DE | FR

Les hôpitaux genevois n'engagent plus que des gens vaccinés

Peu importe le type de contrat, il faudra être vacciné contre le Covid pour travailler aux HUG. Une obligation qui ne touche pas les employés déjà en place.



Les personnes nouvellement engagées aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) devront dorénavant être vaccinées contre le Covid-19. La mesure entre en vigueur mercredi. Elle a été décidée par le Conseil d'administration de l'hôpital à une large majorité.

La vaccination préalable à l'engagement du personnel, quel que soit le type de contrat, entre désormais dans les conditions de travail contractuelles, indiquent mardi les HUG, en écho à un article de la Tribune de Genève. En septembre, un minimum d'une première dose, à compléter, sera exigé pour tout nouveau collaborateur.

Cette obligation n'est pas applicable au personnel déjà en place, mais ce dernier est «vivement encouragé» à se faire vacciner.

Il existe déjà des vaccins obligatoires

Les HUG rappellent que certains vaccins sont déjà obligatoires pour leur personnel. La vaccination contre la coqueluche est imposée en pédiatrie, en gynécologie, en obstétrique et à la maternité. Le vaccin contre l'hépatite est, pour sa part, obligatoire pour le personnel à risque d'exposition. (jah/ats)

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

Tests de masse à l’école? C’est non, dit le président des directeurs

C’est une des grandes questions de la rentrée scolaire qui approche à grand pas en Suisse. Le président des directeurs d’école donne son avis.

Alors que la rentrée approche, la question du dépistage des élèves divise. Thomas Minder, président de l'association des directeurs d'établissements scolaires de Suisse (VSLCH), s'oppose à la demande de la Confédération de tester les écoliers régulièrement.

Les tests de masse représentent une charge trop importante, estime-t-il dans une interview publiée dans la NZZ am Sonntag. Jusqu'à présent, l'expérience a montré que les tests de masse ne permettaient que rarement de détecter des cas.

Le …

Lire l’article
Link zum Artikel