DE | FR
Marco Chiesa, président de l'UDC, s'exprime lors de la présentation des pétitions "Stop Lockdown" et "des bistros pour les travailleurs" le lundi 15 février 2021 à Berne.
Marco Chiesa, président de l'UDC, s'exprime lors de la présentation des pétitions "Stop Lockdown" et "des bistros pour les travailleurs" le lundi 15 février 2021 à Berne.Image: KEYSTONE

Marre des restrictions Covid? Ces deux pétitions vous intéresseront

La pandémie a chamboulé nos vies depuis bientôt une année. La lassitude se généralise et la droite met la pression sur le Conseil fédéral avec deux pétitions en ligne, déposées ce lundi à Berne.
16.02.2021, 10:1216.02.2021, 10:20

L’UDC exige la levée du semi-confinement pour le début du mois de mars. Avec des représentants de jeunes partis bourgeois, le président de l'UDC Marco Chiesa a exprimé son mécontentement face à la politique du Conseil fédéral ce lundi à Berne.

«Cela suffit, Monsieur le Conseiller fédéral Berset!»
Marco Chiesa, président de l'UDC suisse

Selon les pétitionnaires, la stratégie du ministre de la santé n'est pas la bonne et les mesures drastiques doivent être levées immédiatement.

«Stop Lockdown!»

Lancée le 16 janvier par la plateforme Schwiiz Brandaktuell, la pétition «Stop Lockdown! » demande de mettre fin à la fermeture des restaurants et des magasins. Elle suggère également de privilégier la protection des patients à risque. Cette pétition a récolté environ 244 000 signatures.

«Ouvrir les bistrots pour les travailleurs»

Le second coup de gueule de l'UDC concerne la restauration. La pétition qui demande «l'ouverture des bistrots pour les travailleurs» a réuni environ 50'000 signataires.

«S'il est possible durant le confinement de transformer rapidement le restaurant du Palais fédéral en cantine pour les parlementaires, cela doit aussi être admis pour tous les autres restaurants durant une période limitée.»
Monika Rüegger, conseillère nationale UDC

Cette seconde pétition suggère d'utiliser les restaurants comme des cantines pour les travailleurs qui n'ont pas la chance de pouvoir prendre leur repas de midi bien au chaud. (sda/ats/jap)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Pour ce chanvrier neuchâtelois, «faire de la graine», ce n'est pas illégal
Un cultivateur de chanvre neuchâtelois a été jugé mercredi par la Cour pénale. Il s'est défendu de trafic par métier, affirmant qu'il faisait «dans la graine et non dans le cannabis». Il est aussi poursuivi pour possession illégale d'armes.

Il avait été condamné à 24 mois de prison ferme en première instance pour infraction grave à la loi sur les stupéfiants et infraction à la loi sur les armes. Ce mercredi, le chanvrier du Val-de-Travers (NE), âgé de 59 ans, a été jugé par la Cour pénale.

L’article