DE | FR

Toujours aucune femme à la tête d'une grande société suisse

Parmi les vingt entreprises les plus cotées du pays, aucun poste de directeur général n'a encore été attribué à une femme. Pourtant, c'est la loi.
02.03.2021, 17:1306.03.2021, 09:28

Une nouvelle législation, entrée en vigueur cette année, prévoit, pour les sociétés cotées en bourse d'au moins 250 employés, qu'il y ait une part de 30% de femmes dans les conseils d'administration et de 20% au sein des directions. Ce qui n'est pas le cas: dans l'ensemble, les 20 sociétés cotées en bourse suisse comptent 13% de femmes cadres dans leurs directions générales. Parmi ces entreprises, aucune n'a attribué le poste de directeur général à une femme et seule une société compte une directrice financière.

Les effets positifs seraient particulièrement visibles «lorsqu'au moins un tiers des femmes occupent des postes de direction et un cinquième des postes de cadres», c'est-à-dire lorsque l'entreprise respecte la nouvelle législation, pour le cabinet d'étude Willis Towers Watson.

«La diversité des rôles de direction, des promotions et des postes bien rémunérés accroît la capacité des entreprises à surmonter les crises».
willis towers watson

Par ailleurs, 73% des employés sondés de ces bons élèves voient dans leur entreprise une évolution de carrière favorable, contre 61% dans les autres.

En comparaison internationale, la Suisse figure au fond du classement, à l'opposé de pays plus vertueux comme la Norvège qui affiche une part de femmes aux directions de leurs grandes entreprises, ainsi que le Royaume-Uni et la Suède. (ats)

2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Affaire de la drogue bulgare: Credit Suisse condamné
Le Tribunal pénal fédéral a prononcé lundi une amende ferme de deux millions de francs contre Credit Suisse dans le procès pour blanchiment de l'argent bulgare.

La banque est condamnée pour violation de la responsabilité d'entreprise en relation avec l'infraction de blanchiment d'argent aggravé. La Cour des affaires pénales lui reproche des défaillances tant dans le suivi des relations bancaires avec la mafia bulgare que dans la surveillance des règles anti-blanchiment durant la période de juillet 2007 à décembre 2008. Les faits antérieurs au 27 juin 2007 sont prescrits.

L’article