DE | FR
Image: shutterstock / Keystone
Commentaire

Alain Berset et l'échec vaccinal: «A vot' bon cœur m'sieurs dames!»

Un fait: même pas 58% des Suisses sont double dosés. Un constat: l'objectif national est un échec. Vendredi, avec de nouvelles armes dégainées beaucoup trop tard, le Conseil fédéral n’a pas de tenté de sauver la campagne de vaccination, mais la face. Commentaire.
01.10.2021, 17:1802.10.2021, 11:23
Suivez-moi

Récompenser les anges de la vaccination (nous, vous) en leur glissant 50 francs dans la poche à chaque indécis qu'ils auront fraîchement convaincu à l'apéro. Sortir d'un chapeau ministériel une «Semaine de la vaccination» qui a la dégaine d'un loufoque bivouac sanitaire. Déployer un bataillon de conseillers en tout genre, armés d'informations sur le vaccin. Et, enfin, réquisitionner une flotte d'unités mobiles pour servir le sérum sur un plateau. A quoi s'amuse le Conseil fédéral?

Pas un problème d'armes,
un problème de timing

Alors qu'Alain Berset a voulu se glisser maladroitement dans le treillis d'un chef de guerre, le patron de la Santé nous a confirmé que la Confédération levait au contraire le drapeau blanc. L'objectif vaccinal de la Suisse est un échec mathématique cuisant. Et ce réveil bricolé dans l'urgence a le goût âpre d'une défaite qu'il faut qualifier de méritée.

Berne a présenté vendredi une artillerie qui n’a de lourd que ses conséquences. Ce sprint de la dernière chance démontre autant d'aplomb qu'une grappe de bénévoles humanitaires en chasse aux signatures, dans les gares, sous les trombes d'eau d'un lundi matin de novembre. Or, ne nous trompons pas de cible: ce ne sont pas forcément les armes qui font pouffer, mais le timing.

Si la Confédération avait réellement considéré la vaccination comme l'unique sésame vers une normalité retrouvée, elle se serait mis en ordre de marche bien plus tôt.

Basant leur objectif de couverture vaccinale sur un pourcentage théorique de 75% de volontaires en avril dernier, nos dirigeants ont ignoré cinq aspects pourtant primordiaux:

  1. L'attachement, réel bien que diffus, des Suisses à la liberté individuelle.
  2. L'égoïsme (ou l'inexpérience) d'un pays vierge de toute catastrophe collective et donc de réflexe de solidarité.
  3. La méfiance d'une grande partie de la population pour un vaccin qui lui semblait tombé du ciel.
  4. Les minoritaires, mais bruyantes contestations des mouvements anti-mesures Covid qui ont probablement effrayé plus d'un indécis silencieux.
  5. L'irréparable naïveté de la campagne de vaccination au niveau national 👇.
Image: OFSP

Avec des affiches singeant le verbiage des récoltes de fond pour une bonne cause ou badigeonnant de verni commercial une bonne affaire «à ne pas manquer», la Confédération s'est pris méchamment les pieds dans sa propre stratégie. Excès de confiance en soi et en la population? Assurément.

Le Conseil fédéral a pensé trop tard aux indécis

Si le Conseil fédéral avait dégainé cette artillerie présentée vendredi (comme une bouteille à l'amer) en début de campagne vaccinale déjà, personne n'aurait ricané. Pourquoi? Parce que ce n'est qu'à l'orée de l'hiver que nos puissants daignent (enfin) se pencher sincèrement sur les craintes de la population, en acceptant (enfin) de l'informer correctement sur le vaccin, ses bienfaits, ses risques, sa composition, son origine. Au lieu de le convaincre de se l'injecter à coups de punchlines sourdes, qui n'ont pas grand-chose à faire dans la lutte contre une pandémie.

On connait l'adage pourtant: ce qui est inconnu fait peur.

Vendredi, nos sages n'ont donc pas essayé de sauver la campagne de vaccination, mais la face. Celle d'un pays qui a toujours eu une trouille tenace d'afficher une sévérité sanitaire à la française, mais qui n'a jamais réussi à saisir la convaincante diplomatie nordique. Le postérieur éternellement posé entre deux stratégies. Ce premier jour d'octobre marque une nouvelle étape dans la lutte nationale contre le Covid-19: notre ministre de la Santé dans la peau d'un nécessiteux fédéral: «A vot' bon cœur, m'sieurs dames...»

Bref, les disputes autour du vaccin ne sont pas près de s'éteindre...

Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour aller (un peu) plus loin:

Comment un Suisse a battu des anti-vaccins à leur propre jeu

Link zum Artikel

«Comment ça, t'es pas vacciné?» Immersion dans une dispute Covid

Link zum Artikel

11 cadeaux que le Conseil fédéral devrait offrir aux futurs vaccinés

Link zum Artikel

L'un des médicaments les plus prometteurs contre le Covid arrive en Suisse

Link zum Artikel
Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées
Quelles conditions d'entrée et restrictions s'appliquent dans les pays de vacances de prédilection des Suisses? Quels sont les tests, formulaires, documents nécessaires? Voici un petit panel des mesures à prévoir avant de vous évader durant les Fêtes.

Le froid, le temps immonde, votre insupportable collègue Jean-Eude, la tante Marguerite qui commence à vous stresser à trois semaines de Noël ou, tout simplement, la dépression saisonnière: autant de bonnes raisons de vouloir prendre le large à l'étranger.

L’article