DE | FR
Image: KEYSTONE

«J'ai été menacé de mort et traité d'Hitler»

A l'image d'Alain Berset au niveau fédéral, le conseiller d'Etat Mauro Poggia incarne la lutte contre le Covid à Genève et représente donc une cible facile pour les mécontents. Malgré les risques, l'élu MCG ne souhaite pas que sa sécurité soit renforcée.
01.03.2021, 09:0601.03.2021, 11:44
Suivez-moi

On a appris il y a deux semaines que la sécurité autour des conseillers fédéraux avait été renforcée à cause des tensions liées au Covid. Vous qui êtes également exposé, comment est-ce que vous vivez actuellement?
Mauro Poggia: Je vis comme tout le monde, c'est important, je pense. Il y a une caméra de surveillance à l'entrée de mon bureau mais sinon, quand je sors, je suis seul, sans précautions particulières. Je circule en scooter et je vais faire mes courses moi-même. J'ai encore pris le train hier. Cette proximité avec les citoyens fait partie des particularités de notre pays. Jusqu'au jour où cela se passera mal... C'est vrai que c'est un peu la crainte aujourd'hui.

«Dans la situation actuelle, il y a des gens qui souffrent et la souffrance peut générer des actes inconsidérés.»

Vous avez reçu des menaces?
Oui, j'ai reçu des lettres de menaces où on disait qu'on aurait ma peau. Ça ne m'était jamais arrivé avant le Covid. Un membre de ma famille a aussi été interpellé par quelqu'un qui lui a dit des choses très méchantes sur moi. Sans compter tout ce qui est écrit sur les réseaux sociaux. Tant que c'est moi, ça va. Si c'était ma famille qui était visée, à l'image de Monsieur Berset, cela m'inquiéterait davantage. Mais la majorité des courriers que je reçois, ce sont des encouragements. C'est pareil avec les gens qui m'abordent dans la rue, la plupart du temps, cela se passe bien même si, il y a trois semaines, quelqu'un m'a traité d'Hitler. Sur le moment, c'est assez dur à vivre. Je pense que les montages qui ont circulé avec la photo de mon visage et d'Hitler ont donné des idées à certains.

Selon vous, doit-on renforcer la sécurité autour des élus?

Comment vous expliquez ces tensions à votre encontre?
Je suis souvent dans les médias pour parler de la pandémie donc cela augmente ma visibilité et le ressentiment à mon égard. «Le problème, aujourd'hui, c'est qu'on attribue à certains politiciens un rôle qu'ils ne jouent pas seuls et qu'on les désigne comme responsables des problèmes des gens.» Dans un collège d'élus, il n'y a pas une seule personne qui décide de tout. Je regrette cette image de décideur unique dont souffre aussi Alain Berset. On a d'ailleurs vu que les autres membres du Conseil fédéral ont pris sa défense en conférence de presse. Quand on parle de dictature sanitaire, il y a quand même le mot dictature qui n'est pas anodin.

Vous êtes inquiet pour votre sécurité?
Faut-il le ressentir comme une menace? Je ne veux pas voir de risque, je me dis que ceux qui passent à l'acte n'écrivent pas avant. Je préfère ne pas y penser, je suis d'un naturel assez optimiste.

«C'est vrai que je n'irais pas forcément me balader, seul, la nuit, à certains endroits.»
Alain Berset et Mauro Poggia incarnent tous les deux la lutte contre le Covid aux yeux du grand public. Le premier à l'échelle fédérale, le second dans le canton de Genève.
Alain Berset et Mauro Poggia incarnent tous les deux la lutte contre le Covid aux yeux du grand public. Le premier à l'échelle fédérale, le second dans le canton de Genève.Image: KEYSTONE

Vous estimez être suffisamment protégé?
Je ne vous cache pas qu'on se pose la question. Même si cela représente un risque, je ne souhaite pas que ma sécurité soit renforcée car je crois que la force de notre démocratie, c'est la spontanéité et la proximité avec les citoyens. Ce serait dommage de perdre cela. Il ne faut pas jouer les héros inutilement, mais je me verrais mal me promener avec des gardes du corps, ce serait le pire des messages. Une grande majorité de la population ne comprendrait pas qu'on se mure dans une dérive sécuritaire. Cela ne ferait qu'alimenter une image de froideur et de distance. Je trouve que le pays a trop à perdre...

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment les opposants à l'avortement se cachent derrière les femmes UDC
En décembre, des opposants à l’avortement ont lancé deux initiatives visant à restreindre davantage le droit à l’interruption de grossesse en Suisse. Les têtes pensantes derrière les deux initiatives se font rares – et envoient des femmes politiques à l’avant. Pourquoi?

La controverse sur le traitement de l’interruption de grossesse a été ravivée en Suisse par l’arrêt de principe de la Cour suprême des Etats-Unis. Et elle creuse des fossés entre les partis.

L’article