DE | FR
Des Hells Angels du monde entier ont assisté à des funérailles à Giessen, en Allemagne, en octobre 2016.
Des Hells Angels du monde entier ont assisté à des funérailles à Giessen, en Allemagne, en octobre 2016. photo: keystone

On brise le mythe de la vision romantique des Hells Angels en Suisse

Les Hells Angels sont entourés d'un mythe. En les présentant comme des motards épris de liberté qui commettent des délits seulement occasionnels, on sous-estime ce qui se cache derrière ce club. Interview de deux experts qui cassent le mythe.
30.06.2022, 10:4601.07.2022, 13:21
Andreas Maurer / ch media

En Suisse, le club de motards Hells Angels a l'image d'une confrérie pas tout à fait inoffensive, mais néanmoins attachante. A tel point que le journal de la Coop, Coopzeitung, a même créé une bonne ambiance avec les anges de l'enfer pour les ventes de Noël.

Ainsi, le journal au plus fort tirage du pays a interviewé le président des Hells Angels zurichois, Patrick «Hemi» Hermetschweiler, dans son édition de Noël 2020 et lui a posé des questions de bien-être sur quatre pages - et personne ne s'est indigné. Pour comprendre pourquoi cela pose problème, il est utile de jeter un coup d'œil en Allemagne, où la criminalité de ces motards est davantage mise en avant.

L'interview est toujours disponible, en allemand, sur le site de coopzeitung.
L'interview est toujours disponible, en allemand, sur le site de coopzeitung.Image: capture d'écran/coopzeitung

Jörg Albrecht est chef de l'évaluation à l'Inspection du crime organisé de l'Office de la police criminelle du Land de Bade-Wurtemberg. C'est chez lui que se rassemblent les informations policières de tout le Land, qui est plus grand que la Suisse, avec ses onze millions d’habitants. Albrecht est assis dans un bureau à Stuttgart. A côté de lui prend place un connaisseur du milieu, spécialisé dans la criminalité des motards, qui ne souhaite pas être nommé pour des raisons de sécurité. Les deux officiers de police criminelle répondent ensemble aux questions.

De nombreuses personnes en Suisse ont de la sympathie pour les Hells Angels et pensent que ces clubs se résument à la moto et à des amitiés masculines. Cette image correspond-elle à la vérité?
De notre point de vue, non. Depuis leur création il y a plus de septante ans, les Hells Angels ont réussi, grâce à un travail de relations publiques habile, à construire un mythe qui suscite la sympathie d'une partie de la population. C'est pourquoi il y a, encore aujourd'hui, des jeunes qui veulent s'engager dans cette scène. Notre expérience montre que les Hells Angels sont souvent impliqués dans des activités criminelles et qu'ils ont mis en place des structures à l'échelle mondiale pour poursuivre leurs objectifs.

Qu'est-ce qui caractérise un club de motards?
C'est l'engagement inconditionnel des membres à se soutenir mutuellement – sans poser de questions sur l'objet exact d'un conflit. Celui qui veut seulement faire de la moto et rencontrer des amis n'adhère pas à un club avec des règles aussi strictes. Mais pour les trafiquants de drogue, par exemple, qui se font escroquer par des clients, il est extrêmement pratique d'avoir derrière soi un regroupement dont on sait que ses membres se soutiennent à tout prix.

«On peut quasiment parler ici d'un système de franchise criminel.»

Est-ce que ce sont les criminels qui deviennent des membres ou les membres qui deviennent criminels?
Il y a les deux. Un jour, nous avons demandé à un motard pourquoi il avait rejoint le club. Il a répondu: «J'ai quasiment été recruté». Il était trafiquant de drogue et a purgé de très longues peines de prison pour cela. Les motards l'ont approché parce qu'il avait un réseau dans le trafic de stupéfiants.

«Parfois, ils recrutent aussi des hooligans, car ils ont besoin de gens expérimentés en arts martiaux pour devenir plus puissants.»

Le mythe des Hells Angels n'est donc qu'une façade. Il y a des organisations criminelles derrière.
On ne peut pas dire cela de manière absolue, mais il existe des structures criminelles au sein de ce club de motards.

Connaissez-vous l'avocat suisse Valentin Landmann?
Oui. Il nous contredirait.

Démonstration de pouvoir: des Hells Angels traversent Berne pendant une manifestation pro-moto, alors que le centre-ville était interdit à la circulation..
Démonstration de pouvoir: des Hells Angels traversent Berne pendant une manifestation pro-moto, alors que le centre-ville était interdit à la circulation..bild: keystone

Il façonne l'image positive des Hells Angels en Suisse. Dans sa biographie, il décrit comment il a trouvé chez les Hells Angels des modèles masculins qui lui manquaient dans son enfance.
Cette fraternité fait peut-être aussi partie du club. Or ainsi, un aspect du club est éclairé, mais l'autre aspect, plus grand, est laissé dans l'ombre.

Y a-t-il un danger à ce que de tels récits deviennent généralisés?
Oui, si l'on simplifie ainsi l'histoire et que l'on dit que tout le reste ne sont que des affirmations malveillantes des services de sécurité, cela deviendra dangereux à la longue. Il s'agit toutefois d'une approche courante dans le crime organisé. Les motards veulent suggérer, par leur travail de relations publiques et aussi par des campagnes de dons, qu'ils sont en fait des citoyens tout à fait normaux avec une tenue inhabituelle.

Répartition des Hells Angels et des Bandidos en Suisse 👇

Pour les moins aiguisés en allemand «seit» = «depuis».
Pour les moins aiguisés en allemand «seit» = «depuis».

En Suisse, le Ministère public de la Confédération a échoué, il y a dix ans, dans une procédure qui soupçonnait les Hells Angels de Zurich d'être une organisation criminelle. Se pourrait-il que les Hells Angels en Suisse soient plus inoffensifs que ceux d'Allemagne?
Non, les structures sont les mêmes et sont imbriquées les unes dans les autres. Un exemple: l'année dernière, nous avons arrêté à la frontière suisse un ressortissant allemand, membre des Hells Angels zurichois. Il a été condamné à sept ans et demi de prison pour trafic de stupéfiants. L'année dernière, un membre des Hells Angels de Francfort a également été arrêté au même poste frontière avec 60 kilos de haschisch dans son coffre. Nous supposons que la drogue provient également de Zurich, mais nous n'avons pas pu le prouver. Nous rencontrons alors la même difficulté que le Ministère public de la Confédération suisse: entre nos suppositions et nos preuves, il y a un fossé.

Pourquoi ces investigations sont-elles si difficiles?
Il n'y a en général aucune volonté de témoigner. Pas seulement dans les clubs: même les témoins ne donnent souvent pas d'informations.

«C'est là qu'intervient le potentiel de menace des Hells Angels.»

Comment qualifiez-vous la charte zurichoise des Hells Angels?
C'est l'une des chartes les plus remarquables d'Europe et elle joue un rôle important au niveau international. Dans nos enquêtes, nous trouvons toujours des éléments de mosaïque qui se tournent vers Zurich. Notre procédure contre le membre des Hells Angels de Zurich l'a également montré: Leur président se déplace dans toute l'Europe en tant que médiateur pour résoudre des conflits internes.

En fait, cela semble positif: il résout des conflits.
La question est: de quoi s'agit-il dans ces conflits? On a besoin d'un médiateur lorsque le président et le vice-président d'une section locale ne parviennent pas à résoudre un problème et que celle-ci risque de se disloquer. Si cela se produit, il y aura beaucoup de personnes mécontentes. Celles-ci peuvent alors fonder de nouveaux clubs, passer à la concurrence ou se révéler aux autorités de sécurité.

«C'est tout cela que les Hells Angels veulent éviter pour ne pas mettre en péril leurs affaires.»

Quelles sont les affaires des Hells Angels zurichois ?
Dans notre enquête, nous en avons vu une partie. Le trafic de stupéfiants et la prostitution en font partie. (réd: «No comment», répond le président des Hells Angels de Zurich, Hermetschweiler, interrogé sur toutes les accusations).

Les Hells Angels prennent soin de dire dans les interviews qu'il peut y avoir des membres criminels dans chaque organisation, mais qu'on ne peut pas pour autant parler d'organisation criminelle.
Le membre moyen des Hells Angels est certainement plus criminel que le membre moyen de la population. Mais oui:

«Il est difficile d'apporter la preuve qu'il s'agit d'organisations criminelles.»

Comment travaillez-vous avec la police suisse ?
La police suisse est très bien formée et très bien organisée. Notre collaboration avec l'Office fédéral de la police, Fedpol, et les polices cantonales est étroite et fonctionne très bien. Nous connaissons tous personnellement les enquêteurs qui sont là depuis longtemps. En principe, nos évaluations se rejoignent. Pendant longtemps, la situation était calme parce que les Hells Angels dominaient tout.

«Maintenant, les conflits avec les Bandidos se multiplient, parce que ces derniers veulent aussi leur part.»

En Suisse, la criminalité des motards est souvent acceptée d'un haussement d'épaules, avec l'argument que ces clubs de motards représentent surtout un danger pour les autres clubs, mais pas pour le grand public.
Lorsque des clubs de motards se tirent dessus en public, comme récemment à Genève, cela représente un danger pour le public. Les structures qui se cachent derrière, le crime organisé, sont également un problème pour la société.

En Allemagne, les groupes de motards locaux dangereux sont interdits. Actuellement, 23 interdictions de ces clubs sont en vigueur. Cette mesure est-elle effective?
Nous sommes conscients que les délinquants ne disparaissent pas pour autant de la rue. Mais nous empêchons les groupes de poursuivre leurs activités. L'interdiction entraîne la confiscation des biens du club et l'interdiction pour les personnes concernées de fonder des organisations de remplacement. Les membres des clubs de motards perdent en outre le droit de porter une arme. S'ils en ont tout de même une sur eux, nous pouvons leur infliger des amendes et demander des peines de prison en cas de récidive.

En Suisse, les idéologies ne sont en principe pas interdites. Les seules exceptions sont les organisations terroristes comme l’Etat islamique et Al-Qaïda. Comprenez-vous cette réticence?
Chaque pays a sa propre tradition juridique. Mais de notre point de vue, un membre d'un club de motards ne devrait pas avoir accès à des armes légales. Et nous ne pensons pas que les membres de clubs de motards en Suisse et en Allemagne soient fondamentalement différents. (aargauerzeitung.ch)

Une caméra filme une frappe sur le centre commercial de Krementchouk

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L’OFSP annonce plus de 20 000 nouveaux cas de Covid en sept jours
En une semaine, le nombre de nouveaux cas signalés a reculé de 6,6%. Quant aux hospitalisations, elles ont augmenté de 12,8% dans le même laps de temps.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 21 817 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore 25 décès supplémentaires et 327 malades ont été hospitalisés.

L’article