DE | FR

Covid en Valais: «Nous allons travailler comme pour une grippe normale»

Christophe Darbellay, conseiller d'Etat valaisan.
Christophe Darbellay, conseiller d'Etat valaisan.Image: sda
Le Conseiller d'Etat Christophe Darbellay était invité dans La Matinale de la RTS. Il a annoncé que les écoliers valaisans n'auraient plus à porter le masque. Et dans les autres cantons romands bientôt aussi.
27.01.2022, 08:2127.01.2022, 13:59

Tous les élèves de l'école primaire, en Valais, pourront enlever le masque dès lundi. En d'autres termes, cela concerne les enfants jusqu'à 12 ans. C'est ce qu'a annoncé le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay sur les ondes de la RTS ce matin. Dans un second temps, ce sera au tour des élèves du secondaire de faire tomber le masque. Il devront attendre une semaine.

👉 D'autres cantons ont décidé de laisser tomber le masque, toutes les infos dans notre live 👈

«Nous allons travailler comme pour une grippe normale», assure le conseiller d'Etat, qui précise toutefois:« Nous recommanderons désormais aux parents de tester leur enfant s'il est malade.» Le Valaisan explique que désormais son canton ne mettra plus en place tout le dispositif lié à la pandémie.

Concernant le sport, le masque ne sera plus obligatoire non plus et quant aux camps de skis les recommandations de report sont annulées également.

Qu'est-ce qui pousse cette décision?

Alors que les masques étaient jugés indispensables il y a peu et que les cas sont encore en hausse, ce sont les connaissances sur le variant Omicron, moins dangereux, qui pousse le Conseil d'Etat valaisan à supprimer le masque chez les écoliers. Le plus important, selon le ministre valaisan, c'est la situation dans les hôpitaux:

«Si elle reste tendue en soins aigus, par contre les soins intensifs, la situation est totalement sous contrôle.»

Selon le politicien, qui s'appuie sur différentes déclarations de médecins cantonaux, le virus est devenu comme une grippe. Il estime par conséquent: «qu'à partir de ce moment-là, on peut lever les mesures et les premiers à en bénéficier sont les enfants».

Et les autres cantons que font-il?

En Suisse romande, les cantons devraient communiquer également ce jeudi leur décision sur la fin de l'obligation du masque à l'école. «Il pourrait y avoir des nuances», selon Christophe Darbellay. (jah)

En parlant de masques...

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Anticommunisme, complotisme: la culture au temps de la guerre froide
Durant les décennies de la guerre froide, l’antagonisme Est-Ouest et la peur du communisme se sont emparés de la société tout entière. Et la culture n’a pas été épargnée, y compris en Suisse.

Entre 1945 et 1989, ces longues décennies de guerre froide, on savait parfaitement d’où venaient les méchants: de l’Est – de l’Union soviétique, de Russie ou de tous ses Etats satellites d’Europe de l’Est, à commencer par la RDA. Une idée développée avec assiduité dans les films et les romans de cette époque, depuis Le Troisième homme, ce grand classique de 1950, à L’Espion qui venait du froid de 1965, sans oublier Octobre Rouge, thriller sous-marin écrit par Tom Clancy en 1984 et adapté à l’écran en 1990.

L’article