DE | FR
Bild

Intérieur d'une cellule de la future prison des Grands-Marais. image: dr

On sait à quoi ressemble la prison idéale en Suisse

Le canton de Berne annonce vouloir construire un nouveau centre carcéral. De leur côté, les Vaudois auront une prison toute neuve, en 2026, dans la plaine de l'Orbe. Intégralement pensée pour offrir les meilleures chances de réinsertion. Voici les qualités d'une bonne prison.



Cherche terrain pour nouvelle prison. On croirait lire une annonce sur immobilier.ch. Le canton de Berne est en quête d’un site offrant les «qualité requises pour la construction d’une infrastructure pénitentiaire», a-t-on appris la semaine dernière. Prêles dans le Jura bernois, Witzwil dans le Seeland, tiennent la corde.

Le mage Mario Botta

Oui, en Suisse, on construit encore des prisons. Pourquoi en irait-il différemment qu’ailleurs? Dernière réalisation en date, le centre de détention Tignez à Cazis, dans les Grisons, ouvert en janvier 2020. De son côté, le canton de Vaud a réservé dix hectares dans son arrière-pays urbigène pour y bâtir son prochain pénitencier. Les Grands-Marais, c’est son nom peu engageant. Spongieux comme les tourbières de la plaine de l’Orbe. Une région déjà bien dotée en quartiers cellulaires et qui accueillera ce nouvel ensemble dédié à la privation de la liberté en même temps qu’à la réinsertion, les deux axes de la détention.

Bild

Plan de la prison des Grands-Marais. image: dr

On peut parler de la prison avec émotion. C’est le cas d’Emmanuel Ventura. Avant de faire son choix, il a visité quantité de maisons d’arrêt en Suisse et à l’étranger. Et consulté le mage Mario Botta, l’architecte des lieux de recueillement, le Suisse mondialement célèbre. «C’est un humaniste. On a œuvré ensemble», se félicite l’architecte en chef du canton de Vaud.

«Il m’a dit: pour cette prison, vous avez le choix entre une cathédrale de la peine et un habitat intermédiaire dans la vie des hommes. Nous avons choisi de construire un habitat intermédiaire dans la vie des hommes»

Emmanuel Ventura parlant de Mario Botta

«Pas de barreaux aux fenêtres, pas de murs en béton, pas de lit fixé au sol, mais une cellule comme une chambre d’étudiant Ikea, avec des murs blancs, une table de travail et des étagères», détaille Emmanuel Ventura. «Nous avons fait le pari d’un grillage à la place d’un mur d’enceinte», ajoute-t-il. Bon pour la vue. Celle qu’auront les détenus depuis leur cellule ouvrira elle sur le lointain et pas sur un mur.

«Nous avons voulu une architecture à dimension humaine. Les Grands-Marais ressembleront à des immeubles locatifs, construits sur trois niveaux. Le tout sera composé de six quartiers cellulaires, chacun d’eux comprenant trente-six cellules. Ces dernières donneront sur un patio intérieur végétalisé, ouvert sur le ciel», explique notre interlocuteur. «Pas de béton, mais du bois. On a osé des constructions en bois», insiste-t-il.

Bild

Patio dans la prison des Grands-Marais. image: dr

Bild

Terrain de sport. image: dr

Bild

Extérieurs végétalisés des Grands-Marais. image: dr

Bild

Intérieur des Grands-Marais. image: dr

Les Grands-Marais devraient être inaugurés en 2026. La structure est prévue pour 216 prisonniers dans un premier temps, mais à terme, moyennant des agrandissements, il pourrait y en avoir plus de 400, qui s’ajouteraient à l’effectif actuel de 900 places de détenus dans le canton de Vaud.

Les prisonniers des Grands-Marais disposeront d’ateliers de travail (menuiserie et ferblanterie, entre autres), d’infrastructures sportives (six terrains multisports, six terrains de volley, un terrain de foot) et peut-être culturelles aussi (expositions, concerts, etc.). Le coût des travaux est estimé à 279 millions de francs, pour un budget annuel de fonctionnement de 50 millions – le projet de prison bernoise évoqué plus haut est devisé, lui, à 280 millions de francs, pour 250 places.

Des hommes et peut-être des femmes

La nouvelle entité carcérale vaudoise accueillera au départ seulement des hommes, «mais des femmes pourraient aussi y être détenues, sans crainte pour leur sécurité, tant chaque unité est indépendante des autres», assure Emmanuel Ventura. Tout ici semble avoir été pensé pour la réinsertion et selon la formule de Mario Botta: un habitat intermédiaire dans la vie des hommes.

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A Orbe, un détenu tente de s'échapper et se retrouve sur le toit

Le prisonnier de 28 ans a réussi, mercredi, à s’extraire de l’enceinte sécurisée lors de sa promenade. Il a été maîtrisé par la police vaudoise.

Un détenu de l’établissement pénitentiaire de la Plaine de l’Orbe (VD) a été interpellé mercredi sur le toit de la prison. Vers 14h20, il a réussi à s’extraire de l’enceinte sécurisée lors de sa promenade, qui se situe au dernier étage du bâtiment, pour se retrouver derrière les barrières, à plus de vingt mètres de haut.

Après des négociations avec des services psychiatriques et l'intervention de la police, la situation est rentrée dans l’ordre vers 18h00 avec l’interpellation du détenu. …

Lire l’article
Link zum Artikel