DE | FR
Bild

Image: sda / shutterstock

Avec ses tests Covid dans les écoles, Berset irrite les cantons

Un conflit couve entre le ministre de la Santé, Alain Berset, et les cantons au sujet des tests Covid dans les écoles. Ces derniers ne sont pas tous prêts à appliquer la mesure alors que le risque de transmission est élevé après les vacances.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

christoph bernet / ch media



Les fractions mathématiques, le vocabulaire anglais et l'utilisation du plus-que-parfait ne préoccupent sans doute pas la grande majorité des écoliers suisses en ce moment puisque toutes les écoles sont actuellement en vacances. Parallèlement, le monde politique est aussi au repos. Après sa dernière réunion, il y a trois semaines, le Conseil fédéral a pris congé pour la pause estivale.

Toutefois, les écoles, actuellement fermées, menacent quand même de perturber le calme politique de l’été. Le conflit entre le ministre de la Santé Alain Berset (PS) et les directeurs cantonaux de l’instruction publique, révélé il y a trois semaines, continue de s’envenimer.

Le Conseil fédéral tente de calmer le jeu discrètement. Mais en même temps, il fait pression sur les cantons pour mettre en place des procédures de tests Covid réguliers lors de la rentrée scolaire 2021. Le temps presse: en Argovie, par exemple, la nouvelle année scolaire commence le 9 août, déjà. La plupart des cantons suivront une ou deux semaines plus tard.

«On ne peut pas laisser faire»

Le conflit a commencé par les déclarations d'Alain Berset lors d'une conférence de presse à la fin du mois de juin. À ce moment-là, le ministre de la Santé avait déclaré avoir «un peu de mal» avec la réticence de certains cantons à effectuer des tests réguliers et à grande échelle dans les écoles. Or, selon les experts, il s'agit d'un «élément central» pour ne pas perdre le contrôle de la pandémie, a déclaré le Conseiller fédéral. Il avait ajouté:

«Nous attendons des cantons qu'ils le fassent»

S'ils refusent, la situation épidémiologique menace de s'aggraver, ce qui obligerait le Conseil fédéral à prendre de nouvelles mesures: «On ne peut pas laisser faire».

Mécontentement des cantons

La réprimande du Conseil fédéral a été mal accueillie par la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP). Immédiatement, sa présidente Silvia Steiner, directrice de l'éducation du canton de Zurich, a exprimé dans une lettre son «étonnement» face aux déclarations du ministre de la Santé.

La directrice de l'éducation du canton de Zurich, Silvia Steiner, lors d'une conférence de presse en août 2020

La directrice de l'éducation du canton de Zurich, Silvia Steiner, lors d'une conférence de presse en août 2020. Image: Keystone

La mise en œuvre des tests dans les écoles relève de la responsabilité des cantons. Alors que de nombreux cantons mettent en œuvre des tests répétitifs et à grande échelle, d'autres lient les tests au nombre de cas ou à d'autres critères.

Dans tous les cas, les cantons assumeront leur responsabilité dans la lutte contre la pandémie. Silvia Steiner a conclu sa lettre par ce coup de semonce poliment clairement fédéraliste:

«Nous remercions le Conseil fédéral d'avoir respecté les responsabilités cantonales, prévues par la loi sur les épidémies»

Le variant Delta change la situation initiale pour les écoles

Entre-temps, le Conseiller fédéral Alain Berset a réagi aux manifestations de mécontentement. Il y a quelques jours, il a envoyé une réponse à la présidente de la CDIP, qui a paru dans le journal Schweiz am Wochenende. Bien entendu, le Conseil fédéral respecte la répartition des compétences entre la Confédération et les cantons, a-t-il précisé au début de la lettre.

Toutefois, après les subtilités initiales, le ministre de la Santé s'exprime sans détour. En automne, les écoles seront confrontées à une nouvelle situation pour faire face à cette crise:

«Tout d’abord, il faudra affronter le variant Delta, qui est très contagieux et déjà dominant en Suisse. Deuxièmement, il y aura beaucoup moins de mesures en place, c'est pourquoi on peut supposer que le virus circulera beaucoup plus largement».

Alain Berset

Les tests répétitifs permettent de détecter les infections à un stade précoce et réduisent «les infections des enfants qui ne peuvent pas être vaccinés pour l'instant», rappelle Alain Berset.

Des lycéennes de la ville de Zurich participent à un test PCR par prélèvement salivaire en mai 2021

Des lycéennes de la ville de Zurich participent à un test PCR par prélèvement salivaire en mai 2021. Image: Keystone

Sur demande, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) précise que la Confédération n'est pas compétente pour donner des directives aux cantons dans ce domaine, raison pour laquelle aucune mesure de sanction n'est prévue.

Cependant, l'OFSP a demandé aux cantons d'effectuer des tests répétitifs dans les écoles et revient régulièrement à la charge. En juin, l'OFSP, avec la participation de représentants de la CDIP, a élaboré une évaluation des risques de la situation épidémiologique pour la rentrée scolaire 2021 et un catalogue de mesures pour les écoles basé sur cette évaluation. Les tests répétitifs dans les écoles ont été décrits comme une «mesure urgente».

Le risque de transmission est élevé au début de l'année scolaire

Il semble que les cantons évaluent cette «urgence» différemment de l'OFSP. La présidente de la CDIP, Silvia Steiner, écrit sur demande que les tests répétitifs sont une mesure parmi un ensemble de possibilités. Selon elle, les mesures de protection mises en œuvre ces derniers mois ont fait leurs preuves et peuvent être rapidement adaptées si nécessaire. La présidente écrit également:

«Les cantons décident des mesures et de leur mise en œuvre sur la base de la situation épidémiologique à laquelle ils font face».

Les recommandations de la Confédération sont constamment prises en compte dans la révision des concepts cantonaux. Toutefois, l'efficacité et les possibilités de mise en œuvre de tests répétitifs seront évaluées individuellement dans chaque canton.

Il n’est pas certain que toutes les écoles suisses mettent en place des tests répétitifs au début de l’année scolaire, comme le souhaite le ministre de la Santé Alain Berset. Toutefois, l’évaluation des risques réalisée par l’OFSP à l'attention des directeurs cantonaux de l'instruction publique indique que:

«La probabilité de transmission et donc la possibilité d'une introduction du virus dans les écoles sont particulièrement élevées au début de l'année scolaire».

Cela s'explique par les nombreux voyages à l'étranger et les nombreux contacts sociaux pendant la période des vacances.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz, le texte original ici.

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Alain Berset comparé à un dictateur dans une manif' anti-mesures Covid

Link zum Artikel

La Suisse pourrait ouvrir la vaccination aux 12-15 ans dès la semaine prochaine

Approuvée par Swissmedic début juin, la vaccination des adolescents pourrait commencer dès la semaine prochaine. C'est ce qu'a affirmé dimanche le président de la commission pour les vaccinations.

Le 28 mai dernier, l’Union européenne a autorisé le vaccin de Pfizer/Biontech pour les 12-15 ans. Une semaine plus tard, Swissmedic a fait la même chose. Selon l'Institut suisse des produits thérapeutiques, le produit affiche une efficacité de près de 100% pour cette tranche d'âge.

Pourtant, la vaccination des ados n'a pas encore commencé en Suisse. Interrogé par Heidi.news, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) envisage de donner son feu vert «au cours de l'été 2021, probablement …

Lire l’article
Link zum Artikel