beau temps
DE | FR
Suisse
Genève

Crack en Suisse: la consommation a doublé à Genève

Les consommateurs de crack ont doublé en une année à Genève

Genève est confrontée à une forte progression de la consommation de crack sur son territoire. Des prix inhabituellement bas («10 francs la taffe») expliquent cette recrudescence «inquiétante».
08.05.2023, 14:4308.05.2023, 18:34
Plus de «Suisse»

Genève a vu un doublement des consommateurs de crack entre 2021 et 2022, indique lundi le département de la sécurité, de la population et de la santé (DSPS).

Cette hausse spectaculaire de consommateurs de crack est liée «à l'arrivée de fabricants-trafiquants», avec pour résultat une drogue facilement accessible à un prix bas jamais connu auparavant: «10 francs la taffe», précise le DSPS.

Le crack peut détruire rapidement la personne qui en inhale. (image d'illustration)
Le crack peut détruire rapidement la personne qui en inhale. (image d'illustration)Image: Shutterstock

Résultat: Genève est la ville romande qui compte le plus de passages pour crack dans sa salle de consommation, soit quelque 17 066 en 2022. Ce qui correspond à une moyenne de 47 passages par jour. Les autorités se disent inquiètes:

«La recrudescence du crack depuis 2021 a fortement inquiété les autorités du canton»
Le DSPS

Forte marginalisation

Le crack peut détruire rapidement la personne qui en inhale. Une étude de la direction générale de santé a permis de mieux cerner le profil des consommateurs de cette drogue:

  • Presque 100% d'entre eux sont sans emploi;
  • 17% dorment dans la rue;
  • 23% souffrent de troubles du sommeil;
  • 70% présentent des problèmes bucco-dentaires.

Les besoins fondamentaux des consommateurs de crack, comme boire, manger et dormir sont rapidement et sévèrement affectés, poursuit le DSPS. L'état de santé de ces personnes se péjore avec un épuisement général, un isolement social et une forte marginalisation.

De nombreux consommateurs occasionnels

L'étude a également déterminé que le crack disponible sur Genève était d'une grande pureté. Le produit de coupage le plus répandu était la phénacétine, un analgésique dangereux et toxique pour les reins.

«Ceci contredit l'idée reçue selon laquelle le crack à Genève serait plus fort qu'ailleurs»
Le DSPS

En outre, l'étude montre que parmi les usagers du crack, il existe de nombreux consommateurs occasionnels. Les personnes ayant recours à cette drogue consomment en moyenne 2,5 autres substances de manière concomitante: «Le constat d'une consommation occasionnelle vient contrecarrer l'idée que le crack induit automatiquement une consommation impulsive et compulsive».

Pour faire face à l'afflux de consommateurs, des mesures ont été prises par les autorités genevoises. Ainsi, le matériel de consommation de crack est désormais pris en charge pour réduire les risques. Un dispositif de «Sleep-in» a également été installé au sein du local de consommation Quai 9, près de la gare de Cornavin. (ats/asi)

Copin comme cochon: les gens qui fument Iqos
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Une entreprise suisse sur trois admet des pots-de-vin à l'étranger
Versements informels et «cadeaux» restent très répandus dans les activités des entreprises suisses à l'étranger, estime une ONG. La corruption serait même en hausse.

La corruption reste très répandue dans les affaires à l'étranger. Une entreprise helvétique sur trois active à l'international admet avoir versé des pots-de-vin dans d'autres pays, selon une enquête publiée par Transparency International (TI) Suisse.

L’article