DE | FR
Image: EPA AAP

«Je ne pensais pas rejouer une finale et je ferai tout pour la gagner»

L'Espagnol tentera dimanche de remporter un 21e titre du Grand Chelem, du jamais vu dans l'Histoire. Vendredi, il a battu Matteo Berretini avec un plan de jeu monomaniaque et montré qu'il était en pleine confiance.
28.01.2022, 07:4128.01.2022, 13:43
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Arrivé en Australie sans aucune attente, après plusieurs mois sans compétition, Rafael Nadal a encore surpris son monde, à commencer peut-être par lui-même: il disputera dimanche la finale de l'Open d'Australie et tentera d'y décrocher son 21e titre du Grand Chelem, un niveau jamais atteint dans l'Histoire.

La chasse au record

Ce trophée ferait de lui, intrinsèquement, voire factuellement, le plus grand joueur de tous les temps. Nadal deviendrait encore le deuxième joueur à inscrire deux fois son nom au palmarès de chaque Grand Chelem, un exploit réussi jusque là par le seul Djokovic.

«Je ne pense pas à tous ces records. Ma seule obsession, aujourd'hui, c'est de remporter l'Open d'Australie»
Rafael Nadal au micro du stade

Pas jaloux de ses voisins

Nadal a répété à quel point sa démarche restait ancrée dans l'instant présent, une vision qu'il porte depuis vingt ans et dont il a fait une règle absolue, sinon une philosophie de vie:

«Comme je l’ai dit des milliers de fois, je continue juste à avancer. Je prends du plaisir à jouer et à progresser. Je n'ai pas toujours eu de la chance dans ma carrière, avec de nombreuses et graves blessures. Donc je savoure d'autant plus chaque instant. Honnêtement, du fond de mon cœur, si je continue à jouer, c’est uniquement parce que j’aime ce sport. Profondément. Ce qui peut se passer après, pour tout vous dire, je m'en fiche un peu.»

«Mon bonheur dans la vie ne dépend pas du nombre de victoires en Grand Chelem, ni de savoir si Federer et Djokovic en auront plus que moi.  On ne peut pas passer sa vie à épier et envier ses voisins»

Cette finale sera la 29e que Nadal dispute en Grand Chelem. Il devra vaincre une vieille malédiction: depuis son sacre en 2009, il a perdu quatre finales à Melbourne, deux contre Novak Djokovic, une contre Stan Wawrinka et une contre Roger Federer. A 35 ans et 241 jours, il est le cinquième finaliste le plus âgé du tournoi.

«Je ne pensais pas obtenir encore une chance de jouer une finale. C'est totalement inattendu après tout ce que j'ai vécu ces derniers mois»
Rafael Nadal

En pleine confiance

Vendredi, sous le toit fermé de la Rod Laver Arena, Nadal a eu besoin de quatre sets pour venir à bout de l'Italien Matteo Berrettini (6-3 6-2 3-6 6-3). Il connaîtra son prochain adversaire dans quelques heures, après la demi-finale entre Daniil Medvedev et Stefanos Tsistsipas.

Face à Berrettini, Nadal a suivi à la lettre un plan de jeu monomaniaque, assez classique chez lui: harceler le revers adverse. Ce choix s'est avéré payant au-delà de ses espérances: il a survolé les deux premiers sets. Mais il a calé au troisième avec «un mauvais jeu de service à 4-3», de son propre aveu, qui a permis à son adversaire de revenir à la vie. «Ce n'est pas grave parce que sur un court, j'ai besoin de souffrir, de me battre», a-t-il commenté à chaud.

«Il y avait longtemps que je n'avais pas joué comme ça. Ces sensations m'ont manqué. Mais honnêtement, je n'en reviens pas. Même pour mes proches, c'est difficile à croire et à expliquer»

Rafael Nadal a su admirablement serrer sa garde dans le quatrième set. Il a exploité trois fautes en coup droit de Matteo Berrettini pour signer, à son tour, le break au huitième jeu. Il n'a pas semblé douter, à aucun moment. Et en général, ce sont des signes qui ne trompent pas: Nadal a accumulé beaucoup de confiance et arrive au bout du chemin avec un bel élan.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Shaqiri est le joueur le mieux payé de MLS, et de loin
Après Lyon, le Bâlois a signé un autre contrat juteux à Chicago, où il perçoit le salaire le plus élevé de toute la Major League Soccer.

Sur un plan purement sportif, le transfert de Xherdan Shaqiri à Chicago est (déjà, encore) une déception. L'équipe occupe les dernières places de la Conférence Est et n'a obtenu que deux victoires en onze matchs – pour huit malheureux buts inscrits.

L’article