DE | FR

Toujours aucune femme à la tête d'une grande société suisse

femme déçue hommes business

Parmi les vingt entreprises les plus cotées du pays, aucun poste de directeur général n'a encore été attribué à une femme. Pourtant, c'est la loi.



Une nouvelle législation, entrée en vigueur cette année, prévoit, pour les sociétés cotées en bourse d'au moins 250 employés, qu'il y ait une part de 30% de femmes dans les conseils d'administration et de 20% au sein des directions. Ce qui n'est pas le cas: dans l'ensemble, les 20 sociétés cotées en bourse suisse comptent 13% de femmes cadres dans leurs directions générales. Parmi ces entreprises, aucune n'a attribué le poste de directeur général à une femme et seule une société compte une directrice financière.

Les effets positifs seraient particulièrement visibles «lorsqu'au moins un tiers des femmes occupent des postes de direction et un cinquième des postes de cadres», c'est-à-dire lorsque l'entreprise respecte la nouvelle législation, pour le cabinet d'étude Willis Towers Watson.

«La diversité des rôles de direction, des promotions et des postes bien rémunérés accroît la capacité des entreprises à surmonter les crises».

willis towers watson

Par ailleurs, 73% des employés sondés de ces bons élèves voient dans leur entreprise une évolution de carrière favorable, contre 61% dans les autres.

En comparaison internationale, la Suisse figure au fond du classement, à l'opposé de pays plus vertueux comme la Norvège qui affiche une part de femmes aux directions de leurs grandes entreprises, ainsi que le Royaume-Uni et la Suède. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/«Le Temps»

Link zum Artikel

La France dissout le groupe d'extrême droite Génération identitaire

Cela faisait déjà 9 ans, depuis la création de ce groupuscule d'extrême droite, que le gouvernement français souhaitait voir disparaître l'association. C'est désormais chose faite.

Le groupe d'extrême droite Génération identitaire a été dissous, mercredi, par le Conseil des ministres, en France. Cette action avait déjà été évoquée par le premier ministre français, en 2012, après que des membres de l'association se soient mis à occuper le toit d’une mosquée.

Le mouvement d’extrême droite conteste cette décision. Leur avocat va déposer un recours auprès du conseil d’Etat pour excès de pouvoir et l'annulation de la suspension. (ats)

Lire l’article
Link zum Artikel