible de tomber le tee-shirt dans les tribunes, de s'embrasser goulument sous les ovations de la foule, de brailler et musarder en toute impunité. C'est le seul tournoi du Grand Chelem dont les stades majestueux diffusent de la musique à plein tube pendant les pauses sans se soucier du voisinage, notamment les bas courts adjacents. Son central, le court Arthur Ashe, est un chaudron aux murs écarlates où s'échauffent 23 000 spectateurs les soirs de plein - pour ne pas dire complètement bourré.

Certains spectateurs renversent de la bière sur le court, d'autres y déversent leur fiel - ça picole et ça rigole. Comme portés par une nouvelle norme acoustique, joueurs et joueuses semblent redoubler de couinements. On râle et on beugle dans tous les coins, avant de s'offusquer d’une mâchoire qui claque ou d'une dent qui grince.

epa10822344 Children cool off near the mist fans during Arthur Ashe Kids' Day at Arthur Ashe Stadium in the USTA National Tennis Center in Flushing Meadows, New York, USA, 26 August 2023. The US  ...
Et pendant ce temps, dans les allées...Image: EPA

La proximité avec l'aéroport de LaGuardia n'est évidemment pas étrangère à tout ce boucan. Le tournoi a obtenu que les avions au décollage fassent une petite boucle et ne viennent plus raser ses stades; Flushing Meadows n'en reste pas moins coincé entre un grand couloir aérien et deux bretelles d'autoroutes à six voies.

Avec une quarantaine de courts au total, il est aussi l'un des complexes sportifs les plus vastes au monde. Il trône dans un parc de 460 hectares, théâtre des expos universelles de 1939 et 1964, où de nombreuses communautés (essentiellement latinos) viennent jouer au soccer le week-end. A l'extrémité: le Shea Stadium, antre immense des NY Mets, le célèbre club de baseball.

Mais avant d'arriver en territoire conquis, les protagonistes de l'US Open commencent par affronter les embouteillages de Manhattan, à une vingtaine de kilomètres du site. Ils se faufilent sous un tunnel, fendent le Queens et ses faubourgs bordéliques, avant de sinuer entre les voitures de police posées comme des plots. Le périple peut durer de 30 à 140 minutes, selon le trafic et l'heure. Et puis là, le bruit se remet à courir... Les haut-parleurs parlent très haut, les cris volent. Sans oublier le vent qui fait valser les papiers gras et les effluves d'oignon frit. Sans oublier les vigiles qui tonnent et la clim qui ronronne.

Un joueur qui veut gagner l'US Open n'a plus qu'une chose à faire: frapper comme un sourd.

Le superbe revers de Stan Wawrinka
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet homme a un rôle très particulier dans le staff de l'Angleterre à l'Euro
Les Three Lions, qui affrontent la Serbie dimanche à 21h00 pour leur entrée en lice, bénéficieront d'un soutien insolite pendant le tournoi.

Gourous, coiffeurs ou même anciens arbitres: les équipes de foot n'ont jamais manqué d'imagination pour intégrer dans leur staff des personnages particuliers, histoire de mettre leurs joueurs dans les meilleures dispositions possibles.

L’article