DE | FR
Sondage

Au moins, maintenant, c'est clair: l'Europe ne nous fait pas rêver

Les résultats de notre enquête sur la relation de la Suisse à l'Union européenne sont sans appel: le désamour est profond. Watson a demandé à Pascal Sciarini, professeur à l'Université de Genève et spécialiste de la Suisse, d'analyser vos réponses.
17.06.2021, 13:2117.06.2021, 17:05

Vous êtes 67% à ne pas vibrer pour l’Europe. Vous êtes 46%, une nette majorité, à préférer la formule des accords bilatéraux à tout autre modèle relationnel avec l’Union européenne (UE).

Mis en ligne mardi 15 juin, le jour du débat urgent au Conseil national suite à la rupture des négociations sur l’accord-cadre, notre questionnaire entendait mesurer la cote de l’Europe institutionnelle auprès des lectrices et lecteurs de watson. De vous. Nous vous remercions infiniment de votre participation à cette enquête, qui ne prétend pas être un sondage au sens strict du terme. Il n'empêche et nous le constatons: le désamour pour Bruxelles, siège de l’UE, est profond. Les pourcentages figurant dans cet article sont ceux relevés ce jour à midi.

«L’Europe n’a pas la cote. Par voie de conséquence, l’adhésion à l’UE non plus», en conclut logiquement Pascal Sciarini, professeur de sciences-politiques à l’Université de Genève, qui commente ci-après les résultats du questionnaire. L’option «adhésion à l’UE» ne remporte en effet que 14% des suffrages, en comparaison des 46% pour les bilatérales et des 23% en faveur d’une adhésion à l’Espace économique européen (EEE).

Quant à l'option «EEE», elle ne récolte aujourd'hui plus aucune majorité. Ni chez ceux qui avaient le droit de vote en 1992, ni chez ceux qui ne l'avaient pas ou n'étaient pas encore nés (respectivement, 53% et 59% de non).

Pourquoi ce désamour, côté romand, qui est aussi la base du lectorat de watson? Plusieurs raisons à cela. En voici quelques-unes, que détaille Pascal Sciarini:

  • «Il y a eu la crise de l’euro, la monnaie européenne, à la fin des années 2000, consécutive à la crise des subprimes aux Etats-Unis. Les Suisses ont pris peur.
  • En 2016, le Conseil fédéral a officiellement retiré la demande d’adhésion de la Suisse à l’UE. Ce faisant, notre gouvernement a transformé l’adhésion en repoussoir, au profit des bilatérales, la solution choisie après le refus de l'EEE en 1992.
  • Plus largement, à compter du vote serré sur l’EEE, négatif chez les Alémaniques, positif chez les Romands, ceux-ci sont progressivement rentrés dans le rang suisse majoritaire, optant pour un régime et des finances stables. En gros, pour la sécurité et la prospérité.
  • L’image de l’UE, où la prise de décision est apparue toujours plus difficile à mesure qu’elle s’élargissait à de nouveaux membres, a de moins en moins donné envie aux Suisses.»

«Le statu quo n'est pas tenable»

Si les scores en faveur de l'adhésion à l'UE sont extrêmement faibles, tant auprès des personnes qui avaient le droit de vote en 1992 qu'auprès de celles qui ne l'avaient pas à cette époque ou n'étaient pas nées (20% dans les deux cas), Pascal Sciarini n'en déduit pas pour autant que tout est fini entre la Suisse et l'Europe.

«En additionnant les voix pour les bilatérales, celles pour l'EEE et celles pour l'UE, on obtient un total d'environ 80% d'individus qui ne sont pas prêts à abandonner toute relation avec l'Europe institutionnelle. C'est beaucoup. En comparaison, ils ne sont même pas 20% à vouloir que la Suisse se désengage totalement de cette relation», note le professeur de sciences-politiques. «De toute façon, reprend-il, la Suisse ne pourra pas se satisfaire du statu quo. Les accords bilatéraux devront être revus

Les raisons proposées pour expliquer le refus de toute forme d'adhésion, font apparaître, elles, deux motivations principales: un danger pour la démocratie directe, qui «n'y survivrait pas», et la crainte d'un alignement vers le bas des salaires suisses.

Quand on scrute les raisons de ce refus global, il saute aux yeux que l'image dégradée de la France agit sur nos consciences de Romands, alors que le poids de l'Allemagne, lui, ne nous fait pas peur. Le pays d'Angela Merkel reçoit même une forme de satisfecit. «Si vous aviez soumis votre questionnaire à un lectorat alémanique, la réponse vis-à-vis de l'Allemagne aurait sans doute été tout autre», sourit Pascal Sciarini. «Là encore, ajoute le professeur genevois, comme la Suisse alémanique, l'Allemagne, avec son sérieux, apparaît aux Romands comme un pôle de stabilité.»

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

La droite appelle le PS à stopper l'initiative contre les F-35

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un Genevois a escroqué 227 entreprises en France
L'homme ressortissant d'Italie a été condamné à 3 ans de prison dont 11 mois ferme pour avoir escroqué plus de 200 entreprises et commerçants en France voisine.

D'origine italienne et résidant à Genève, l'homme âgé de 58 ans a été condamné, mardi, au Palais de justice de Thonon à de la prison ferme pour avoir escroqué pas moins de... 227 entreprises ou commerçants en France voisine, à Saint-Julien-en-Genevois. C'est en tout cas ce que rapporte Le Matin vendredi. Les faits remontent entre 2010 et 2015.

L’article