DE | FR
Bild

Image: keystone

Tokyo 2020

Nina Christen est née avec une carabine sur l'épaule

Issue d'une longue lignée de tireurs, la championne de 27 ans a déjà remporté deux médailles de Tokyo. Portait d'une Nidwaldienne pure laine, qui s'entraîne au son du hard rock.



Dès le premier jour des JO, Nina Christen (27 ans) s'est adjugée le bronze au tir à la carabine à 50 mètres. Elle a rempilé samedi en devenant championne olympique de la carabine trois positions. Grâce à son talent, son sang-froid et sa famille. Et grâce aussi à des méthodes d'entraînement particulières, où la musique est la bienvenue (ou pas).

Championne d'Europe

Avant de collectionner les médailles à Tokyo, Nina Christen n'était pas une inconnue dans le monde du tir. Multiple championne de Suisse, elle est devenue championne d'Europe en 2019 à Bologne, à la carabine trois positions à 50 mètres.

Cette même année, elle a terminé à la deuxième place des Jeux européens à Minsk et a gagné sa première épreuve de Coupe du monde à New Dehli.

Aux JO de Rio en 2016, elle avait pris le sixième rang du match aux trois positions.

Entraînement titanesque...

Depuis le 1er octobre 2016, elle vit et s'entraîne au centre national de performance à Macolin (BE), où elle jouit d'un statut de soldate à 50%. Lorsqu'une section tir a été ouverte dans le célèbre complexe sportif. Nina Christen a obtenu l'une des trois places réservées aux meilleurs.

La Nidwaldienne s'y entraîne tous les jours du lundi au vendredi. Au programme: tir, entraînement mental, musculation et endurance. Un travail varié et nécessaire d'environ quatre heures par jour.

«Pour faire mouche 60 ou 120 fois, je dois tenir la carabine de six kilos immobile, prendre en compte le vent pour viser très légèrement à droite ou à gauche, ce qui n'est pas toujours facile car c'est une position peu habituelle pour le corps»

Nina Christen, Luzerner Zeitung, en 2019

... avec du AC/DC

Comme si tous ces efforts n'étaient pas suffisants, l'entraîneur de Nina Christen en rajoute une couche: pour tester la concentration de sa protégée, il met parfois du AC/DC à coin pendant qu'elle tire.

Bild

Nidwaldienne jusqu'au bout des ongles

Nina Christen est née et a grandi à Wolfenschiessen, dans le canton de Nidwald, auquel elle est restée très attachée. Toute sa famille pratique le tir.

En 2017, le Schweizer Illustrierte l'avait accompagnée lors d'une randonnée. Nina Christen devait présenter sa région pour un article de l'hebdomadaire alémanique. Pendant cette virée en montagne, elle arborait le drapeau nidwaldien sur ses habits. Et même sur ses ongles, peints aux couleurs du canton de Suisse centrale.

Frayeurs à l'aéroport

Même si la vie de sportif de haut niveau fait souvent rêver avec ses voyages à travers le monde, elle n'est pas toujours facile. Elle offre aussi son lot d'adrénaline et de mauvaises rencontres.

Nina Christen l'a expérimenté après une compétition en Inde. A l'aéroport, les douaniers, troublés en examinant son matériel de tir, l'ont retenue pendant de longues minutes. Elle a failli rater son avion, qu'elle a finalement réussi à rejoindre après le dernier appel. Mais en vraie soldate, Nina Christen a appris à garder son calme:

«Là, il faut être capable de réagir rapidement et avoir une solution prête. Comme au stand de tir»

Nina Christen

Objectif Paris 2024

Avant les Jeux de Tokyo, Nina Christen a affirmé qu'elle souhaitait participer aussi aux prochains JO à Paris en 2024. Avec, idéalement, une nouvelle moisson olympique.

Nina Christen of Switzerland poses with her bronze medal before a virtual press conference after the women's shooting 10m air rifle finals at the 2020 Tokyo Summer Olympics in Tokyo, Japan, on Saturday, July 24, 2021. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Image: KEYSTONE

La Nidwaldienne ne sait pas encore ce qu'elle fera après sa carrière. Une chose semble sûre: elle ne reprendra pas ses études de biologie à Berne, qu'elle avait entamées juste avant de rejoindre Macolin et de tout consacrer au tir. Plus envie de biologie. Pas assez d'adrénaline.

Bio express de Nina Christen

Née le 7 février 1994 à Wolfenschiessen (NW).
Tire ses premières cartouches à l'âge de 11 ans.
Dispute ses premières compétitions en tir en 2011.
En 2016, elle termine 6e du match aux trois positions aux JO de Rio.
En 2019, elle devient championne d'Europe à Bologne.
En 2021 à Tokyo, elle remporte une médaille de bronze.

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Tokyo 2020

L'athlète biélorusse Krystsina Tsimanouskaya a quitté Tokyo

La sprinteuse Krystsina Tsimanouskaya, qui craignait d'être rapatriée de force en Biélorussie, a décollé du Japon mercredi pour l'Autriche. Elle devrait rejoindre la Pologne, qui lui a accordé un visa humanitaire.

La sprinteuse biélorusse Krystsina Tsimanouskaya, en conflit avec les autorités sportives de son pays, a quitté mercredi l'aéroport de Tokyo-Narita pour Vienne.

Il s'agit très probablement d'une escale avant de rejoindre la Pologne, qui lui a accordé un visa humanitaire.

Il était initialement supposé que l'athlète de 24 ans prenne mercredi un vol direct Tokyo-Varsovie opéré par la compagnie polonaise LOT. Mais elle a changé d'itinéraire à la dernière minute, embarquant dans un avion de la …

Lire l’article
Link zum Artikel