assez dégagé-3°
DE | FR
Suisse
Genève

Panne chez Skyguide: est-on passé tout près de la catastrophe?

Aéroport de Genève, 15 juin 2022. Quentin Tonascia (médaillon).
Aéroport de Genève, 15 juin 2022. Quentin Tonascia (médaillon).image: keystone

Panne chez Skyguide: est-on passé tout près de la catastrophe?

Quentin Tonascia, président du syndicat des contrôleurs aériens, raconte comment a été gérée la panne «historique» survenue mercredi chez Skyguide. Il réclame la création d'une «commission spéciale pour faire toute la lumière sur ces événements».
16.06.2022, 16:1416.06.2022, 18:22

La «panne de système» qui a provoqué la fermeture de l’espace aérien suisse dans la nuit de mercredi, nourrit des peurs rétrospectives. Que se serait-il passé, si cet incident informatique, survenu chez le contrôleur aérien Skyguide et qui a empêché tout mouvement d’avion dans les heures suivantes aux aéroports de Genève et Zurich, s’était produit de jour, lorsque le trafic est dense, les décollages et atterrissages, nombreux?

«Il y a un facteur chance dans la temporalité de l’événement», reconnaît Quentin Tonascia, président du syndicat HelvetiCA représentant les employés du contrôle aérien suisse. «Mais ce que nous, contrôleurs aériens, avons su gérer cette nuit-là, nous sommes naturellement capables de le gérer de jour, quelle que soit la densité du trafic», affirme-t-il. «Nous sommes formés à des protocoles prenant en compte toutes les situations d’urgence possibles et imaginables. La panne de système complète que nous avons connue dans la nuit de mercredi fait partie de ces situations.»

On parle de «rate zero» en termes de trafic: le problème informatique rencontré était tel, qu'il a été décidé par Skyguide d’interdire tout décollage et atterrissage aux aéroports placés sous son contrôle. La piste privilégiée est celle d’une panne au niveau de la redondance, ce système informatique de secours qui prend normalement le relais du premier quand celui-ci connaît une défaillance. Or, le relais n’a pas fonctionné cette fois-ci. Pourquoi? C’est ce qu’il s’agit de savoir dans les plus brefs délais, déclarait mercredi le directeur général de Skyguide, Alex Bristol.

Comment faire face à pareille panne lorsqu’on est contrôleur aérien? Et d’abord, que voit-on ou que ne voit-on plus sur son écran de contrôle? Quentin Tonascia n’était pas en service dans la nuit de mercredi, mais il conçoit le problème qui s’est posé.

«Ce qui apparaît, ce n’est pas un écran noir, auquel cas on pourrait avoir affaire à une panne du poste sur lequel on travaille et dès lors on passerait à un autre poste. Non, dans le cas qui nous concerne, l’image se maintient, mais peu à peu des informations ne sont plus disponibles ou disparaissent, ce qui rend compte d’une dégradation du système de contrôle.»
Quentin Tonascia, président du syndicat HelvetiCA

«Le nombre de mouvements peut s’élever à plus de 2000»

A partir de là, il faut agir. En fonction de protocoles d’urgence. Celui mis en œuvre mercredi dans la nuit a été l’arrêt complet du trafic: aucun décollage, aucun atterrissage. «Il est certain que, de jour, cela aurait compliqué la tâche des contrôleurs, étant donné la masse de trafic à gérer, mais il ne faut pas s’inquiéter à posteriori. Nous aurions fait face à la situation», assure Quentin Tonascia. «Le nombre de mouvements quotidiens (réd: décollages et atterrissages) à l’aéroport de Genève, oscille en ce moment entre 320 et 390», informe le directeur ad interim de la communication de Genève Aéroport», Ignace Jeannerat.

«Par heure, le nombre additionné des décollages et atterrissages à l’aéroport de Genève est d’environ 40», reprend Quentin Tonascia:

«Mais en une journée, le nombre de mouvements gérés par le contrôle aérien genevois, décollages, atterrissages et survols, peut s’élever à plus de 2000»

En cas de panne complète du système de contrôle comme celle de mercredi, le contact de la tour au sol avec les avions se fait par radio. «Les avions dont la destination est Genève sont déroutés vers des aéroports de délestage, Lyon ou Milan, par exemple. Ceux qui ne devaient que survoler la Suisse sont soit déroutés, soit maintenus dans leur couloir de vol, ce qui peut être plus simple à gérer. Il est très important de maintenir la séparation entre les avions.»

On pourrait penser, vu l’exiguïté du territoire suisse, qu’il suffit de demander aux contrôleurs des aéroports de Lyon, Vienne ou Milan de suppléer au pied levé à la défaillance du contrôle suisse.

«Ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Chaque aéroport à ses procédures, ses habitudes, ses mécanismes de contrôle et sa charge de travail. Genève n’est ainsi pas Zurich et inversement. De même, ne pouvons-nous pas, quand un avion est en approche de Genève depuis la France, mais que le déroutage vers l’aéroport de Lyon est la chose la plus indiquée, appeler nos confrères lyonnais pour leur dire de le prendre en charge sans autre forme de procès. Ce serait comme passer un appel depuis un numéro inconnu. Nous devons d’abord informer Lyon des caractéristiques du vol en question.»
Quentin Tonascia, président du syndicat HelvetiCA

Aurait-il été possible de faire appel au contrôle aérien militaire suisse? «Non, car les contrôleurs militaires ont des procédures en lien avec des aérodromes dédiés, comme celui de Payerne, par exemple», explique encore le président d’HelvetiCA, le syndicat des contrôleurs aériens.

Vers une «commission spéciale» post-panne?

Un voile sera-t-il pudiquement jeté sur la panne de mercredi, qualifiée d'«historique» le jour même par le directeur général de Skyguide? Cela ne semble pas être l'intention de Quentin Tonascia, le président du syndicat des contrôleurs aériens:

«Pour HelvetiCA, ce qui va se passer maintenant est au moins aussi important que la gestion immédiate de la crise. En effet, il est essentiel que Skyguide diligente une commission spéciale pour faire toute la lumière sur les événements d'hier afin qu’ils ne se reproduisent pas. Nous entendons mettre nos ressources de travail à disposition pour aider notre employeur à faire cela. Les passagers, les clients, les partenaires externes, mais aussi le staff le mérite bien.»

Dans cette affaire, il en va de la sécurité des passagers et des personnels de vol, mais aussi, comprend-on, de l'honneur du contrôle aérien suisse.

Copin comme cochon: les lunettes de soleil à l'intérieur

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il n'y a pas de date de fin pour les SMS», assure le chef de Salt
En Suisse, les SMS sont de plus en plus importants pour les services en ligne, notamment comme moyen d'identification.

Le patron de l'opérateur en télécommunication Salt, Pascal Grieder, ne s'attend pas à une fin prochaine des messages SMS:

L’article