DE | FR
Image: Shutterstock

On peut appeler son enfant Tiktu Spring Hokkaidö mais pas Kezia

L'état civil valaisan est frileux avec les prénoms unisexes et l'a fait comprendre à de nouveaux parents dont le bébé s'appelle Kezia. Dans le canton de Fribourg, après avoir fait appel à la justice, des parents ont réussi à faire appeler leur enfant Tiktu Spring Hokkaidö.
29.11.2021, 20:0130.11.2021, 07:27

«Le prénom Kezia étant unisexe, nous vous demandons de considérer l'intérêt de l'enfant et de nous confirmer votre choix. Vous pouvez également rajouter un deuxième prénom qui détermine le sexe de votre enfant, si vous le désirez.» Contenus dans un courrier rédigé par l'état civil de Sion, ces mots ont été envoyés à un couple de nouveaux parents valaisans, a révélé la Rts. «Je suis choquée d'apprendre que je ne prends pas soin de mon enfant, puisque dans son intérêt il faut que je change de prénom», a déclaré la maman de l'enfant à la Rts. Selon l'Etat civil valaisan, un prénom unisexe peut mener à «des quiproquos ou à un changement de prénom ultérieur».

Justice saisie

Cette polémique n'est pas sans rappeler celle de parents fribourgeois dont le choix de prénommer leur enfant Tiktu Spring Hokkaidö avait été contrarié par l'état civil, au printemps 2020. Un premier recours auprès du Service de l'état civil avait été rejeté. L'autorité administrative a alors estimé que «les prénoms choisis seraient contraires au bien de l’enfant car ils la désigneraient de manière ambiguë et l’exposeraient à des moqueries». Mais, tenaces, les deux parents n'ont pas abdiqué. Ils ont fini par avoir gain de cause au Tribunal cantonal fribourgeois, en juin dernier. Dans son arrêt, la Cour a indiqué que le refus de l'autorité administrative était «sans raison valable et sans motif manifestement préjudiciable au bien de l'enfant».

«Il n'est plus possible de refuser un prénom au seul motif qu’il ne désigne pas clairement le genre de l’enfant»
Tribunal cantonal fribourgeois

Selon la Cour, l'état civil fribourgeois a donc versé dans l'arbitraire. L'administration a ainsi dû inscrire dans ses registres l'enfant Tiktu Spring Hokkaidö.

«Les ressemblances sonores avec "TikTok" et "tic-tac" ne devraient pas manifestement entacher le développement et la personnalité de la petite fille, justifiant un refus d’inscription»
Tribunal cantonal fribourgeois

Ne pas exposer aux moqueries

Choix des parents que l'enfant va porter toute sa vie, le prénom peut être refusé par l'état civil. Notamment si ce prénom est manifestement susceptible d'exposer l'enfant aux moqueries. Traditionnellement, en Suisse, les offices de l'état civil suisses avaient un document de référence intitulé «Manuel international des noms chrétiens». Dans une société où l'agnosticisme et les vents migratoires ont gagné du terrain et fait apparaître de plus en plus de prénoms «exotiques», la Bible de l'état civil est désormais devenue désuète. Le législateur s'est adapté à cette situation. Depuis 1994, l'ordonnance fédérale sur l'état civil a été modifiée pour donner aux parents une plus grande liberté de choix dans le choix du prénom de leurs enfants. Mais, tout n'est pas permis. (apn)

Toujours penser au bien de l'enfant
Chef du Service des affaires institutionnelles, des naturalisations et de l’état civil du canton de Fribourg, Christophe Maillard signale qu'au cours des cinq dernières années, l'Etat n'a mis son véto que sur le choix d'un nom: Tiktu Spring Hokkaidö Godall. «Nous procédons toujours à une analyse au cas par cas en tenant compte des circonstances locales et personnelles, des coutumes, des conceptions, ainsi que de l’environnement des personnes qui formulent la demande», a-t-il souligné. Les prénoms ridicules, dénigrants, injurieux, choquants ou qui font référence aux nazis (Hitler) ou aux terroristes (Ben Laden) sont, en principe, refusés. «L'objectif de l'état civil, c'est le bien de l'enfant», a rappelé Christophe Maillard.

Tolochenaz et son Trou.

1 / 12
Plus d'images du trou qui a paralysé le trafic ferroviaire
source: twitter
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Manifestation contre la venue d'Eric Zemmour à Genève

Le meilleur du Divertissement cette semaine

Qui achète ces sculptures «moches» qu'on voit dans les stations de ski?

Link zum Artikel

Pourriez-vous survivre une journée dans la peau de Kylie Jenner?

Link zum Artikel

Trop busy pour lire l'actu? Voici un récap en mèmes

Link zum Artikel

Tout lâcher comme cette fille pour devenir une chienne

Link zum Artikel
Variant «plus mortel»: vous non plus vous n'aviez pas lu cette phrase?
Alors que les milieux économiques suisses veulent se débarrasser de toutes les mesures, l'OFSP refuse de céder à ce qu'il a considéré mardi comme de l'«euphorie». Et si une petite (mais terrible) phrase de l'OMS, passée (un peu) inaperçue, départageait tout le monde?

On refuse de l'entendre. «Na, na, na, naaaaaaaa», paumes sur les oreilles, moral dans les chaussettes et tête dans le sable. De quoi? Mmmh? Oh, pas grand-chose. Une petite phrase prononcée par le patron de l'OMS en début de semaine. Une petite bombe qui pourrait bien casser l’ambiance en cette période propice aux annonces (plus ou moins aventureuses) de fin de pandémie.

L’article