DE | FR
jeune PLR polygamie politique couple mariage

Les Jeunes libéraux-radicaux (JLR) suisses soutiennent la légalisation de la polygamie. Petit coup de provoc' ou vrai bouleversement? Image: Shutterstock

Analyse

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

A deux pour la vie, un modèle trop restreint pour les Jeunes libéraux-radicaux suisses. Ils proposent la légalisation de l'union à plusieurs. Analyse.



Peut-être connaissez-vous des gens qui pratiquent l'amour libre (ou le pratiquez-vous vous-mêmes), cette forme de relation amoureuse qui permet de multiplier les partenaires en toute légalité conjugale. Le mariage serait-il une vieille structure à bazarder? Et la polygamie une option tout à fait recevable dans notre coin du monde?

Plus libertaire, tu meurs

Oui, selon les Jeunes libéraux-radicaux (JLR) suisses. Il est loin le temps où le slogan «Il est interdit d’interdire!» était scandé par la gauche. C’est désormais chez les JLR qu’il faut chercher les revendications libertaires. Dans un récent papier de position consacré à la politique familiale, la jeune formation bourgeoise appelle notamment à une totale libéralisation des unions civiles – incluant la polygamie:

«Le mariage, les fiançailles et le partenariat enregistré devraient être abolis en tant que conception de droit civil. A la place, nous demandons l'introduction d'une communauté de responsabilité, qui peut être librement conçue dans le cadre de la loi. Elle est ouverte à tous les partenariats avec plus d'une personne, y compris les relations polygames.»

Papier de position des JLR Suisse sur la politique familiale

Le papier de deux pages contient une série d’autres requêtes touchant à la famille – légalisation de la gestation pour autrui, droit à l’adoption pour tous ou encore congé parental. Mais le passage sur la polygamie frappe bien sûr à la lecture. Contacté par watson, le Fribourgeois Fabian Kuhn, responsable des cantons au comité des JLR Suisse et co-auteur du papier de position, assume sa dimension polémique. Mais n’allez pas lui parler d’effet marketing potentiellement contre-productif: «D'une part, un papier de position vise à stimuler le débat à l'intérieur et à l'extérieur du parti. D'autre part, il sert de ligne directrice pour la suite. Des demandes qui peinent à convaincre une majorité aujourd’hui peuvent le faire dans quelques années.»

Pas de doute que ce genre de projets radicalement libéraux n’a aucune chance sur le plan politique pour l'instant, même au sein du parti-mère, le PLR. A gauche, on accueille cette idée avec un certain amusement. «Il faut un filet social qui prenne en compte tous les types de partenariat, et qui protège celles et ceux qui sont dépendants financièrement de leur partenaire en cas de rupture», estime le Valaisan Simon Constantin, membre du comité directeur des Jeunes socialistes (JS) suisses. «C'est sur l'égalité qu'il faut travailler. C'est d'ailleurs au nom de l'égalité que nous soutenons aussi une remise en question du mariage, mais pour sa dimension patriarcale, et non pour favoriser une "communauté de responsabilité".»

Et vous, êtes-vous pour la légalisation de la polygamie?

L'argument principal de Fabian Kuhn? La défense de la liberté, en société comme en économie. A savoir, chacun fait ce qu'il veut. «Nos propositions n'enlèvent rien à personne et ne forcent aucun individu à faire quoi que ce soit», commente-t-il. «Personne n'est obligé de conclure un partenariat polygame ou avec quelqu’un du même sexe. Et les gens qui souhaitent se marier pourront toujours le faire, mais à l’église.» Il s'agit donc pour les JLR de «mettre en place un cadre juridiquement raisonnable et moderne, qui correspond aux mœurs».

Du débat ou du marketing?

Or, il faut bien voir qu’il s’agit surtout pour eux d’exister politiquement. D’où des phrases chocs comme celle sur les communautés à plus de deux personnes, mais aussi sur l’héritage: «nous demandons l'abolition du droit à une part réservataire», peut-on lire dans le document. Autrement dit, plus besoin de léguer une partie de sa fortune à ses enfants. Avec une telle législation, Johnny Hallyday se serait évité un déménagement de Gstaad à Los Angeles – la loi californienne permet de déshériter ses enfants.

Au fond, cette posture correspond sur un plan plus sérieux à l’orientation «libérale-décomplexée» adoptée par le jeune parti depuis quelques années. De même, le thème a l'avantage de ne jamais avoir été discuté tel quel en Suisse. D'habitude, la polygamie s'invite dans des discussions sur certaines communautés musulmanes. Certains UDC n'hésitent pas à comparer le mariage pour tous à la polygamie. Les JLR redéfinissent donc le sujet en prenant ces derniers à leur propre jeu: c'est non seulement oui aux unions, mais oui aussi aux unions à plusieurs. Mais il reste à voir si un vrai débat peut surgir de ce qui s'apparente plutôt à une petite provocation.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

C'est quoi une «task force»?

Link zum Artikel

Quand la RTS n’a pas d’autres chat-te-s à fouetter

Link zum Artikel

Comment les Verts veulent tout rafler

Link zum Artikel

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

Link zum Artikel

La réforme britannique sur l'immigration jugée «inhumaine»

Une réforme du système d'asile britannique cherche à décourager l'immigration illégale. Un durcissement jugé «inhumain» par la Croix-Rouge.

Le gouvernement britannique a présenté mercredi une réforme du système d'asile prévoyant de ne plus accorder les mêmes droits aux personnes entrées légalement ou illégalement. Un durcissement promis à la suite du Brexit jugé «inhumain» par la Croix-Rouge.

Décrit comme «juste mais ferme», il vise à décourager l'immigration illégale et prévoit de traiter différemment les demandeurs d'asile selon qu'ils soient arrivés dans le pays légalement ou illégalement.

Les migrants entrés illégalement au …

Lire l’article
Link zum Artikel