faible pluie10°
DE | FR
Suisse
Conseil d’Etat

Elections à Neuchâtel: Frédéric Mairy élu au Conseil d'Etat

Neuchâtel: Frédéric Mairy largement élu au Conseil d'Etat

C'est sans surprise que le socialiste s'est imposé avec 24 750 suffrages, alors que la majorité absolue était à 15 046 voix. Les deux autres candidats en course étaient des outsiders.
26.11.2023, 15:0227.11.2023, 08:30
Plus de «Suisse»
Frederic Mairy, candidat du parti socialiste neuchatelois reagit dans la cour du Chateau apres son election lors de l'election complementaire au Conseil d'Etat du canton de Neuchatel le dima ...
Frederic Mairy, candidat du parti socialiste neuchatelois reagit dans la cour du Chateau apres son election lors de l'election complementaire au Conseil d'Etat du canton de Neuchatel le dimanche 26 novembre 2023 a Neuchatel.Image: KEYSTONE

Le socialiste Frédéric Mairy a été élu dimanche au Conseil d'Etat neuchâtelois à une très large majorité. Le conseiller communal de Val-de-Travers a remporté 24 750 suffrages, alors que la majorité absolue était à 15 046 voix. Il remplacera Laurent Kurth, qui va quitter ses fonctions à fin février.

Les autres candidats en course étaient des outsiders. Thomas Wroblevski, qui milite en faveur de la reconnaissance du vote blanc, a obtenu 3258 voix. L'ex-député UDC Jean-Luc Pieren, membre du Parti fédéraliste européen, a eu 2083 suffrages. Le taux de participation s'est élevé à 22.7%.

Composition inchangée

La composition du Conseil d'Etat, où siègent trois PLR et 2 socialistes, reste donc inchangée. La législature actuelle s'achève au printemps 2025, date des prochaines élections cantonales.

Plusieurs partis, représentés au Grand Conseil, ont décidé d'attendre les prochaines élections pour revendiquer un siège. Ils ont aussi tenté de faire reporter la date de cette élection complémentaire, en raison de sa proximité avec les élections fédérales du 22 octobre.

Réactions

Romain Dubois, président du Parti socialiste neuchâtelois, a déclaré:

«C'est un véritable plébiscite»

«Cela montre que la candidature de Frédéric Mairy n'était pas un choix par défaut», a-t-il ajouté. Et que le PS, qui est devenu le premier parti du canton aux fédérales, se préoccupe de thématiques (pouvoir d'achat, primes maladie) qui concernent la population, a-t-il ajouté.

Frédéric Mairy, qui était déjà en lice pour l'élection au Conseil d'Etat en avril 2021, avait été désigné unanimement par le Congrès du Parti socialiste neuchâtelois le 9 septembre. Né en 1973 à Fleurier de parents belges, il est président de l'Association des communes neuchâteloises, ainsi que conseiller communal de Val-de-Travers depuis 2013.

Il avait auparavant été conseiller général de la commune fusionnée entre 2008 et 2013 et conseiller général de Travers entre 2008 et 2009.

Conseil communal à quatre

Frédéric Mairy va entrer au gouvernement cantonal à fin février, alors que la législature à la commune de Val-de-Travers s'achèvera à fin juin. Les membres de l'exécutif vallonnier vont fonctionner à quatre durant quatre mois. Mairy explique:

«Le délai entre mon élection et mon départ me permet d’anticiper cette période afin qu’elle se passe au mieux pour le Conseil communal et mes services.»

Qui sont les outsiders?

Ex-député UDC, le sexagénaire Jean-Luc Pieren avait déclaré sa candidature alors qu'une élection tacite était dans l'air. L'habitant de La Chaux-de-Fonds était aussi en lice pour l'élection au Conseil des Etats le 22 octobre où il est arrivé en dernière place avec 202 suffrages. Sa liste - le Parti fédéraliste européen - avait recueilli 300 suffrages, soit 0.31% des voix.

Jean Luc Pieren échoue aux élections du Conseil d'Etat neuchâtelois, le 26.11.23.

Le trentenaire Thomas Wroblevski, qui milite en faveur de la reconnaissance du vote blanc, s'est aussi mis dans la course au Conseil d'Etat, où il aurait démissionné immédiatement, s'il avait été élu. S'il s'est porté candidat, c'est dans le but de faire progresser l’idée d’une réforme des droits politiques, afin que les bulletins blancs soient pris en compte lors des élections et votations.

Thomas Wroblevski s’était porté candidat au Conseil d’Etat lors de l’élection complémentaire en 2014. Il s’est depuis présenté à d’autres scrutins. Auparavant, il avait tenté en vain de lancer une initiative en lien avec sa cause. (mat/ats)

La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
1 / 23
La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Affaire des chars Leopard: récit d'un fiasco
Tout ce qui pouvait aller de travers dans l'affaire des 96 chars mis au rebut en Italie est allé de travers. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus les contrôleurs financiers de la Confédération, qui critiquent sévèrement la direction du groupe Ruag.

Quel rôle a joué la ministre de la Défense Viola Amherd? C'est l'une des questions centrales dans l'affaire controversée des chars que Ruag a tenté de conclure avec le groupe d'armement allemand Rheinmetall, début 2023. Celui-ci a fini par échouer, mais le message était clair: la conseillère fédérale du Centre n'était pas impliquée dans le deal, qui était manifestement en contradiction avec la politique restrictive d'exportation d'armes de l'ensemble du Conseil fédéral.

L’article