DE | FR

Les hôpitaux genevois n'engagent plus que des gens vaccinés

Peu importe le type de contrat, il faudra être vacciné contre le Covid pour travailler aux HUG. Une obligation qui ne touche pas les employés déjà en place.
31.08.2021, 10:0031.08.2021, 15:23

Les personnes nouvellement engagées aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) devront dorénavant être vaccinées contre le Covid-19. La mesure entre en vigueur mercredi. Elle a été décidée par le Conseil d'administration de l'hôpital à une large majorité.

La vaccination préalable à l'engagement du personnel, quel que soit le type de contrat, entre désormais dans les conditions de travail contractuelles, indiquent mardi les HUG, en écho à un article de la Tribune de Genève. En septembre, un minimum d'une première dose, à compléter, sera exigé pour tout nouveau collaborateur.

Cette obligation n'est pas applicable au personnel déjà en place, mais ce dernier est «vivement encouragé» à se faire vacciner.

Il existe déjà des vaccins obligatoires

Les HUG rappellent que certains vaccins sont déjà obligatoires pour leur personnel. La vaccination contre la coqueluche est imposée en pédiatrie, en gynécologie, en obstétrique et à la maternité. Le vaccin contre l'hépatite est, pour sa part, obligatoire pour le personnel à risque d'exposition. (jah/ats)

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Suisse impose 4h de trajet par jour à une mère ukrainienne
Cette mère de deux enfants habite dans le canton de Lucerne et travaille dans une entreprise pharmaceutique à Bâle. Le canton de Bâle-Ville refuse à cette Ukrainienne de transférer son domicile à Bâle. Elle perd près de quatre heures par jour à faire la navette et ne voit pratiquement pas ses enfants pendant la semaine. Comment en est-on arrivé là?

Elle a obtenu deux diplômes universitaires en économie et en psychologie. L'Ukrainienne a passé avec brio sa période d'essai dans l'administration d'une entreprise pharmaceutique à Bâle, elle peut rester à plus long terme. Son employeur l'aiderait même à trouver un logement en ville. Mais le canton de Bâle-Ville s'y oppose.

L’article