DE | FR

Des révélations explosives sur l'ex-chef de presse d'Alain Berset

Peter Lauener, chef de la communication d'Alain Berset pendant de nombreuses années, serait impliqué dans une procédure pénale pour violation du secret de fonction concernant l'affaire Crypto AG. Des recherches menées par la Schweiz am Wochenende révèlent que deux perquisitions ont apparemment eu lieu.
24.06.2022, 19:0025.06.2022, 11:52
Othmar von Matt / ch media

Pour le public, l'affaire Crypto AG est déjà presque oubliée. Mais en coulisses, elle fait des vagues. Peter Lauener, l'ancien chef de la communication d'Alain Berset, serait impliqué dans une procédure pénale pour violation du secret de fonction concernant ce dossier. C'est ce qu'a écrit jeudi la Weltwoche sur son site.

Le conseiller fédéral Alain Berset (à droite) s'avance avec son chef de la communication de l'époque, Peter Lauener, vers l'une des nombreuses conférences de presse de la pandémie.
Le conseiller fédéral Alain Berset (à droite) s'avance avec son chef de la communication de l'époque, Peter Lauener, vers l'une des nombreuses conférences de presse de la pandémie.Image: keystone

Le 8 juin, il a été annoncé que Peter Lauener quittait son poste de bras droit du ministre de la Santé. La soudaineté de cette décision a donné lieu à des spéculations. Lauener avait accompagné Berset de près pendant dix ans et l'avait toujours présenté sous son meilleur jour. Il était considéré comme le meilleur spin doctor de l'administration fédérale.

Le communiqué de presse du Département de l'intérieur (DFI) du 8 juin indiquait que Lauener souhaitait donner une nouvelle orientation à sa carrière. Alain Berset le remerciait brièvement «pour son grand engagement et son étroite collaboration». Ce communiqué de presse laissait plus de questions en suspens qu'il n'apportait de réponses.

L'affaire Crypto AG en bref:
Le 13 mai 1952, le Suédois Boris Hagelin a fondé la société Crypto AG à Zoug. Hagelin avait développé une machine de chiffrement avant la Seconde Guerre mondiale. Depuis la Suisse, il produisait désormais des machines avec de bons algorithmes cryptographiques pour la Suisse, la Suède et les pays de l'OTAN. Et des algorithmes pour tous les autres pays, qui étaient très faciles à déchiffrer.
Pour les services secrets américains, il était facile d'analyser les messages radio cryptés. En 1970, le fondateur de l'entreprise Hagelin s'est retiré et la CIA a racheté l'entreprise avec le service fédéral de renseignement allemand (BND) par le biais d'intermédiaires, pour 8,5 millions de dollars. Les agents des deux pays ont ainsi pu lire les messages les plus secrets de plus de 100 pays. Cela a été découvert en février 2020. Début novembre, la Délégation de gestion du Parlement a présenté son rapport. Elle a critiqué le service de renseignement pour ne pas avoir mis le Conseil fédéral au courant. (att)

Le grand silence

Les services impliqués dans l'enquête pénale sur la violation du secret de fonction Crypto se montrent encore plus mystérieux. Ils se taisent tous.

Il y a notamment la Commission de gestion (CdG). C'est sa délégation (DélCdG) qui a enquêté sur l'affaire Crypto. La petite délégation, composée de conseillers nationaux et de conseillers aux Etats, est responsable des affaires hautement secrètes concernant la protection de l'Etat et le service de renseignement.

Différents médias sont entrés en possession d'informations confidentielles et les ont publiées lorsque le processus de consultation de l'administration a été lancé, explique Prisca Birrer-Heimo, présidente de la CdG du Conseil national. La veille de la séance de clôture de la CdG sur le rapport du 10 novembre 2020, le Tages-Anzeiger a par exemple publié des parties du projet confidentiel.

La commission de gestion ne sait pas où en est la procédure

La CdG a déposé une plainte contre inconnu auprès du Ministère public de la Confédération. Les violations du secret de fonction sont «graves» et la publication de contenus du projet de rapport confidentiel est «inacceptable», déclare aujourd'hui Prisca Birrer-Heimo.

Elle souligne que la CdG n'a pas connaissance de l'état de l'enquête. «Nous ne savons pas quelles mesures ont été prises par le procureur extraordinaire dans le cadre de cette procédure.»

Le Ministère public de la Confédération s'est considéré comme partial

Ce n'est pas le Ministère public de la Confédération lui-même qui dirige la procédure. Mais plutôt Peter Marti, un ancien juge cantonal zurichois. L'autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (AS-MPC) l'a désigné – parce que le Ministère public de la Confédération lui-même s'est déclaré partial. Elle avait également reçu des parties du rapport d'inspection pour avis. C'est également ce que décrit Peter Marti lui-même.

Peter Marti ne veut pas s'exprimer sur la procédure

Théoriquement, l'indiscrétion aurait donc pu être commise par le Ministère public de la Confédération. Celui-ci précise que Peter Marti, en tant que procureur extraordinaire, est responsable de l'affaire. C'est pourquoi il doit répondre aux questions sur la procédure. L'AS-MPC elle-même fait référence à Marti – et souligne qu'elle n'a pas connaissance de l'état de l'enquête.

Pourtant, Marti ne dit rien sur la procédure. Il ne veut pas se rendre lui-même «coupable de violation du secret de fonction», écrit-il sur demande. Il ne peut pas donner d'informations. Et même en réponse à une double demande, il maintient:

«Je comprends votre intérêt – et l'intérêt public que vous avez rappelé. Il n'en reste pas moins que vous ne recevrez pas d'autres informations de ma part»

Il y aurait eu deux perquisitions

Des recherches montrent qu'il y a apparemment eu deux perquisitions dans le cadre des indiscrétions sur l'affaire Crypto. L'une aurait eu lieu chez une personne du département de l'Intérieur de Berset, probablement Peter Lauener. La seconde concernerait une personne du Département des affaires étrangères (DFAE). Le DFI ne fait aucun commentaire, ni sur l'article de la Weltwoche, ni sur les perquisitions. Et le service de presse du DFAE ne sait rien d'une perquisition.

Il semble clair que le cercle de ceux qui ont reçu des parties du projet de rapport confidentiel de la DélCdG pour avis était très restreint. Il s'agit des sept conseillers fédéraux, du Ministère public de la Confédération et probablement d'autres offices comme le Service de renseignement de la Confédération (SRC) et le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Les six membres de la Délégation des Commissions de gestion devraient également avoir eu le rapport à ce moment-là - après tout, ce sont eux qui l'ont rédigé.

Seules 20 à 30 personnes ont eu accès au projet

Par conséquent, seules 20 à 30 personnes ont eu connaissance du projet. Cela signifie que si Lauener était effectivement impliqué dans la procédure pour violation du secret de fonction, il serait logique qu'il ait reçu le rapport du conseiller fédéral Berset lui-même.

Peter Marti, le procureur extraordinaire, a siégé au Grand Conseil zurichois pour l'UDC entre 1995 et 1999 et est considéré comme un «dur» dans le milieu. Il était le «contraire d'un juge clément», a par exemple déclaré un jour le procureur Ulrich Weder, aujourd'hui à la retraite, dans la NZZ.

«Je juge ce que l'homme a fait: son acte»

Marti a gagné sa réputation en tant que procureur de district: dans les années 1980, il a enquêté sur les troubles de Winterthour – et notamment sur l'attentat à l'explosif contre la maison du conseiller fédéral Rudolf Friedrich.

Dans les motifs de son jugement en tant que juge cantonal, Marti a qualifié le lanceur d'alerte Rudolf Elmer, qui avait transmis des données bancaires de Julius Bär, de «criminel tout à fait ordinaire», soucieux de son propre intérêt. Marti lui-même a précisé qu'il n'était certes pas un juge clément, mais qu'il n'était pas non plus une peau de vache:

«Je juge ce que l'homme a fait: son acte»
Peter Marti, un ancien juge cantonal zurichois

L'AS-MPC veut agir plus durement contre les violations du secret de fonction

C'est ce que Marti fera également dans le cas de Crypto. L'AS-MPC, l'autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération, l'a déjà nommé à plusieurs reprises procureur extraordinaire. Elle veut manifestement agir plus durement contre les violations du secret de fonction que ne le faisait le Ministère public de la Confédération sous Michael Lauber. L'AS-MPC considère la violation du secret de fonction comme un délit clair qui doit être sanctionné.

Diverses plaintes pénales pour violation du secret de fonction concernant le Conseil fédéral sont encore en suspens auprès du Ministère public de la Confédération. Parmi elles, deux enquêtes sur des indiscrétions lors de la pandémie. Le département de l'Intérieur de Berset a lui-même déposé une plainte pénale à ce sujet. A cela s'ajoute une indiscrétion lors de la nomination de l'ancien secrétaire d'Etat Mario Gattiker comme ambassadeur spécial de l'UE pour la politique intérieure. Et il y a d'autres plaintes pénales sur des sujets qui n'ont pas encore été révélés.

Peter Lauener bénéficie de la présomption d'innocence. (aargauerzeitung.ch)

En 10 ans au Conseil fédéral, Berset n'a pas changé de coupe

1 / 13
En 10 ans au Conseil fédéral, Berset n'a pas changé de coupe
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Levée des mesures par un Berset d'un autre genre

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les infrastructures suisses ne sont pas encore prêtes à affronter un black-out
En cas de grave pénurie d'électricité, des coupures de courant pourraient être décidées en dernier recours. Une mesure qui aurait évidemment des conséquences sur les exploitants d'infrastructures dites «critiques», notamment les CFF, Migros ou Swisscon.

Sur le papier, voici le plan: en cas de manque d'électricité, les autorités appelleraient, tout d'abord, à économiser l'énergie. L'étape suivante consisterait à interdire certains appareils gourmands en énergie, comme les climatiseurs, les escaliers roulants ou les enseignes lumineuses. Et si cela ne suffit pas malgré tout, les grands consommateurs se verraient obligés d'économiser de l'énergie. Ultime solution: des coupures cycliques d'une durée de quatre heures.

L’article