DE | FR

Vers une hotline accessible 24h/24h pour les victimes de violences

Tamara Funiciello, SP-BE, hoert einem Votum zu ihrer Motion zu, an der Sondersession des Nationalrats, am Mittwoch, 5. Mai 2021 in Bern. Die Motion von Funiciello verlangt ein fuer ein 24-Stunden Beratungsangebot fuer Personen, die von Gewalt betroffen sind. (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

L'élue socialiste Tamara Funiciello, à l'origine de l'une des motions. Image: sda

Les personnes qui se font agresser n'ont pas toujours accès à une hotline téléphonique, contrairement à d'autres services. Une absurdité pour deux élus. Le Conseil national leur a donné raison.



Les victimes de violences doivent avoir accès à une permanence de conseils téléphonique et en ligne en tout temps. Le National a largement approuvé mercredi deux motions identiques de Susanne Vincenz (PLR/SG) et Tamara Funiciello (PS/BE). Leur argument est très simple:

«Swisscom propose une offre de conseils accessible 24h sur 24. Une personne, qui se fait agresser vendredi soir, doit en revanche attendre lundi matin pour atteindre quelqu'un. C'est absurde»

Tamara Funiciello, PS/BE

Une permanence doit être accessible en tout temps, notamment en dehors des heures de bureau. Les conseils doivent en outre pouvoir être donnés par téléphone ou sur internet. «Selon les situations, la victime ne peut pas téléphoner», a pointé Susanne Vincenz-Stauffacher.

UDC opposée

Seule l'UDC s'est opposée aux deux textes, ne voyant pas la nécessité d'agir. Une offre de conseils est disponible pendant les heures de bureau, a souligné Andrea Martina Geissbühler (UDC/BE). La police peut être appelée le reste du temps. A ces yeux, la mesure demandée par les motionnaires crééerait un doublon et induirait des coûts supplémentaires énormes. Les deux textes passent au Conseil des Etats. (ats)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'UDC Jean-Luc Addor saisit la Cour européenne des droits de l'homme

Le conseiller national valaisan, condamné pour discrimination raciale en 2020 suite à un tweet, compte invoquer à Strasbourg la liberté d'expression.

Le conseiller national Jean-Luc Addor (UDC/VS) fait recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Les faits pour lesquels Jean-Luc Addor a été condamné remontent au 22 août 2014. Ce jour-là, une fusillade à la mosquée de Saint-Gall fait un mort. Quelques minutes après, l'élu fédéral écrit «On en redemande!» sur ses comptes Twitter et Facebook.

Condamné en 2017 par le tribunal d'arrondissement de Sion pour discrimination raciale à une peine pécuniaire de 60 jours-amende …

Lire l’article
Link zum Artikel