DE | FR

La Genève humanitaire se mobilise pour libérer Julian Assange

Plusieurs personnalités publiques se mobilisent aujourd'hui à Genève, en faveur du fondateur de Wikileaks. Il risque 175 ans de prison aux Etats-Unis pour avoir diffusé des informations classifiées.
04.06.2021, 12:0104.06.2021, 15:30
Suivez-moi

Depuis 2010, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, vit sous la menace d'une extradition aux Etats-Unis, où il risque 175 ans de prison. Pourquoi? Car son site a diffusé, à l'échelle internationale, des documents attestant des bavures et des crimes infligés par l'armée américaine, engagée dans ses guerres d'Irak et d'Afghanistan.

Aujourd'hui, à Genève, une dizaine de personnalités, dont le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, et la maire de la ville, Frédérique Perler, lancent l'«Appel de Genève pour libérer Assange». Mais pourquoi donc?

L'élément déclencheur

La couverture du TIME, le 13 décembre 2010.
La couverture du TIME, le 13 décembre 2010.

En 2010, Wikileaks diffuse plus de 700 000 documents classifiés. Le plus retentissant, intitulé Collateral murder («meurtre collatéral»), montre un hélicoptère de l'armée américaine en train d'ouvrir le feu sur des civils à Bagdad. Cette bavure avait fait au moins 18 morts, dont deux enfants et deux reporters de l'agence Reuters.

Les 11 dernières années d'Assange

Après la diffusion de ces bavures, la vie de Assange a été plutôt mouvementée:

  • En 2010, les autorités américaines chassent Assange.
  • Entre 2010 et 2012, il est en liberté surveillée au Royaume-Uni, en raison d'un mandat d'arrêt de la Suède. Il y est poursuivi pour délit sexuel (l'affaire sera close en novembre 2019).
  • En mai 2012, la Cour suprême du Royaume-Uni rejette son ultime demande à ne pas être extradé vers la Suède.
  • Le 19 juin 2012, Julian Assange se réfugie dans l’Ambassade d'Équateur à Londres. Il y restera 7 ans et obtiendra même la naturalisation.
Julian Assange au balcon de l'ambassade de l'Équateur, à Londres, en mai 2017.
Julian Assange au balcon de l'ambassade de l'Équateur, à Londres, en mai 2017.Image: EPA
  • Le 11 avril 2019, le président équatorien le déchoit de sa nationalité et annule son droit d'asile. Assange est arrêté par la police britannique.
  • Le 1er mai 2019, il est condamné à cinquante semaines de prison, au Royaume-Uni, pour violation des conditions de sa liberté provisoire en 2012.
  • Le 23 mai 2019, les États-Unis inculpent Julian Assange pour « espionnage », il encourt jusqu’à 175 ans de prison.
  • Le 4 janvier 2021, la justice britannique refuse la demande d'extradition de Julian Assange vers les États-Unis. La même cour refuse sa libération sous caution le 6 janvier.
shutterstock

Assange aujourd'hui

«L'état de santé de Julian Assange s'est sérieusement détérioré», assurent les instigateurs de l'Appel de Genève pour libérer Julian Assange sur leur site. Selon Nils Melzer, les conditions d'emprisonnement du créateur de WikiLeaks constituent:

«Une torture psychologique, un traitement cruel, inhumain ou dégradant. Julian Assange n'a commis aucun autre crime que celui de dire la vérité.»

Les accusations portées contre cet Australien de 49 ans constituent une grave atteinte à la liberté de la presse, estiment les organisateurs de l'événement. L'Appel de Genève, qui comprend six demandes, sera rendu public et ouvert à la signature le 4 juin ici.

Pourquoi choisir Genève?

Les lanceurs de cet Appel n'ont pas choisi la ville au hasard:

«Genève est le siège du Conseil des droits de l'homme et d'innombrables organisations internationales et non gouvernementales (ONG) pour la défense des droits de l'homme, de la liberté d'expression et de la liberté de la presse. Cet engagement lui confère une responsabilité particulière dans la promotion de ces valeurs en Suisse et dans le monde.»

Une statue pour Assange, Manning et Snowden

Installée sur le quai des Pâquis, face au Jet d'eau de Genève, la sculpture de Davide Dormino «AnythingToSay?» («quelque chose à dire?»), représentant les lanceurs d'alerte Edward Snowden, Chelsea Manning et justement Julian Assange, sera officiellement inaugurée ce samedi 5 juin.

L'artiste Davide Dormino et son oeuvre «AnythingToSay?» au moment de l'inauguration à Berlin. Cette sculpture voyage de ville en ville. Après Paris ou Bruxelles, elle débarque à Genève.
L'artiste Davide Dormino et son oeuvre «AnythingToSay?» au moment de l'inauguration à Berlin. Cette sculpture voyage de ville en ville. Après Paris ou Bruxelles, elle débarque à Genève. Image: wikipédia

L'Association des usagers des Bains des Pâquis, initiatrice et organisatrice de l'événement, présentera également une exposition sur les lanceurs d'alerte.

2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Une importante nécropole préhistorique a été découverte en Valais
Une importante nécropole préhistorique a été découverte en Valais. Dix-neuf tombes dites en cistes, soit des inhumations en position repliée dans des petits coffres en dalle de pierre, ont été mises au jour à Savièse. Une fouille est en cours.

Au lieu-dit des Mouresses à Savièse, sur une parcelle de terre qui accueillera bientôt une villa et qui surplombe la vallée, l'office cantonal d'archéologie a découvert une nécropole de dix-neuf tombes datant de l’âge du Bronze ancien (environ 2000 ans avant Jésus-Christ). «C'est une découverte extraordinaire», s'est réjoui ce 9 août devant la presse réunie pour l'occasion l'archéologue cantonal adjoint François Mariéthoz.

L’article