DE | FR
Novak Djokovic et son fils Stefan partagent la même passion.
Novak Djokovic et son fils Stefan partagent la même passion. image: twitter

Djokovic: «Mon fils m'inspire quand il joue au tennis»

Après son sacre à Rome dimanche, le Serbe a avoué que voir son fils Stefan (7 ans) taper dans la balle lui permet de garder le plaisir de jouer, souvent absent dans les carrières pros.
16.05.2022, 06:0516.05.2022, 06:17
Suivez-moi

En battant en finale Stefanos Tsitsipas à Rome dimanche (6-0 7-6), Novak Djokovic s'est adjugé son 87e titre sur le circuit ATP. Au même moment, son fils Stefan, 7 ans, décrochait son premier trophée dans un tournoi junior en Serbie.

La même concentration que le papa sur les coups droits.
La même concentration que le papa sur les coups droits. image; keystone

Forcément, pour progresser en tennis, on ne peut pas rêver mieux comme source d'inspiration qu'un papa numéro 1 mondial. Mais ça marche aussi dans le sens inverse, à en croire les propos de Novak Djokovic en conférence de presse, après son sacre: voir son fiston raquette en mains lui permet de garder sa spontanéité et son plaisir de pratiquer ce sport, en évitant la lassitude qu'entraîne parfois la vie de tennisman pro.

«J'essaie de prendre cette énergie, cette énergie enfantine, et d'alimenter mon enfant intérieur, car j'ai tendance à l'oublier. Tout est si sérieux. C'est notre profession. C'est notre travail. On doit être ceci. On doit être cela. On doit être discipliné. Parfois, on prend la vie trop au sérieux. Les enfants (réd: il en a deux, une fille et un garçon) me rappellent cette connexion, cette énergie pure.»
Novak Djokovic

De l'énergie, Stefan Djokovic semble en avoir. Au point de répéter ses gammes jusque tard dans la soirée:

«Hier soir (réd: samedi), quand je lui ai parlé, il était debout jusqu'à tard. Il me montrait des coups droits et des revers, comment il allait se déplacer le lendemain»
Novak Djokovic

Novak Djokovic jure qu'il n'a «jamais forcé son fils à faire du tennis» et que c'est «son propre désir d'aller sur le court».

A l'image du fils de Leonardo Bonucci (footballeur de la Juventus), supporter du grand rival de la «Juve», le Torino, Stefan Djokovic est fan de... Rafael Nadal. C'est le «Djoker» qui l'a révélé dans une interview en février dernier. Sur le web, on peut même trouver des vidéos où son fiston frappe des coups droits «lasso», la marque de fabrique de l'Espagnol.

Voir son fils sur les courts semble effectivement faire du bien au Serbe, qui a fait le plein de confiance avant Roland Garros (22 mai au 5 juin). Il a remporté son premier titre cette saison, qui avait commencé de manière chaotique pour lui avec la saga de Melbourne. Elle avait abouti à son expulsion d'Australie, qui l'avait empêché de viser un 10e titre à Melbourne.

Novak Djokovic, qui s'alignera à Paris pour un 21e sacre en Grand Chelem (il égalerait le record de Rafael Nadal), est en tout cas très serein:

«C'est le type parfait de préparation et d'approche avant Roland-Garros. Oui, je ne pouvais vraiment pas rêver mieux. Je vais à Paris avec la confiance et de bonnes sensations quant à mes chances»
Novak Djokovic

26 abominables plats préparés par des criminels culinaires

1 / 29
26 abominables plats préparés par des criminels culinaires
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Faire du catch féminin en Suisse romande? C'est possible!

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai le Covid mais Wimbledon préfère garder le silence sur mon infection»
Trois infections au Covid-19 ont déjà marqué le tournoi masculin de tennis. Notre journaliste sur place a lui aussi été contaminé. Mais personne ne semble s'en soucier. Il raconte.

Le Covid-19 m'a eu. Et assez violemment: frissons, douleurs dans les membres et la tête, vertiges, 40 degrés de fièvre. Pendant trois jours, mon corps était en crise. J'ai pourtant 35 ans, je suis sportif, j'ai été vacciné trois fois. Je n'ose pas imaginer les dégâts que le virus aurait pu causer si j'avais eu un système immunitaire moins résistant. Me voici désormais coincé dans une petite chambre à Londres, à espérer que mon état s'améliore.

L’article