DE | FR
Alain Berset (à g.), ministre de la Santé, et Ignazio Cassis, président de la Confédération, ont présenté mercredi les mesures que le gouvernement aimerait mettre en place.
Alain Berset (à g.), ministre de la Santé, et Ignazio Cassis, président de la Confédération, ont présenté mercredi les mesures que le gouvernement aimerait mettre en place.source: keystone et shutterstock

Conseil fédéral: 6 points sur les mesures anti-Covid jusqu'à mars 2022

Le Conseil fédéral a décidé, ce mercredi 12 janvier, une série de nouvelles mesures et en a mis d'autres en consultations. Voici les 6 points les plus importants à connaître.
12.01.2022, 14:5019.01.2022, 15:02
Jason Huther
Jason Huther
Suivez-moi

Les mesures adoptées le 17 décembre dernier pour lutter contre la propagation du coronavirus alors que les contaminations au variant Omicron n'étaient qu'à leur balbutiement doivent être prolongées jusqu’à fin mars 2022.

>>> Attention. Une séance exceptionnelle du Conseil fédéral a eu lieu le 19 janvier 2022 afin de mettre à jour les mesures anti-Covid rédigés dans cet article

«Nous sommes en train de faire de notre mieux pour faire face à la situation. Nous sommes actuellement en pleine cinquième vague»
Alain Berset, ministre de la santé

C'est la situation hospitalière tendue qui pousse le Conseil fédéral à lancer une consultation en ce sens. La consultation relative à cette prolongation court jusqu’au 17 janvier 2022 (lundi prochain). Le gouvernement a par ailleurs décidé de proposer une série de mesures qui affecteront directement la vie des Suisses en commençant par ce qui change dès jeudi 👇.

Durée d’isolement et de quarantaine réduite à cinq jours

Apparemment, le gouvernement a entendu les appels de l'économie et d'une partie de la société civile. Le président de la Confédération, Ignazio Cassis, l'a confirmé en conférence de presse mercredi:

«D'intenses discussions ont eu lieu ces derniers jours avec les représentants de l'économie»

Lors de sa séance du jour, il a décidé de raccourcir la durée de quarantaine de dix à cinq jours, une mesure qui prendra effet dès jeudi 13 janvier 2022. Cet élément n'est pas mis en consultation. Pour pouvoir sortir de l’isolement, il faudra ne plus présenter aucun symptôme depuis 48 heures, comme jusqu’à présent. A noter que les cantons peuvent prévoir des exceptions afin de garantir la sécurité de l’approvisionnement.

La quarantaine-contact est également ramenée à cinq jours. Elle se limite aux personnes qui font ménage commun ou ont eu un contact comparable, étroit et régulier, avec quelqu'un de testé positif. En sont exemptées: les personnes guéries ou vaccinées – la dernière dose faisant foi – depuis moins de quatre mois. Les cantons peuvent aussi accorder des exemptions de quarantaine-contact pour garantir la sécurité de l’approvisionnement.

En image, c'est parfois plus clair 👇

Cette diminution de la durée d’isolement et de quarantaine s’explique par le variant Omicron, qui présente un laps de temps plus court entre la contamination et la période de contagion. De plus:

  • Les structures cantonales de traçage des contacts,
  • L’économie,
  • La société en général

Subissent tous une pression accrue en raison de la forte augmentation du nombre de cas d’isolement et de quarantaine ces dernières semaines.

Le constat qui précipite cette consultation

Le gouvernement a décidé hier de mettre en consultation une série de mesures. Le Conseil fédéral fait le constat suivant:

«Bien que le variant Omicron présente moins de risques pour les personnes vaccinées ou guéries, il faut s’attendre à une hausse des hospitalisations en raison du nombre de contaminations très élevé»

Son objectif a toujours été de limiter l'impact de la pandémie sur les soins intensifs. Le gouvernement estime ainsi que l’occupation devrait tout d’abord s’intensifier dans les services de soins aigus, avant de potentiellement aussi augmenter aux soins intensifs.

Par ailleurs, parmi les personnes hospitalisées pour un autre motif que le Covid-19, on compte toujours davantage de tests positifs, ce qui engendre leur mise en isolement et alourdit leur prise en charge. A cela s’ajoutent les absences pour cause de maladie du personnel hospitalier, qui s’inscrivent, elles aussi, en hausse.

Les buts visés par la consultation

C'est pour limiter la pression sur les hôpitaux que les autorités fédérales ont adopté des restrictions importantes le 17 décembre 2021. Elle comprenait notamment la règle des 2G (guéri et vacciné) à l’intérieur de certains établissements, la limitation des rencontres privées et l’obligation de travailler à domicile. Pour davantage de détails, par ici 👇.

Ces mesures devraient prendre fin le 24 janvier 2022. Au vu de la situation hospitalière qui reste tendue, le Conseil fédéral propose de les reconduire jusqu’au 31 mars 2022.

Raccourcir la durée de validité du certificat Covid

Afin de maintenir la reconnaissance du certificat Covid par l’Union européenne (UE), le Conseil fédéral souhaite raccourcir la durée de validité de tous les certificats de vaccination de 365 à 270 jours.

Dans le même sens, la validité des certificats de guérison serait également ramenée à 270 jours. Les cantons sont aussi consultés sur cette diminution de la durée de validité, dont l’entrée en vigueur est prévue au 1ᵉʳ février 2022.

Ces autres mesures dont les cantons et la Confédération vont discuter

Le Conseil fédéral profite également de la consultation pour soumettre d’autres points à l’avis des cantons, notamment quant à:

  • L’interdiction de l’enseignement présentiel au degré tertiaire.
  • La restriction des capacités dans les grandes manifestations.
  • L'obligation renforcée de porter un masque.
  • Les capacités dans les soins aigus.
  • L’obligation de tester les personnes vaccinées ou guéries à l’entrée en Suisse.
  • L’adaptation de la stratégie de dépistage en raison de la surcharge des laboratoires.
  • L’abandon des tests rapides antigéniques.
  • La suppression des règles de quarantaine.

Sur tous ces sujets, les discussions sont ouvertes.

Le Conseil fédéral pourra-t-il aller plus loin?

Notons qu'indépendamment de cette consultation, si la situation hospitalière devait subir une nette détérioration, le Conseil fédéral pourrait agir rapidement et adopter des mesures plus strictes, comme:

  • Des fermetures d’établissements et d'installations;
  • Ou des restrictions de capacités dans les grandes manifestations.

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo

Pour ceux qui ont le virus du Covid

Report des opérations: «Il était déjà anesthésié quand nous avons annulé»

Link zum Artikel

Les masques FFP2 protègent 70 fois plus, faut-il se ruer dessus?

Link zum Artikel

Amis de la Constitution décapités: quel avenir pour les anti-mesures Covid?

Link zum Artikel

Nécessaire ou inutile? La quarantaine de 5 jours fait débat en Suisse

Link zum Artikel
Comment expliquer les scandales informatiques des services de santé suisses
En matière de services informatiques, le secteur suisse de la santé cumule les échecs. Les pannes de protection des données survenues chez Swisstransplant et avant cela Mesvaccins.ch présentent le même problème notable.

Des informaticiens suisses qui acquièrent une notoriété au niveau national? C'est peu courant dans le pays. Pourtant, avec Sven Fassbender, ce constat pourrait devenir tout autre. Ce consultant en sécurité informatique suisse allemand a récemment fait parler de lui après avoir rendu publiques des failles informatiques significatives concernant la plateforme Swisstransplant, le registre suisse en ligne du don d'organes.

L’article