Suisse
Guerre contre l'Ukraine

Aide à l'Ukraine: les ONG suisses sont en colère

La manière dont Berne veut aider l'Ukraine indigne les ONG suisses

Le Conseil fédéral souhaite soutenir la reconstruction de l'Ukraine à hauteur de 5 milliards de francs. Cet argent doit être en grande partie prélevé sur l'aide au développement. Les organisations sont consternées.
11.04.2024, 16:57
Reto Wattenhofer / ch media
Plus de «Suisse»

La décision était attendue depuis des mois. Mercredi, le Conseil fédéral a enfin levé le voile sur le montant qu'il entend consacrer à la reconstruction de l'Ukraine. D'ici 2036, il souhaite verser un total de 5 milliards de francs à ce pays ravagé par la guerre. La proposition du ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis a ainsi été acceptée par le gouvernement national.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Le fait que le Conseil fédéral ait mis des mois à prendre cette décision n'est guère surprenant. Bien que réparti sur 12 ans, le montant de plusieurs milliards de francs pèse sur la situation financière déjà tendue du budget fédéral. En février, la ministre des Finances Karin Keller-Sutter a présenté un programme d'économies drastiques pour les années à venir.

Une bataille publique pour les milliards de la Confédération a fait rage avant l'événement. Une fois de plus, il s'est avéré que ceux qui n'ont pas de lobby puissant à Berne ont la vie dure. Le Conseil fédéral a finalement décidé de financer intégralement les 1,5 milliard de francs nécessaires à la première étape jusqu'en 2028 sur le budget de la coopération internationale (CI). C'était précisément ce que redoutaient les organisations d'aide en février.

Pour l'organisation d'entraide Alliance Sud, il est inacceptable que le Conseil fédéral finance la reconstruction de l'Ukraine sur le dos de l'aide au développement.

«La reconstruction de l'Ukraine détruit la coopération au développement qui a fait ses preuves»

C'est ainsi que l'ONG a intitulé son communiqué de presse en des termes inhabituellement vifs.

Selon lui, cette décision signifie que l'Ukraine recevra à partir de 2025 plus d'argent que tous les programmes bilatéraux de la Direction du développement et de la coopération (DDC) en Afrique subsaharienne.

On ne sait pas encore comment sera financée la deuxième étape pour les années 2029 à 2036. Selon ses propres indications, le Conseil fédéral a l'intention d'examiner d'autres voies de financement – au-delà de la CI – afin de financer les 3,5 milliards de francs restants. Mais après la récente décision, Alliance Sud est sceptique. Le risque existe que ces engagements financiers soient eux aussi «entièrement à la charge» de la coopération au développement.

Les organisations humanitaires en désaccord

Pour l'organisation humanitaire, il est clair que seul le Parlement peut encore corriger la «mauvaise décision» du Conseil fédéral. Lors des sessions d'automne et d'hiver, les Chambres débattront de la stratégie de la CI pour les années 2025 à 2028.

«Il faut éviter que la coopération au développement de la Suisse, qui a fait ses preuves, soit court-circuitée»
Andreas Missbach, directeur d'Alliance Sud.

L'organisation reçoit le soutien du PS. La décision du Conseil fédéral est «désastreuse» et constitue un «signe dévastateur», écrit le parti dans une première réaction. Il reproche au gouvernement national d'avoir ignoré les réponses à la consultation menée l'année dernière sur la stratégie de la CI.

«Une nette majorité des partis et des associations est d'avis que l'aide à l'Ukraine ne doit pas porter atteinte à d'autres engagements de la Suisse»
Le conseiller national PS zurichois Fabian Molina, cité dans le communiqué.

Lors d'une conférence de presse, le conseiller fédéral Cassis a souligné que 1,5 milliard de francs sur un total de 12 milliards pour l'aide au développement ne représentaient qu'un peu plus de 10%. De plus, ces fonds seraient continuellement adaptés «aux événements stratégiques et dynamiques».

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

L'Ukraine reçoit des chars Abrams et la Russie en détruit un
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Des élèves romands découvrent que leur prof fait du porno
Une agitation règne au Gymnase Auguste Piccard à Lausanne suite à la découverte de photos et vidéos à caractère pornographique impliquant un enseignant.

Un prof de gymnase (secondaire II) vaudois aurait créé et publié sur un site accessible à tous des images interdites aux moins de 18 ans, a rapporté 24 Heures samedi. Toutefois, le directeur de l'établissement, Marc-André Jaquemet, dans un e-mail au corps enseignant, a précisé que les images en question n’ont pas été diffusées par le professeur lui-même, rapporte le journal vaudois.

L’article