DE | FR
Image: sda
Tokyo 2020

Tokyo 2020: une cérémonie d'ouverture pas si pire!

Ça aurait dû être la cérémonie la plus triste de l’histoire, mais finalement les Japonais s’en sont plutôt bien sortis. On revient sur cette ouverture des jeux avec nos moments préférés. (Spoiler: c'était les drones!)
23.07.2021, 18:2823.07.2021, 22:05
Suivez-moi

Alourdis d'une série de scandales avant même d’avoir commencés, les Jeux Olympiques débutent dans une ambiance pas très sereine: à l'extérieur, un groupe manifeste contre l’organisation des JO, à l'intérieur, c’est le calme absolu. Pour une raison simple: c'est la première fois que les jeux se déroulent à huis clos.

En 2016, Rio avait rassemblé plus de 11 000 personnes. Mais ça, c'était avant la pandémie. Aujourd’hui à Tokyo, seulement 1 000 personnes étaient présentes dans cet énorme stade, privé de ses (quand même) 68 000 spectateurs et spectatrices. Bon, alors, cette cérémonie d'ouverture?

Les feux d'artifices

Cette cérémonie ressemble finalement assez aux cérémonies précédentes: on commence par des feux d’artifices, un savoir-faire complètement japonais selon Georges Baumgartner, journaliste spécialiste du Japon et commentateur cette année pour la RTS.

Il nous apprend qu’au Japon, les feux servent à «chasser les mauvais esprits». Des mauvais esprits? «Le Covid-19 cette année». Le ton est donné.

Image: sda

Des danseurs partout

Un groupe de danseurs contemporains entre en scène. Ils utilisent des élastiques pour exprimer le travail du corps et du cœur: ces élastiques représentent les nerfs, les muscles, ainsi que le réseau complexe de nos émotions. Ça rappelle un peu l’artiste japonaise Shiota Chiharu et son exposition «The Soul Trembles». C’est beau et poétique.

Image: sda

Ensuite, ça se complique un peu pour l'instant solennel: il ne faut pas oublier que c’est un stade vide. Les porteurs de drapeaux saluent donc... le vide. Un gros moment de doute ce hissé de drapeau: on comprend que c’est important, mais en même temps, c’est un peu lent. Pas au bon moment?

Heureusement que Georges Baumgartner est là pour nous rappeler que c’est un acte très symbolique, parce qu’il va être hissé par les Forces japonaises d'autodéfense. C'est la première fois que le gouvernement leur offre une telle visibilité.

Le drapeau est hissé en même temps que l'artiste Misia chante l’hymne japonais. Une performance douce, mais plutôt spectaculaire.

Image: sda

La minute de silence, le moment pas drôle

Juste quand on commence à se détendre et apprécier le spectacle, on se prend une claque, un retour à la réalité: une minute de silence pour tous les disparus du Covid, ainsi que pour les membres de la délégation israélienne tués lors des JO de Munich de 1972.

Mais on enchaîne très vite avec des claquettes. Et ça, on valide. Ce tableau met en valeur le travail du bois avec, encore une fois, l'ami George de la RTS, qui nous précise que les meilleurs menuisiers se trouvent au Japon. D’ailleurs, le bois utilisé lors de la cérémonie vient d’arbres plantés lors des JO de Tokyo en 1964.

Image: sda

Les jeux vidéo, bande originale de la cérémonie

Il n’y a qu’au pays qui a vu naître Nintendo que c’est possible ! Les athlètes font leur entrée sur des musiques de jeux vidéo japonais célèbres, et les internautes n’en reviennent pas:

D'ailleurs, pour les connaisseurs, les titres sont empruntés à la saga Final Fantasy (« le thème principal » et« la Fanfare de victoire » de Nobuo Uematsu), de «Chrono Trigger» (le thème de Frog et le thème de «Robo» de Yasunori Mitsuda), de «Kingdom Hearts» (Hero’s Fanfare et Olympus Coliseum de Yoko Shimomura) ou de «Monster Hunter» (Wind of Departure de Marika Suzuki et Proof of hero Kouda Masato), d'après Le Monde.

Les drones, c'est la classe!

Un des moments les plus dingues: quand 1 824 drones ont formé une planète terre au-dessus du stade. Tout ça, sur la chanson «Imagine» des Beatles. On n'a rien vu de plus classe.

Une devise mythique

La devise de ces Jeux : «plus vite, plus haut, plus fort, ensemble» ! Sur les réseaux, c'est tout de suite devenu un clin d'oeil aux Daft Punk:

Des pictogrammes humains!

Ils ont surpris tout le monde: les pictogrammes humains de ces JO étaient complètement fou. Une mode lancée pendant les premiers Jeux au Japon, à Sapporo.

Naomi Osaka allume la flamme olympique

Et cerise sur la gâteau, c’est la tenniswoman Naomi Osaka herself qui a allumé la flamme olympique.

Image: sda

Le Japon

1 / 78
Le Japon
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

«Titane? On s'en fout, on est tous venus pour Kaamelott»

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
L'effrayant vol plané de Laplante en pleine Coupe du monde de freestyle
Lors de la Coupe du monde de ski freestyle à Font-Romeu, en France, l'Américain Cody Laplante a fait une chute spectaculaire sur son deuxième saut du slopestyle.

Cody LaPlante aurait pu se faire très mal. L'Amércain de 19 ans participait à l'épreuve du slopestyle lors de la Coupe du monde de ski freestyle à Font-Romeu, dans les Pyrénées françaises.

L’article