DE | FR

Fin du port du masque à l'école: le point par canton en Suisse romande

Image: sda
Fin du port du masque, fin des tests, reprise des camps de ski: tous les cantons romands ont annoncé des allègements des règles sanitaires à l'école. Voici tous les détails.
01.02.2022, 15:29

Fribourg

  • Quand: dès lundi 31 janvier
  • Où: école primaire et cycle d'orientation (dès le 14 février)

Le canton de Fribourg abandonnera l'obligation de porter le masque à l'école en deux étapes. Les élèves de l’école primaire ne seront plus tenus de l'arborer dès lundi, alors que ceux du cycle d'orientation devront attendre le 14 février.

Les camps de ski et les autres activités avec nuitées sont autorisés pour leur part depuis le 10 janvier, rappelle la Direction de l'instruction publique (DICS). Si la participation des élèves a été rendue facultative en raison de la pandémie, la présentation d’un test PCR négatif avant le début du camp est obligatoire. Les tests PCR salivaires proposés aux participants des camps de ski dans le cadre scolaire sont maintenus ces prochains mois.

La réalisation des tests de flambée dans les classes se poursuivra jusqu’aux vacances de Carnaval, soit le 25 février. Au-delà, ils s’arrêteront, précise le communiqué.

Genève

  • Quand: dès lundi 21 février
  • Où: école primaire et cycle d'orientation

A Genève, le masque ne sera plus obligatoire pour les élèves à l'école primaire et au cycle d'orientation à partir du lundi 21 février, soit au retour des vacances.

Les camps avec nuitées en Suisse sont également autorisés à partir du 21 février. La rentrée marquera aussi l'arrêt des surveillances par classe et la fin de la communication aux directions d'établissement, aux enseignants et aux parents lors de la survenue de cas de Covid-19.

Cet allègement concerne les crèches, les écoles primaires, le cycle d'orientation ainsi que le secondaire II. En cas d'infection au Covid-19, le retour à l'école se fera selon l'état général de l'enfant, sauf pour les jeunes du secondaire II.

Jura

  • Quand: dès lundi 7 février
  • Où: 5e à la 8e année Harmos et 9e à la 11e année Harmos (dès le 18 février).

Les écoliers jurassiens pourront laisser tomber le masque dès lundi prochain pour les élèves de la 5e à la 8e année Harmos et après le 18 février pour ceux de la 9e à la 11e année Harmos.

Le corps enseignant ainsi que le personnel des écoles devront continuer de porter le masque à l'intérieur des bâtiments.

Les camps de ski sont autorisés depuis lundi 31 janvier.

Neuchâtel

  • Quand? Dès lundi 31 janvier
  • Où? De la 5e à la 8e année

Les élèves neuchâtelois de la 5e à la 8e année ne devront plus porter le masque en classe dès lundi. Les enseignants devront continuer à le mettre.

«De la 9e année et jusqu'au secondaire 2, le port du masque est maintenu avec évaluation régulière de la situation», a indiqué vendredi le canton. Les cours d'éducation physique, dispensés à l'école obligatoire, pourront se faire sans masque.

Le canton a aussi décidé d'alléger la stratégie de tests et d'abandonner les dépistages ciblés systématiques. «Lors de flambée importante, le médecin cantonal se réserve le droit d'investiguer», peut-on lire dans le communiqué. La quarantaine automatique de classes est aussi supprimée.

Neuchâtel a décidé d'autoriser les camps de ski dès le 5 février avec plan de protection.

Valais

  • Quand: dès lundi 31 janvier
  • Où: école primaire et secondaire (dès le 7 février)

Tous les élèves de l'école primaire pourront enlever le masque dès lundi 31 janvier. Les élèves du secondaire suivront une semaine plus tard, le 7 février. Les écoliers qui souhaitent continuer à porter le masque peuvent le faire.

Les tests sont abandonnés à l'école obligatoire. Concernant le sport, le masque ne sera plus obligatoire non plus et quant aux camps de skis les recommandations de report sont annulées également.

Vaud

  • Quand: dès lundi 31 janvier
  • Où: école primaire et secondaire (dès le 19 février)

L'abandon du masque sera appliqué en deux étapes. Dès lundi 31 janvier, le port du masque ne sera plus obligatoire dans les classes de 5 à 8H (primaire) pour les élèves. Pareil dès le 19 février, donc au moment des vacances de neige, pour les élèves de 9 à 11H (secondaire I). Cette levée concerne aussi les cours de sport et de chant.

Le masque reste en revanche obligatoire pour les enseignants et tout adulte travaillant ou visitant un établissement scolaire.

Les camps scolaires, camps de ski ou voyages, seront à nouveau possibles dès le 7 février dans l'obligatoire et le postobligatoire. Un autotest, fourni par l'école, devra être effectué avant et après le camp.

Secondaire II et la formation tertiaire

Les règles concernant la scolarité obligatoire sont du ressort des cantons, contrairement au secondaire II et de la formation tertiaire, qui dépendent de la Confédération. Ainsi, l’obligation du port du masque reste pour l’heure la règle à ces niveaux.

(asi/ats)

Quel masque choisir?

1 / 7
Quel masque choisir?
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon un rapport, 20% des employés suisses veulent changer de travail
Une étude du cabinet PWC Suisse démontre que les employés en Suisse sont moins satisfaits en comparaison avec d'autres pays.

Presque 20% des salariés suisses pensent à un changement d'emploi dans les douze prochains mois. Un meilleur salaire et un travail qui procure davantage de satisfaction sont les principaux motifs évoqués par les personnes interrogées lors d'une enquête menée par le cabinet de consultants PWC.

L’article