DE | FR
Bild

keystone/watson

Ce qu’il faut savoir sur les décisions du Conseil fédéral et les fêtes de l’été

Le Conseil fédéral ouvre la porte à l’organisation de grandes manifestations cet été. Voici les détails des annonces du jour.



Notre été ne sera peut-être pas si pourri qu’attendu, si l’on en croit le Conseil fédéral. Mercredi, il a annoncé la mise en consultation jusqu’au 10 mai de plusieurs mécanismes qui pourraient aider à enjoliver l’été helvétique. Ce qu’il faut savoir:

Des fêtes pilotes en juin

Durant le mois de juin 2021, chaque canton pourra autoriser la tenue de trois manifestations pilotes rassemblant entre 300 et 600 personnes. Une phase pilote, donc, qui devra montrer si et comment il est possible d’appliquer les plans de protection aux grandes manifestations et de garantir le contrôle des justificatifs de vaccination, de test négatif ou de guérison.

Il s’agit aussi de vérifier si l’utilisation des autotests réalisés sur place est une solution praticable. Le Conseil fédéral tiendra compte des résultats de cette phase pilote dans ses décisions concernant les prochaines étapes d’assouplissement.

D’ici à l’été, un certificat Covid infalsifiable et valable dans toute la Suisse devrait être disponible, ce qui simplifiera considérablement les contrôles à l’entrée des manifestations. Ce certificat attestera de la vaccination, d’un résultat de test négatif ou d’une guérison.

10000 personnes en septembre?

«Dès fin mai, les cantons pourront autoriser les grandes manifestations de 3000 personnes au plus à partir du 1er juillet, moyennant le respect de conditions strictes. A partir du 1er septembre, cette limite sera relevée à 10 000 personnes», poursuit le Conseil fédéral.

Attention toutefois: ces dates et limites de capacité ne correspondent pas à un assouplissement formel. C’est-à-dire que le Conseil fédéral décidera ultérieurement si les manifestations pourront effectivement avoir lieu.

Des aides financières

Pour aider les manifestations, le Conseil fédéral a prévu un mécanisme de soutien sous mandat du Parlement. Il s’agit du parapluie de protection (article 11a de la loi Covid), dont le but est de motiver les organisateurs à se lancer dans les préparatifs.

Pour toucher l’aide fédérale, il faudra qu’un organisateur ait obtenu du canton l’autorisation d’organiser sa manifestation et la garantie qu’il bénéficiera de cette couverture financière. Il faudra aussi que la manifestation s’adresse à un public supracantonal et prévoie la participation d’au moins 1000 personnes par jour.

«Pour chaque manifestation concernée, l’organisateur devra assumer une franchise de 30 000 francs sur le découvert et une quote-part de 20% sur le montant restant. Si le canton prend en charge la moitié du découvert, la Confédération paiera l’autre moitié», écrit le Conseil fédéral.

A noter que cette réglementation s’appliquera pour les manifestations organisées entre le 1er juin 2021 et le 30 avril 2022. La plupart des cantons doivent encore créer la base légale nécessaire à sa mise en œuvre. Enfin, la prise en charge des coûts par la Confédération et les cantons est plafonnée à 5 millions de francs par manifestation.

On se laisse sur 15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de prison

Link zum Artikel

Taylor Swift première femme sacrée «icône mondiale» aux Brit Awards

Link zum Artikel

Les Belges voudraient copier notre fédéralisme, mais est-ce possible?

Link zum Artikel

Burnout, dépression, insomnies, les infirmières appellent à l'aide

Link zum Artikel

La Suisse épinglée pour sa gestion désastreuse de la pandémie

Une étude parue dans le journal scientifique «The Lancet» dénonce les nombreux manquements de la Suisse dans sa gestion du Covid-19.

Décès, atteinte aux libertés individuelles, croissance économique et «stop and go»: une enquête menée par la publication The Lancet revient sur ce qu'il estime être une très mauvaise stratégie choisie par la Confédération face à la pandémie.

En ce qui concerne la stratégie sanitaire appliquée par la Suisse, depuis maintenant plus d'une année, le journal scientifique dénonce un «stop and go» (l'alternance entre mesures de freinage et relances de l'économie) qui ne fonctionne pas.

The Lancet …

Lire l’article
Link zum Artikel